Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Que fête-t-on à l’Ascension ?

Don en ligne

galet Veillée de Noël : Homélie de Mgr Dominique Lebrun

Homélie de la veillée de Noël mardi 24 décembre 2013 à la cathédrale Saint-Charles.

Solennité de la Nativité du Seigneur

Cathédrale Saint-Charles – 24 décembre 2013
Is 9, 1-6 ; Ps 95
Tite 2, 11-14 ; Lc 2, 1-14

Homélie

Voilà ce que fait l’amour invincible du Seigneur de l’univers (Is 9, 6). Frères et sœurs, en cette nuit, méditons ces quelques mots du prophète ISAÏE. La liturgie de l’Eglise nous les offre comme une profession de foi qui jaillit de la Crèche.

L’amour invincible du Seigneur ! Il surgit dans le pays de l’ombre, dans le pays du bâton et du fouet, celui des épaules meurtris et des manteaux couverts de sang (Cf. Is 9, 3-4). La Palestine est occupée ; la salle commune aussi. Dieu ne renonce pas. Son amour est invincible. Il a trouvé place dans le corps d’une jeune fille, MARIE ; et, cette nuit, une mangeoire devient un doux couffin. JESUS est l’amour invincible du Seigneur. Il nous désarme car il rejette toute arme indigne de l’amour. Ses armes ou, plutôt, son cœur ouvert, ce sont des anges venus du Ciel. GABRIEL les a précédés dans l’humble maison de Nazareth et dans le sommeil de JOSEPH. Aujourd’hui, l’Ange du Seigneur, bientôt rejoint par une troupe céleste innombrable, s’adresse aux bergers : Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui vous est né un Sauveur (Lc 2, 10-11).

Voilà ce que fait l’amour invincible du Seigneur ! Ni armes, ni menaces mais un enfant sauveur. Que se passe-t-il dans notre monde pour qu’il semble craindre Dieu et son amour invincible ? Non seulement craindre mais rejeter ? Je n’ai pas d’autre réponse que mon propre péché, que notre trop long apprentissage à rejeter le péché.

Mais l’amour du Seigneur est invincible. Seul l’amour du Seigneur est invincible. C’est la grâce de Dieu, sa grâce d’être « amour invincible » : C’est elle, dit Saint PAUL à TITE, qui nous apprend à rejeter le péché et les passions d’ici-bas (Tt 2, 12).

Au fur et à mesure d’immenses et bons progrès de notre humanité, une autre spirale se développe. Elle entraîne bien des injustices et des souffrances. Cette spirale ne reconnaît plus la grâce qui passe à Noël, l’amour invincible du Seigneur. Elle cherche des solutions ailleurs que dans l’apprentissage de l’amour. Ainsi envisage-t-elle dans notre pays le suicide comme solution pour finir sa vie, après avoir pensé celle de l’élimination des enfants dans le sein de leur mère comme réponse à des situations de détresse.

Un seul regard sur la Crèche suffit à comprendre que le projet de Dieu est tout autre. L’amour renversant du Fils de Dieu fait homme nous remet en face du bonheur que nous espérons avoir quand se manifestera la gloire de JESUS CHRIST, notre grand Dieu et notre Sauveur (Tt 2, 13). Le bonheur de MARIE et JOSEPH est intact malgré la dureté de la vie, de la paille et de la solitude. Ils ont dit oui à l’amour tout en marchant au rythme du monde, le rythme politique qui les déplace de Nazareth à Bethléem, le rythme naturel de la gestation de l’enfant.

L’amour invincible du Seigneur marche parmi nous, patiemment. Il ne demande que des oui d’amour. Il ne nous demande pas de fuir le monde ; il nous demande simplement d’être des gouttes d’amour invincible. Voilà ce que fait l’amour invincible du Seigneur de l’univers. Cet amour invincible est celui du Seigneur de l’univers. Personne ne peut en être exclu ni en Centrafrique ni en Syrie, ni les habitants de pays meurtris qui se réfugient dans d’autres pays, ni nos proches voisins.

Cette nuit, en regardant la Crèche, rendons grâce pour les milliers de gouttes d’amour que nous recevons sans mérite de notre part, ne serait-ce que de nos parents lorsque nous étions tout-petits. Rendons grâce pour l’amour qui habite notre cœur, y compris au milieu d’autres sentiments moins joyeux qui, au fond, ne nous rendent pas heureux. Rendons grâce pour les gouttes d’amour que nous sommes les uns pour les autres, et pour celles que nous répandrons en ces jours.

Frères et sœurs, regardons bien la Crèche et prions l’amour invincible : JESUS, toi l’amour invincible, nous te confions nos vies, nos familles, nos quartiers, notre ville, notre pays, notre univers. Notre plus grande joie est de te savoir l’un de nous. Aide-moi à comprendre que ma vie est devenue ta vie, que ma famille est devenue ta famille, que nos quartiers et notre ville deviennent ta demeure, notre univers, ton univers. Alors, quand tu seras vraiment chez toi dans la Crèche du monde, on proclamera ton nom : « Merveilleux conseiller, Dieu-fort, Père à jamais, Prince de la paix ». Et la paix sera sans fin (Is 9, 5-6). Oui, un enfant nous est né, un fils nous est donné (Is 9, 5) : Voilà ce que fait l’amour invincible du Seigneur de l’univers.

+ DOMINIQUE LEBRUN





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 26.12.2013 10:13 - Mis à jour le : 28.12.2013 13:59