Accueil > Actualités > Reportages et photos
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet Un stéphanois ordonné évêque de Constantine

Jeudi 12 février 2009, Paul Desfarges a été ordonné évêque de Constantine au sein d’une assemblée plurielle. Mgr Dominique Lebrun et une délégation stéphanoise, ont fait le déplacement.

Jeudi 12 février, Paul Desfarges, jésuite, a été ordonné évêque de Constantine à la basilique Notre dame d’Afrique en présence d’une assemblée plurielle. Peut-on y voir le signe effectif d’une église catholique d’Algérie fragile mais en refondation perpétuelle ?

Paul Desfarges qui succède à Mgr Gabriel Piroird, pradosien, a été ordonné par Mgr Ghaleb Bader, jordanien et archevêque d’Alger ; Mgr Lebrun, représentant la conférence épiscopale de France et Mgr Gabriel Piroird qui lui a remis une crosse en bois d’olivier.

La veille, l’ensemble de l’église d’Algérie avait été invité par Xavier Driencourt, ambassadeur de France en Algérie. Le diplomate indiquait son soutien et sa confiance dans une Eglise au service de l’Algérie.

JPEG - 30.7 ko

Signe d’une amitié partagée, personnalités du peuple algérien, amis fidèles, délégations des autorités de l’Etat algérien, diplomates et ambassadeurs côtoyaient les membres de l’Eglise d’Algérie. De quels atouts dispose donc cet ancien professeur de psychologie de l’université publique de Constantine ?

Sa devise épiscopale est « Elle le déposa dans une mangeoire », péricope de l’évangile de Luc, habituellement associé aux fêtes de la Nativité. Il a aussi souhaité reproduire dans son livret d’ordination une peinture de M’ Hamed Issiakhem « Le Christ souffrant ». Cette peinture renvoie à un visage du Christ penché, comme un signe d’humilité et à l’Eglise d’Algérie comme une crèche

Paul Desfarges est un enfant du pays qui en parle parfaitement la langue et en connait les codes culturels. Responsable de la maison de formation spirituelle des jésuites « Ben Smen » à Alger, il a passé une trentaine d’années à Constantine. Jésuite et psychologue, Paul Desfarges a vécu en Algérie une aventure commune avec les chercheurs de Dieu. Il a salué les mystiques musulmans, et ce peuple de priants tout en évoquant à mots couverts des chemins vers le christianisme. Il a glissé : « Quand on prie pour quelqu’un, on change l’écologie spirituelle autour de lui. »

JPEG - 54.2 ko

Une jeune algérienne a expliqué que Paul incarnait dans les quartiers pauvres de Constantine, aux yeux de beaucoup, une forme de « présence libérante ». Chacun reconnaît à Paul Desfarges le don et le charisme d’accompagner sur le chemin de la foi. Alors certains se posent la question d’un changement profond. Après le temps de « l’enfouissement » pour l’Eglise d’Algérie, peut-être vient-il le temps de l’accompagnement ? Et d’aider à trouver pour ceux qui le souhaitent ce Dieu « au plus intime du plus intime de soi » si cher à Saint-Augustin…

Évêque d’Hippone...Paul Desfarges peut être cette pierre de touche pour l’Eglise d’Algérie... Inch allah

Jean-Pierre Jusselme


"Une communauté qui manifestement puise sa force dans sa foi en Dieu"

Témoignage du Père Emmanuel de Marsac, membre de la délégation stéphanoise, qui a vécu longtemps en Algérie

Par amitié pour Paul Desfarges et sa famille que je connais depuis longtemps, par solidarité avec l’Eglise qui est en Algérie et le peuple algérien avec qui j’ai vécu une vingtaine d’années, en 1980 – 1990, j’étais heureux de pouvoir revenir à Alger pour l’ordination épiscopale de Paul, choisi comme nouvel évêque de Constantine. Joie de retrouver cette communauté chrétienne qui demeure, pour moi, un signe très fort de ce qu’est l’Espérance. A travers de multiples difficultés, de multiples épreuves, cette communauté vit sa condition présente dans la confiance. Je ne l’ai pas entendue gémir sur le vieillissement de ses membres ou sur leur petit nombre. Je ne l’ai pas sentie paralysée par la crainte d’un avenir chargé pourtant de sombres horizons. J’ai retrouvé une communauté chrétienne toujours attentive aux joies et aux peines du peuple qui l’entoure, une communauté qui s’efforce, par ses modestes moyens, de contribuer au développement et au bien être de tous, une communauté qui manifestement puise sa force dans sa foi en Dieu.

JPEG - 29.7 ko

La célébration d’ordination à la basilique Notre-Dame d’Afrique m’a semblé bien exprimer tout cela. Les autorités algériennes étaient représentées spécialement par le ministre des Affaires religieuses. Le nouvel archevêque d’Alger, Mgr Ghaleb Bader, arabe jordanien, présidait la célébration. Sa simple présence manifestait déjà combien le visage de l’Eglise sans cesse se renouvelle. La proclamation de l’Evangile en français et en arabe, les chants venus des divers continents, les visages bien différents des évêques, des prêtres, de tous ceux et celles rassemblés pour la prière, oui, tout ne pouvait que manifester, très simplement, le caractère universel de l’Eglise.

Paul Desfarges, dans sa prise de parole en fin de célébration, est allé à l’essentiel : Jésus, au cœur de notre vie. Dieu, infiniment grand, se fait pour nous, par amour, infiniment petit. La crèche…la croix… La devise de Paul nous ramène à l’Evangile : « Marie déposa Jésus dans une mangeoire ». Il est bon de relire ce texte inséré dans le site de notre diocèse (voir plus haut). La mission du nouvel évêque n’a manifestement pas d’autre projet que d’être, avec la communauté chrétienne, témoin et messagère de l’Amour de Dieu pour tous, notamment auprès des musulmans qui l’accueillent en Algérie.

P. Emmanuel de Marsac





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 12.02.2009 17:49 - Mis à jour le : 29.06.2010 17:48