Accueil > Actualités > Toutes les actualités
Que fête-t-on à l’Ascension ?

Don en ligne

galet Saint Grégoire de Narek, un moine arménien docteur de l’Eglise

Le pape François a célébré une messe pour les fidèles arméniens le 12 avril 2015, quelques jours avant les commémorations du centenaire du massacre des arméniens.

Cette messe a eu deux sens : d’une part, rendre hommage aux martyrs de 1915, et d’autre part offrir à l’Église un nouveau docteur de l’Église, en la personne de Saint-Grégoire de Narek, un moine arménien dont la spiritualité a profondément marqué le christianisme oriental, et dont la reconnaissance s’étend donc désormais à l’Église universelle.
Lors de son intervention au début du rite de proclamation du doctorat, le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, a rappelé que « la profondeur des idées théologiques de notre saint, la nouveauté de sa pensée et la vigueur de son verbe poétique furent toujours appréciées aussi bien au niveau populaire que de la part des hommes de culture. »

Il a rappelé que « son œuvre a pénétré petit à petit tous les domaines de la vie religieuse et de la culture arménienne : la poésie, la miniature, la musique, l’hagiographie, la liturgie et le folklore. »

Saint-Grégoire de Narek est ainsi devenu le 36ème docteur de l’Église, après, dans l’histoire récente, Sainte Thérèse de Lisieux, élevée au doctorat par Jean-Paul II en 1997, puis Saint-Jean d’Avila et Sainte Hildegarde de Bingen, proclamés ensemble docteurs de l’Église par Benoît XVI en 2012. Mais il n’est que le deuxième docteur de l’Église à provenir du christianisme oriental, après Saint Ephrem Le Syrien, proclamé en 1920 par le Pape Benoît XV.

source : http://radiovaticana.va





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 23.04.2015 14:13 - Mis à jour le : 30.04.2015 09:16