Accueil > Infos pratiques > Recevoir le sacrement des malades ou le sacrement du pardon > Sacrement des malades
Don en ligne

galet Sacrement des malades ? Pour qui ? Comment ? Pourquoi ?

Auparavant, on appelait le sacrement des malades « extrême onction » car on l’associait presque uniquement à l’imminence de la mort. Le geste essentiel consiste en une onction d’huile sur le front et sur les mains des personnes qui le reçoivent. Le prêtre, tandis qu’il fait cela, dit ceci :

« Par cette onction sainte, que le Seigneur, en sa grande bonté, vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint. Ainsi, vous ayant libéré de tous péchés, qu’il vous sauve et vous relève. »

Ce sacrement associe à la fois une attention au corps de la personne malade et le pardon des péchés, car le sacrement de la réconciliation lui est associé.

L’Eglise s’appuie toujours sur l’Ecriture sainte pour reconnaître qu’il y a sacrement, c’est-à-dire un acte de Dieu qui vient se rendre présent à ses enfants, et leur donne une grâce dont ils ont besoin pour se rapprocher de lui.

Dans l’Evangile, on trouve plus d’une fois le soin de Jésus aux souffrances des hommes et les miracles qu’il accomplit. Dans la lettre de saint Jacques, une manière de poser le geste du sacrement nous est indiquée : « L’un de vous est-il malade ? Qu’il appelle auprès de lui les anciens de l’Eglise, pour que ceux-ci fassent des prières sur lui, et des onctions d’huile au nom du Seigneur. La prière de la foi sauvera le malade et le Seigneur le relèvera. S’il a commis des péchés, ils lui seront pardonnés » (Jacques 5, 14-15).

A qui donne-t-on le sacrement ?

On recourt au sacrement des malades pour des personnes aux prises avec une grave maladie, dont on sent qu’elles perdent vraiment leur force et leur espérance. Le sacrement des malades est là pour que Dieu renouvelle en nous la confiance, qu’il donne force, courage et réconfort. Nous croyons que Dieu en est la source, surtout quand la peur et le désespoir nous anéantissent. Le sacrement des malades peut être donné à un groupe, à la messe, mais il peut aussi être donné à une personne seule, chez elle ou à l’hôpital. Il faut en tout cas contacter le curé de la paroisse ou l’aumônier de l’établissement hospitalier.

Ce sacrement, comme tous les autres, nous rappelle cette question : sommes-nous vraiment en attente des biens spirituels que Dieu nous donne comme un acte du Christ au travers de l’Eglise ? Sommes-nous prêts à nous en remettre à Dieu ou nous tenons-nous sur notre sentiment de nous en sortir par nous-mêmes ? "Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ?", demandait saint Paul (Rm 8, 35) ? La maladie ? Rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu.

[Extrait d’un article sur le site le Jour du Seigneur-http://www.lejourduseigneur.com/Web...





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 01.03.2016 11:32