Accueil > Actualités > Reportages et photos
Rejoindre le Monastère Invisible

Don en ligne

galet Retour en images sur la messe Chrismale 2012

Homélie de Mgr Dominique Lebrun.
La messe chrismale est sur le podcast de la radio RCF.

La Messe Chrismale reçoit cette appellation parce que c’est au cours de cette célébration que le Saint Chrême est consacré. Cette huile servira dès les baptêmes de Pâques puis tout au long de l’année pour les sacrements du baptême, de la confirmation et de l’ordre. Prêtres, diacres et fidèles sont invités largement à cette célébration qui manifeste l’unité de toute la communauté diocésaine autour de son évêque.

Pour aller plus loin : Durant la messe chrismale, l’évêque consacre le saint-chrême et bénit les autres huiles saintes

Messe chrismale à la cathédrale Saint-Charles

Mardi 3 avril 2012

Is 61, 1-3a.6a.8b-9 ; ps 88
Ap 1, 5-8 ; Lc 4, 16-21.

Homélie de Mgr Dominique Lebrun

Frères et sœurs,

Il m’a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres et aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération (Is 61, 1)
Cette parole de l’Ecriture, … c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit, dit Jésus
(Lc 4, 18.21).

Chers diacres, en cette année de démarche Diakonia, permettez-moi de vous poser la question : qu’en faites-vous ?

La bonne nouvelle, déjà, est que Dieu vient se mêler à notre histoire. Ainsi, la Bonne nouvelle s’occupe des élections présidentielles et, dans quelques mois, des élections législatives car elle s’intéresse à tous ; elle s’intéresse plus particulièrement à la fin des mesures d’urgence pour les sans-logis comme, aussi, à la situation en Syrie. Elle traverse ces situations pour les éclairer et leur donner leur sens, ou leur non-sens. Est-ce tout ?

Les huiles qui vont être bénies et consacrée concrétisent le lien intime qui existe entre l’humanité à la recherche de sa vérité et le projet de Dieu, entre ceux qui cherchent leur Dieu, leur santé, leur salut en tous domaines, et la raison d’être de nos communautés.

Quel est ce lien ? Ce lien a un nom : l’amour. Ce lien a un visage : le Christ.

Diakonia rappelle que nous sommes tous au service de ce lien. Nous pouvons l’appeler l’amour, la charité, la solidarité, la fraternité. Peu importe, si nous n’oublions pas qu’il a pris visage humain en la personne de Jésus et que ce visage humain est en réalité le sacrement du Père.

Jésus lui-même n’appelle ses disciples « mes frères » qu’après la résurrection (cf. Mt 28, 10), lorsqu’il aura fait le passage de la mort à la vie, lorsqu’il aura livré sur la croix tout son amour pour la rémission des péchés du monde, lorsqu’il se sera abandonné totalement entre les mains du Père.

Serions-nous plus grands que le maître ? Servir la fraternité revient à suivre Jésus dans le don de nous-mêmes jusqu’à prendre nos croix par amour. De qui pouvons-nous espérer recevoir la fraternité sinon du sacrement du Père, Jésus, et de leur Esprit Saint ? En sa personne, « Dieu fait homme », « Parole faite chair », Jésus sert la fraternité : il révèle la vérité de l’humanité, sa vocation divine et filiale.

Les diacres savent qu’ils n’ont pas été embauchés pour rendre service ou parce que nous manquerions de prêtres. Ils ont été non pas embauchés mais ordonnés. Par les diacres, Jésus, le sacrement du Père, continue d’avoir visage humain. L’amour qui vient de Dieu continue de s’incarner. L’imposition des mains et la prière de l’évêque c’est-à-dire, en fait, l’Esprit-Saint les a configurés au Christ. Ils sont devenus comme son sacrement vivant. Or, un sacrement est d’abord une ouverture sur le mystère de Dieu.

Le mystère, c’est que, pour nous sauver, le Fils de Dieu est devenu serviteur, le Serviteur.

Comme diacre, si j’ose dire, Jésus n’a pas été envoyé pour rendre service. C’est plus profond. Plusieurs noms en grec désignent le serviteur. Chacun révèle une partie du mystère : un nom (pais) signifie le très jeune membre de la famille qu’il sert dans l’obéissance en attendant de devenir adulte – Jésus grandit à Nazareth (Lc 4, 16) ; un autre nom (diakonos) désigne celui qui se met volontairement au service des autres sans quitter sa propre dignité : je suis venu non pour être servi dit Jésus mais pour servir (Mc 10, 45) ; il y a enfin le nom (doulos) qui manifeste la descente au plus bas de notre humanité où l’homme devient esclave et se vend les uns aux autres au lieu de s’aimer les uns les autres : Jésus sera vendu pour trente pièces d’argent (cf. Mt 26, 15).

Le diacre rappelle que l’amour, la solidarité, la fraternité, la charité a un visage : Jésus. Le diacre est le signe du Christ qui nous apprend à être serviteur dans l’obéissance au Père, dans le service volontaire qui va vers les autres, dans le renoncement à tout pouvoir pour pénétrer jusqu’au plus bas de notre humanité –l’humanité trahie et vendue. En même temps, il lui annonce sa dignité nouvelle de ressuscitée avec le Christ. Cette dignité reçue à nouveau du Père institue la véritable fraternité entre les hommes.

Les diacres assurent le lien entre le combat crucifiant pour la dignité et l’autel où se renouvelle le sacrifice de Jésus et sa communion à la Vie du Père, dans la puissance invisible de l’Esprit Saint.

Alors, nous comprenons pourquoi les diacres nous entraînent vers les plus pauvres et vers les lieux où on ne sait pas que Dieu est Père. Nous comprenons qu’ils aient la charge de la prière et nous entraînent à la prière, une prière vraiment universelle qui cherche la volonté du Père pour tous les hommes. Nous comprenons qu’ils annoncent la résurrection du Christ, dans une inlassable espérance.

Au seuil du triduum pascal, nous rendons grâce pour le don du diaconat permanent que le 2° Concile du Vatican a voulu rendre à notre Eglise. Nous n’avons pas fini d’en recueillir les fruits.

Nous le faisons en accueillant le Fils. Il nous attire à lui pour le service de tout l’homme et de tout homme. Nous le faisons en rendant grâce pour le don de l’Esprit Saint. Il se saisit de notre Eglise pour que l’huile du salut se répande en tous lieux et sur tous, à commencer par les malades et les nouveaux venus à la foi.

Nous le faisons en offrant notre disponibilité au Père, au Fils et au Saint-Esprit. Amen.

+ Dominique Lebrun

Galerie Photos

photos /©Sr Sophie Richer et Michel Mansuy

Messe chrismale 3 avril 2012





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 05.04.2012 15:35 - Mis à jour le : 12.04.2012 11:03