Accueil > Actualités > Reportages et photos
Rejoindre le Monastère Invisible

Don en ligne

galet Retour en images : célébration d’au-revoir de Mgr Dominique Lebrun

Célébration d’action de grâce à la cathédrale Saint-Charles dimanche 27 septembre 2015, pour ce que le Seigneur nous a donné de vivre avec le père Dominique durant neuf ans.
- Regarder l’album photos.

ALBUM PHOTOS

Lien de l’album photos

Messe d’action de grâce

Chrétiens du diocèse, membres de la société civile et élus, représentants des autres églises chrétiennes, amis musulmans, membres de la délégation de Rouen, l’évêque de Valence représentant les évêques de la Province de Lyon, l’éveque du diocèse de Batroun au Liban, l’ancien évêque de Antsiranna en résidence à l’évêché de Saint-Etienne, ont rendu grâce pour ce que le Seigneur nous a donné de vivre avec le père Dominique durant ces neufs années.

La première partie de la célébration "a permis de mettre en valeur tout ce qui nous a été donné de vivre avec notre évêque durant ces neuf années" a souligné le père François Reynard en introduisant ce temps d’action. "Avec toi, Père Dominique, de nombreux chantiers de la mission se sont ouverts, ou ont été approfondis. Tu nous a invités à nous laisser initier au mystère de notre Dieu qui ouvre toujours une dialogue d’amitié et de salut avec chacun de nous, et de nous en émerveiller". Quelques échos de la Célébration d’au-revoir de Mgr Lebrun Bilan de neuf années

La parole a été donnée à plusieurs témoins qui ont abordé ces initiatives mises en place par le Père Dominique au niveau :

- de l’initiation chrétienne avec les Orientations Diocésaines "qui ont marqué une étape importante pour notre diocèse. Aboutissement d’une réflexion diocésaine, elles prennent en compte le contexte actuel de notre société, pour proposer la rencontre avec le Christ à tous et à tous les âges de la vie".
- du dialogue avec la société avec la mise en place de nombreuses délégations (monde de la santé, de la famille, spiritualité hors frontière, Islam etc ) et par les contacts réguliers avec les parlementaires et les élus locaux, avec les représentants de l’Etat..." Il a également favorisé les rencontres et le dialogue interreligieux".
- des visites pastorales où l’évêque a été le "signe vivant, visible de notre unité dans la foi, à l’écoute avec nous de ce monde, nous inscrivant dans ce mouvement du cœur de Dieu vers le cœur des plus pauvres… nous rappelant la nécessité que l’évangile soit annoncé partout, y compris dans les lieux qui nous effraient".
- de la Parole de Dieu avec la lecture en continu de l’évangile de Saint Luc, des Actes des Apôtres où le festival Terre Nouvelle durant lequel la Parole a été mimée, chantée, gestuée, intériorisée ... à travers de multiples ateliers.
- des fraternités locales missionnaires où l’on peut redécouvrir "ce que peut être la fraternité en Église : ne pas être à côté les uns des autres, mais « frères » « sœurs »"
- de l’ouverture à la Mission Universelle avec les prêtres venus d’ailleurs pour renforcer les effectifs du diocèse : "un appel pour nous tous à nous ouvrir à l’Eglise dans son universalité et sa catholicité".
- de la mission itinérante "dont le but est d’aller délibérément à la rencontre de ceux et celles qu’on ne rencontre pas d’habitude dans nos églises".

Des prises de positions nettes

Le vicaire général a aussi évoqué "la pastorale des quartiers populaires, la mission de l’enseignement catholique, les JMJ, la démarche Sainté’Sprit pour les jeunes, la richesse du diaconat, le signe de la vie consacrée, la place de nos prêtres aînés et des personnes malades, la maison d’arrêt... Sa prise de position concernant la vie de la cité, les agriculteurs, les migrants ou des événements internationaux, la défense de la vie"

VIDEO

Remerciements de Mgr Lebrun et remise des cadeaux


HOMÉLIE

Homélie des vêpres de Mgr Dominique Lebrun

Frères et sœurs,

Je vous appelle mes amis (Jn 15, 15)

L’amitié est un bien précieux … elle arrive dans la bouche de JESUS au chapitre 15 de Saint JEAN, après le dernier repas, aux ultimes heures de sa présence visible en notre monde. Pourquoi si tard ?

L’amitié est pourtant un projet de Dieu aussi vieux que le monde. On en trouve une première trace dans le livre de l’exode quand Dieu se mit à parler à MOÏSE, je cite, « comme un homme parle à son compagnon » (Ex 33, 11).
Nous vivons de l’amitié de Dieu. Il aurait eu bien des raisons de nous être infidèle ou de nous laisser tomber. Son amitié nous rassemble encore cet après-midi, alors que nous aurions eu tant d’autres choses à faire.
« Israël mets ta foi dans le Seigneur » (Ps 113B, 9), avons-nous chanté. Peuple choisi, rappelle-toi ton amour, fais confiance … Le Seigneur est ton ami. Eglise de Saint-Etienne, où en es-tu de ton amitié avec Dieu ?
La réponse appartient à chacun, et à nous tous, ensemble. Il nous appartient de nous laisser choisir par JESUS : « ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis » (Jn 15, 16). Vous jeunes et adultes que j’ai confirmés, combien de fois n’ai-je pas lu dans vos lettres : « à mon baptême, ce sont mes parents qui ont choisi, à ma confirmation, c’est moi qui ai choisi ». Ce que vous avez écrit est vrai. Mais l’amitié de Dieu est encore plus vraie. Elle vous enveloppe, avant, maintenant, après. Une amitié qui, par nature, ne s’impose pas._ L’amitié est libre de tout lien du sang ; elle ne tient que par l’amour. L’amour prend patience, dit PAUL dans un texte que nous aimons, qu’un certain nombre d’entre vous ont entendu au jour de leur mariage.
Dieu vous a choisis, comme on choisit des amis, en ouvrant ses bras, son cœur. Regardez la croix : ses bras ouverts, son cœur ouvert ! Sur la croix il y a, ensemble l’envie de Dieu et nos épreuves mais aussi notre joie d’ouvrir à notre tour nos bras et notre cœur.
Tel est notre Dieu incarné en JESUS. Ce n’est pas un livre, ce n’est pas une idole qui fait et dit ce que nous voulons. « Leurs idoles, dit le psaume, or et argent, ouvrages de mains humaines. Elles ont une bouche et ne parlent pas, des oreilles et n’entendent pas, des narines et ne sentent pas » (Ps 113 B 4-6).
Notre Dieu incarné en JESUS fait de son Eglise, de notre Eglise son corps, ses mains, sa bouche, ses oreilles, ses narines. Pour continuer le projet d’amitié de Dieu. Quelle joie d’être choisis ! JESUS a choisi vos mains pour tendre la main à toute l’humanité ; JESUS a choisi vos oreilles pour écouter la lente plainte des hommes qui cherchent à quitter leurs idoles et pour entendre la joie profonde des hommes de bonne volonté ; JESUS a choisi vos yeux pour contempler son œuvre et rendre grâce à son Père ; JESUS a choisi vos narines pour fuir ce qui est nauséabond et respirer le parfum des petits gestes … Oui, Dieu te choisit, Eglise de Saint-Etienne pour transmettre l’amitié, pour être ami au nom du Seigneur.

Il n’y a pas d’amitié avec Jésus, au nom de JESUS, s’il n’y a pas d’amitié pour ceux et celles qui ne sont pas ici. « Je vous appelle mes amis car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître ». Qu’est-ce que JESUS a entendu de son Père ? Quel est ce « tout » sinon son amour universel de Père, qui commence par les plus pauvres ?
Je vous appelle mes amis, dit JESUS, et il précise : je ne vous appelle plus serviteurs, en réalité, le texte grec dit « esclaves ». Par son amitié, Dieu nous libère des entraves que notre cœur sécrète : amour-propre, jalousies, mensonges rongent la joie de l’amitié.

Dans quelques instants, sur notre autel, au centre de notre assemblée, JESUS vivant dans l’Eucharistie sera présent, exposé à nos yeux de chair. Nous oserons le silence. Demandons-nous : où en sommes-nous de notre amitié avec Lui ? Où en est son amitié pour nos contemporains qui ne Le rencontrent qu’à travers nous ?

Sur l’autel, il y aura JESUS. Il a donné sa vie, comme plus grande preuve d’amour, consommant dans la mort de son corps nos mains inertes, nos oreilles fermées, nos bouches paralysées, nos narines qui ne savent plus respirer la bonne odeur. Sur l’autel, il y aura JESUS ressuscité. Il ne cesse de redonner vie et joie à nos mains, à nos oreilles, à nos bouches, à nos narines, pour être ami dans le Seigneur, pour être ami en son nom.

« Je vous appelle mes amis » Pourquoi si tard ? Sinon, parce que son amitié ne peut être liée qu’au mystère pascal de JESUS. Sa mort et sa résurrection communique à l’humanité, son véritable horizon : la vie et la joie éternelle déjà reçues de son amitié.
Nous nous préparons à ce temps de silence avec la Vierge Marie et son cantique d’action de grâce : « Il s’est penché sur son humble servante … son amour s’étend d’âge en âge ».
Nous nous préparons à ce temps de silence en priant aux grandes intentions du monde que nous voulons aimer avec JESUS.
Nous nous préparons à ce temps de silence, en disant notre Père, avec un « notre » aussi grand que son amitié !

+ DOMINIQUE LEBRUN





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 01.10.2015 12:13 - Mis à jour le : 03.02.2016 13:48