Accueil > Actualités > Reportages et photos
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet Récollection de la Pastorale de la Santé 2013 : une journée pour la dignité humaine

La récollection de la Pastorale de la Santé s’est tenue ce mardi 8 octobre 2013 à Notre-Dame de l’Hermitage à Saint-Chamond. Organisée par la délégation à la Pastorale de la Santé avec le Père Patrick Frenay, responsable des aumôniers des hôpitaux et Fabienne Duplany, déléguée diocésaine à la Pastorale de la Santé, l’événement a regroupé cette année près de 270 personnes impliquées dans l’univers de la santé dans les hôpitaux, maisons de retraite, etc.

Un temps de rencontre et de ressourcement

Cette journée constitue un rendez-vous privilégié pour les acteurs de la Pastorale de la Santé car elle permet de regrouper ALP (Animateurs Laïcs en Pastorale) et bénévoles autour d’un thème commun, source de réflexion et d’échanges tout au long de l’année au sein des équipes en place. Elle donne des « pistes de relecture pour travailler. Elle permet aussi d’établir le bilan de l’année écoulée, et nous vivifie pour celle à venir » selon Sylviane Janisset, responsable d’équipe. L’événement permet ainsi chaque année de refonder le sens de l’engagement de chacun dans sa mission à travers des échanges d’expériences et de réflexions, et des temps plus personnels. Pour le Père Patrick Frenay, le moment se veut un temps de pause permettant de « prendre de la distance avec le faire pour mieux nourrir sa mission, de redonner des pistes. C’est aussi une expérience diocésaine : nous sommes en marche. Nous nous ouvrons, nous appartenons à quelque chose de plus large ».

Comment rompre avec le sentiment d’indignité ?

JPEG - 92.4 ko
Sandrine Galvez

Cette année, la conférence fut animée par Madame Sandrine Galvez, aumônier militaire. Elle est intervenue sur le thème « Comment notre Foi au Christ peut soutenir notre présence aux hommes qui souffrent ? ». Elle a insisté sur le sentiment d’indignité des « personnes en souffrance », et non des malades. Pour elle, « il y a comme une urgence à prendre conscience de ce qu’est la dignité humaine dans la religion, pas seulement dans la société. Il faut transmettre le message évangélique du regard de Dieu sur l’Homme. Le Christ est la source et le sommet de la dignité humaine ». Elle a d’ailleurs conclu son discours en affirmant : « Nous devons être les témoins de la beauté de la dignité humaine. Nous, chrétiens, nous devons signifier l’amour de Dieu pour cette personne en souffrance. Il ne faut pas manquer d’audace, les personnes attendent cela ».

Des participants enjoués

Elle a touché les participants par sa simplicité, sa facilité à exprimer ses sentiments, et son expérience proche du terrain. Claire Delcourt, aumônier à l’hôpital de Saint-Chamond, a notamment apprécié le parallèle établi entre suivre le malade et le précéder : « Les médecins, les soignants suivent un malade, tandis que les aumôniers précèdent une personne en souffrance, ils suivent ses pas, comme les disciples accompagnant Jésus sur sa croix. Le Christ est ainsi un repère dans la façon d’accompagner les malades ».

Ils ont aussi aimé l’insistance mise sur la notion de dignité humaine : « On donne beaucoup d’humanité dans un lieu déshumanisé et à des gens déshumanisés », affirme Sylviane Janisset, aumônier à l’institut de cancérologie Lucien Neuwirth et à l’hôpital Georges Claudinon. « Les soignants possèdent de plus en plus la technique mais sont moins dans la proximité, et plus dans le rendement. Nous sommes ce plus car nous pouvons tirer une chaise et prendre ce temps pour écouter, dialoguer », explique Philippe Bouteille, diacre pour la paroisse Sainte Blandine et aumônier à l’hôpital de la Charité. Et Claire Delcourt ajoute : « La personne est un monde infini de tout, elle aussi. Le regard ne s’arrête pas aux apparences, aux plaies, aux odeurs. Il faut passer ce qui n’est pas beau à voir. Elle a besoin de la parole d’un autre qui lui dise qui elle est ».

Claire Delcourt Sylviane Janisset et Philippe Bouteille

Les participants ont par la suite pu se ressourcer dans un temps personnel en silence, puis échanger par petits groupes avant de poser leurs questions à la conférencière dans la chapelle. La journée s’est clôturée par une célébration eucharistique avec le Père François Reynard, vicaire général, les prêtres et diacres présents.

Ingrid Perret




modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)



Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 09.10.2013 12:47 - Mis à jour le : 09.10.2013 14:17