Accueil > Agenda diocésain
Que fête-t-on à l’Ascension ?

Don en ligne

galet Pourquoi ne pas vivre une retraite pour s’ouvrir à la prière ?

Les Chemins Ignatiens dans la Loire proposent une expérience sur deux mois de retraite personnalisée pour s’ouvrir à la prière (selon la pédagogie des exercices de Saint Ignace de Loyola), du 20 janvier au 24 mars 2013.

Dates des rencontres

Une expérience sur deux mois, une retraite selon la pédagogie de Saint Ignace de Loyola.

- Le dimanche 20 janvier 2013 de 9 h 30 à 17 heures à la Maison Saint-Antoine (27-29 rue de la Visitation - Saint-Etienne)
- Les jeudis 31 janvier, 14 et 28 février, 14 mars, de 19 h 30 à 21 heures.
- Le dimanche 24 mars de 12 heures à 18 heures.

Inscriptions

Pierre Jubert – jésuite - 3 rue Jules Serret - 42000 - Saint-Etienne.
Domicile : 04 77 32 32 43 – 06 48 94 13 26
Eglise Sainte-Thérèse : 04 77 25 29 10
pierre.jubert@jesuites.com

Pauline Thubert – laïque - Communauté Vie Chrétienne - 06 31 75 42 85

Marie-Jean Pougheon – sœur de Saint-Joseph - 04 77 32 71 44

Christian Defrance : prêtre diocésain - 06 70 16 96 59

- Bulletin d’inscription

Pourquoi faire une retraite ignatienne ?

Une telle retraite, en suivant les Exercices de Saint Ignace, c’est

  • sur deux mois
  • deux dimanches pour ouvrir et terminer tous ensemble la retraite
  • quatre rencontres à l’heure du repas du soir afin d’approfondir la méthode
  • avec l’engagement à prier chaque jour chez soi, de 20 à 30 minutes
  • et de rencontrer chaque semaine mon accompagnateur...

Découvrir la présence du Seigneur tous les jours, attendre avec impatience cette rencontre du Seigneur tous les matins peut être une résurrection. Pouvoir parler à Dieu comme un ami parle à un ami, lui demander son aide, le remercier de ses grâces... quel bonheur, quel apaisement !

Elles l’ont vécu

Amélie

JPEG - 27.9 ko

Ce qui pour moi a caractérisé ce temps de retraite, ce fut personnellement un bouleversement. Je ne peux pas dire si c’est lié à ce qui se passe dans ma vie personnelle, au temps de Carême ou si c’est lié à la retraite. Sur un plan méthodologique, j’ai trouvé très bénéfique cette invitation à noter après coup plusieurs dimensions de mon temps de prière.

Ainsi pour la prière du matin : Après avoir lu le texte biblique donné, je revenais sur la demande de grâce que j’avais faite : Comment la placer au plus près de la réalité de ma vie ? De même pour les paroles reçues dans ma prière : Lesquelles pourront m’accompagner tout au long du jour ? La parole reçue est ainsi mieux centrée, placée au cœur de ma vie…

Et aussi le soir : Comment nommer, Seigneur, les traces de ton passage, comment reconnaître mon attitude face à elles ? Comment avec toi, Seigneur, prier en alliance pour le jour qui vient ? Là encore une telle prière placée plus justement dans la vie me permet d’entendre un peu mieux où il m’est nécessaire de lâcher prise entre tes mains, de te laisser agir, Seigneur.

Enfin, rencontrer un accompagnateur est sûrement bénéfique. Dans cette rencontre (exigeante !) avec le Seigneur, un frère est à mes côtés, qui me soutient de sa prière…

Je quitte la région en juin et ne sais pas de quoi sera fait l’avenir, mais la rencontre avec des membres de la famille ignatienne sera vraisemblablement sur mon chemin ? Car suivre une telle retraite apporte du fruit, c’est certain...
Amélie

Danielle

JPEG - 20.2 ko

Lorsque j’ai décidé de vivre ce temps de retraite, je dois avouer que je ne savais pas trop ce que cela allait donner. Je ressentais, c’est sûr, le besoin de me rapprocher de Dieu !

Adolescente, j’avais vécu cette rencontre profonde avec Dieu. Aussi dès le début de cette retraite mon cœur s’est ouvert pour laisser une place à celui qui a cheminé de nombreuses années à mes côtés d’une façon discrète.

Découvrir cette présence tous les jours, attendre avec impatience cette rencontre tous les matins a été pour moi une vraie résurrection. Pouvoir parler à Dieu comme un ami parle à un ami, lui demander son aide, le remercier de ses grâces, de ses signes qui me rapprochent sans cesse de ses paroles : quel bonheur ! Quel apaisement ! Se sentir à la fois enfant de Dieu et témoin avec ce que je suis, où j’en suis, avoir envie de partager ce qui m’habite et me fait vivre.

Je sais aujourd’hui que la prière est un chemin nécessaire pour nourrir cette relation d’amour que Dieu a établi avec moi. La prière m’a fait prendre conscience qu’il faut savoir écouter l’autre, savoir réapprendre le silence pour me rendre disponible à l’action de l’Esprit, m’ouvrir à l’inattendu, laisser Dieu me convertir, me transfigurer. En peu de mots : « me laisser faire par Dieu » Mais aussi oser dire « non », ce qui n’est pas si facile, mais peut conduire aussi vers la paix, car servir ne doit pas faire de l’homme un esclave.

Prendre le temps de sentir, de goûter les choses intérieurement car comme le dit Ignace : « ce n’est pas d’en faire beaucoup qui rassasie l’âme » J’apprends aujourd’hui à regarder, voir de près, reconnaître le visage de Dieu dans tous ceux que je rencontre, et rester attentive aux signes que je reçois.

Tout ce que j’ai vécu durant cette retraite et que j’ai pu surtout partager en toute confiance avec mon accompagnatrice Renée est comme une empreinte, un nouveau départ sur mon chemin Mais rien n’est acquis. Il me faut veiller, savoir donner de mon temps pour la rencontre avec Dieu, avec l’autre.
Danielle





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 15.01.2013 15:05 - Mis à jour le : 21.01.2013 10:44