Accueil > Actualités > Toutes les actualités
Fête de l’éveil à la foi

Don en ligne

galet « Oui à la paix au Proche-Orient »

La lettre de Pax Christi France juin 2009.

La paix au Proche et Moyen-Orient, nous l’espérons de toutes nos forces et plus encore les populations de l’Irak, de l’Iran, du Liban, de la Palestine et même d’une grande partie des Israéliens. Nous ne pouvons pas en dire autant des gouvernements de certains de ces pays. Nous savons bien que le conflit Israélo-palestinien ne peut se résoudre qu’en prenant en compte l’ensemble de cette région. Les États-Unis d’Amérique avaient presque toujours accordé un soutien inconditionnel aux différents gouvernements d’Israël. C’est pour cela que le discours du nouveau président des USA : Barak Obama, était très attendu en ce jeudi 4 juin dans la ville du Caire.

De fait, nous avons entendu un discours qui tranche avec tous les précédents [1] : En Irak, « ordonner le départ des brigades combattantes » réaffirmer « la souveraineté de l’Irak » soutien de ce pays « en tant que partenaire, et jamais en tant que patron ». Le président Obama a dit clairement que le seul chemin pour la paix au Proche-Orient était la création de deux États « où Israéliens et Palestiniens vivront chacun en paix et en sécurité ». « Les États-Unis n’acceptent pas la légitimité de la continuation de la colonisation… Elles sapent les efforts consentis pour parvenir à la paix ». Il y a également un désir de renouer un dialogue avec l’Iran et « d’empêcher une course à l’arme nucléaire au moyen orient qui pourrait mener cette région et le monde sur une voie extraordinairement dangereuse ».

Nous pouvons dire que ce discours a réjoui bon nombre de pays et les foules acquises à la paix, à cause de sa qualité et du langage d’ouverture qu’il propose. Mais depuis le 4 juin, la situation a considérablement évolué. Le gouvernement israélien a certes prononcé le mot d’État Palestinien mais en même temps le catalogue des conditions qui l’accompagne rende la proposition inacceptable. De plus l’extension des colonies en Cisjordanie continue et rend caduque la possibilité de créer un État Palestinien. Du côté de l’Iran, les dernières élections, les émeutes pour protester contre les fraudes massives et la répression féroce des gouvernants contre la population viennent assombrir les possibilités de relations internationales constructives.

Si la paix semble impossible aujourd’hui, elle le sera demain. Seulement ne rêvons pas ! Quand des hommes ou des pays ne peuvent plus se parler il faut organiser des médiations. Si les États-Unis sont actuellement en bonne position pour le faire, il semble qu’un ensemble de pays de toutes tendances pourraient jouer ce rôle de médiation pour faire aboutir la paix. L’ONU pourra-t-elle un jour jouer ce rôle qui devrait lui revenir sans se heurter au jeu des vetos ?

L’Europe, encore aujourd’hui, balbutie sa politique extérieure. Pourra-t-elle parler d’une seule voix dans ce concert international ? La section française de Pax Christi en lien avec les autres sections nationales et Pax Christi International, fera tout pour sensibiliser les citoyens et interpeller les politiques pour qu’ils interviennent auprès des organisations internationales : ONU, Parlement Européen etc. Car nous sommes toujours déterminés et confiants en l’amour de Dieu plus fort que la haine.

P. Jean Guellerin fc
délégué national de Pax Christi

- Pour tous renseignements : Pax Christi France - 5 rue Morère - 75014 Paris
E-mail : pax.christi-france@wanadoo.fr - Tél. 01.44.49.06.36 - Fax : _ 01.44.49.02.15
Site internet : http://paxchristi.cef.fr


[1] EXTRAITS DU DISCOURS DU PRÉSIDENT OBAMA AU CAIRE LE 4 JUIN 2009.




Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 26.06.2009 10:57 - Mis à jour le : 26.06.2009 11:02