Accueil > Actualités > Toutes les actualités
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Nouvelle édition de la traduction œcuménique de la Bible : un nouveau pas vers l’unité des chrétiens

Nouvelle édition de la traduction œcuménique de la Bible : un pas de plus vers l’unité des chrétiens

La nouvelle édition de la TOB (traduction œcuménique de la Bible) a été présentée à la presse, le 9 novembre 2010, par les éditeurs et les membres du comité scientifique, en présence des trois co-présidents de l’AORB (association œcuménique pour la recherche biblique), le pasteur Claude Baty, le père Nicolas Cernokrak et Mgr Francis Deniau, évêque de Nevers. Les catholiques y découvriront six nouveaux livres deutérocanoniques.

La véritable nouveauté réside dans l’intégration de six livres « deutérocanoniques » supplémentaires en usage dans la liturgie des Eglises orthodoxes, à savoir, 3 et 4 Esdras, 3 et 4 Maccabées, la prière de Manassé et le psaume 151.

JPEG - 21.4 ko

Les livres dits « deutérocanoniques » sont ceux qui ne sont pas inclus dans le canon juif, qui ne comprend que les livres qui nous sont parvenus en hébreu ou araméen (la Torah, les Prophètes et les Écrits). Les protestants n’intègrent aucun livre « deutérocanonique », ils désignent ces textes comme « apocryphes » (dont l’origine n’est pas établie et qui ne figurent pas dans le canon des Ecritures).

Certains étaient cependant présents, à part des livres canoniques, dans la Bible de Luther et dans d’autres éditions protestantes.

Les catholiques intègrent une partie de ces livres issus de la Septante (traduction grecque de la Bible faite dans la communauté juive d’Alexandrie au IIIème siècle avant Jésus-Christ), comme l’a officiellement déclaré le concile de Trente au XVIème siècle. 3 et 4 Esdras, et 4 Maccabées n’en font pas partie mais ils figuraient pourtant dans la Vulgate, traduction latine de la Bible, en usage chez les catholiques, jusqu’au milieu du XXème siècle.

Lire la T.O.B et découvrir des textes en usage chez nos frères orthodoxes est une façon de mieux apprendre à nous connaître, un chemin pour avancer vers l’unité.

Cette Bible dont la première version a été éditée en 1975 n’a pas de statut officiel pour les Eglises. Perçue au départ, comme un outil de travail pour érudits, elle s’est peu à peu popularisée et occupe une large place dans le paysage biblique francophone.

Son statut particulier lui permet aussi d’être reçu au-delà du milieu des croyants, comme en témoigne son utilisation dans les manuels scolaires.

L’édition 2010, disponible, comme les précédentes, en deux versions (à notes intégrales ou à notes essentielles) propose une maquette plus aérée et plus lisible.

La traduction de certains termes comme les titres divins ou « loudaioi » qui désigne les juifs dans l’Evangile de Jean a été revue. L’annotation de certains passages a été mise à jour et les cartes et plans ont été actualisés et redessinés.

Pour ses éditeurs, la T.O.B. est arrivée à maturité du point vue exégétique, avec l’intégration de nouvelles données, fournies par la recherche et l’archéologie, du point de vue éditorial, du point de vue spirituel et pastoral pour la lecture personnelle ou le travail des groupes bibliques, et du point de vue œcuménique avec l’apport majeur des orthodoxes à cette édition disponible en librairie à partir du 18 novembre.

A lire aussi

- Impatience, par Mgr Dubost





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 02.11.2010 11:18 - Mis à jour le : 02.05.2011 20:44