Accueil > Célébrer et prier > Sanctuaires, lieux de pèlerinages > Notre-Dame de Cotatay
13.

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Notre-Dame de Cotatay au Chambon-Feugerolles

La célébration du 15 août a revêtu un caractère national sous le règne de Louis XIII. Le roi déclara en 1638, que cette date serait jour de procession destiné à commémorer le vœu qui précéda la naissance, prétendue miraculeuse, du futur Louis XIV. Une tradition qui n’a pas pris une ride dans la vallée de Cotatay.

La grotte a subi de nombreux dommages au fil du temps

Le pape Pie XI désigna, en mars 1922, la Vierge dans son assomption comme patronne de la France.

Ce jour de la Sainte-Marie est lié aux interventions divines de la Vierge, aux guérisons miraculeuses lors des pèlerinages.

Les nombreuses plaques sur le mur de la grotte de Cotatay, témoignent des remerciements pour des grâces obtenues. Ce sanctuaire, dédié à Marie, fut béni le 26 avril 1874, par Monseigneur Jamot, évêque canadien, avec la pose de la statue de l’Immaculée Conception. Une autre statue représentant Bernadette Soubirou agenouillée a depuis été ajoutée. L’histoire de cette grotte débute dans la chapelle de la Sauvanière, durant l’été 1873, quand le Révérend Père Julien célébrant la messe, dit avoir entendu un appel lui commandant d’élever un lieu semblable à celui de la grotte de Lourdes afin d’y honorer la Vierge « au milieu des ouvriers ». Il fit part à Antoine Denis, de son désir de voir élever un sanctuaire dans la vallée. Ce dernier, semble-t-il, par une dédicace dans la chapelle, offrit une parcelle de terre en bordure de chemin, et l’excavation naturelle qui s’y trouvait fut aménagée.

Les travaux furent entrepris avec l’aide d’autres habitants, Messieurs Vincent, Bréron et Decitre.

Un premier autel de bois y fut placé, remplacé plus tard par celui de Lourdes qui fut incendié en 1981. Une grille provenant du tombeau de Saint-Régis à la Louvesc protégeait l’entrée de la grotte. Seule sa partie basse s’y trouve encore. La grotte a subi de nombreux dommages qui ont dégradé son aspect primitif, profanée en 1901 et endommagée à plusieurs reprises par des saccages, incendie de l’autel, inondations lors de la montée des eaux du Cotatay, elle reste aujourd’hui un lieu de pèlerinage, ou de visite, très fréquenté, comme en témoignent les nombreux cierges qui y brûlent, et les messages à la Vierge glissés dans les interstices du rocher. https://www.leprogres.fr/loire/2016...

INFO  Sources : livre de la Société d’Histoire du Chambon-Feugerolles, Cotatay en Héritage - Diocèse de Saint-Étienne.

Contact : paroisse Sainte Marie en Ondaine - cure saint-Clément - 10, place Claudinon Giraudet - 42500 Le Chambon-Feugerolles - 04 77 61 04 71 (permanence le matin de 9 h à 11 h).





Version imprimable de cet article Version imprimable
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Publié le : 17.01.2017 09:32 - Mis à jour le : 23.06.2018 10:59