Accueil > Actualités > Toutes les actualités
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet Mgr Dominique Lebrun intègre le Conseil famille et société de la Conférence des évêques de France

Mgr Dominique Lebrun fait désormais partie du conseil famille et société de la Conférence des évêques de France. Neuf conseils et huit commissions permettent à la conférence d’exercer collectivement sa responsabilité. Interview de Mgr Dominique Lebrun.

Chantal de Rosemont : Vous faites à présent partie du conseil famille et société de la Conférence des évêques de France, pourquoi vous particulièrement ?

Dominique Lebrun : Nous sommes six évêques dans le conseil famille et société. Le président, Mgr Jean-Luc Brunin qui vient d’arriver au Havre, a été élu par l’assemblée des évêques. Les cinq autres sont désignés par le Conseil permanent.

Est-ce un souhait de votre part ?

Après l’assemblée plénière de novembre dernier à Lourdes où de nombreux conseils et commissions ont changé de présidents, tous les évêques ont été invités à proposer trois noms de conseils où ils aimeraient travailler. J’avais indiqué la Pastorale sacramentelle, Famille et société ainsi que Les ministres ordonnés et les laïcs en mission ecclésiale.

Avez-vous été appelé ?

J’ai donc été appelé par le conseil permanent au conseil Famille et société. En fait, je me sentais surtout appelé par les défis de notre Eglise diocésaine qui continue à mettre en œuvre l’initiation chrétienne (la pastorale sacramentelle) et le dialogue avec la société (famille et société) en poursuivant l’appel et la formation de nombreux laïcs, espérant aussi des ministres ordonnés plus nombreux. J’avais choisi ces conseils en fonction de notre mission dans La Loire. Je rends grâce au Seigneur de m’avoir donné du goût pour ces questions.

Quels sont les objectifs de cette commission ?

Comme toute commission, ce conseil est chargée d’aider les évêques dans leur mission, en leur proposant des informations et des réflexions. Elle peut être saisie par n’importe quel autre évêque, par l’assemblée ou par elle-même. Je suis témoin de l’importance que l’assemblée a attaché au fait de lier famille et société, en mettant la famille, première cellule d’amour de tout être humain, avant la société. J’en suis heureux. Sur le plan du grand public, il ne faut pas s’attendre à des répercussions. Lorsqu’il y a des prises de positions de l’épiscopat sur des questions de société, cela concerne surtout la présidence de l’assemblée, c’est-à-dire le cardinal André Vingt-Trois, les vice-présidents, Mgr Laurent Ulrich et Mgr Hippolyte Simon ou notre porte-parole, Mgr Bernard Podvin.

Comment voyez-vous votre mission ?

Nous aurons dans les semaines qui viennent une première réunion qui la déterminera en grande partie. J’espère pouvoir apporter ce que je vois dans le diocèse de Saint-Etienne et prendre le temps de travailler quelques questions plus à fond. Je pense au dialogue à promouvoir entre l’Eglise et la société. L’idée est bien admise mais nous n’avons sans doute pas encore assez approfondi les conditions pour un juste dialogue et ses fondements dans le salut que Dieu propose aux hommes.

Est-ce que cela pourra éclairer votre mission d’évêque sur la dimension « famille et société » dans notre diocèse de Saint-Etienne ?

J’espère être le premier bénéficiaire des travaux de la commission, avec l’aide de l’Esprit Saint.

Propos recueillis par Chantal de Rosemont





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 16.01.2012 10:50 - Mis à jour le : 16.01.2012 14:41