Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Fête de l’éveil à la foi

Don en ligne

galet Messe chrismale 2011 : homélie de Mgr Dominique Lebrun

Homélie de Mgr Dominique Lebrun

Messe chrismale
Mardi 19 avril 2011 – Cathédrale Saint-Charles
Is 61, 1-3a.6a.8b-9 ; Ps 88
Ap 1, 5-8 ; Lc 4, 16-21

- Télécharger au fichier PDF

JPEG - 74.7 ko
Durant la messe chrismale, l’évêque consacre le saint-chrême et bénit les autres huiles saintes /© Photo Michel Mansuy (11)

Homélie

Dimanche, nos églises se sont remplies d’une foule sortie de son quotidien et qui est retournée à son quotidien munie de quelques rameaux. Ce soir, notre cathédrale s’est aussi remplie et chaque communauté pourra repartir munie des huiles sanctifiées par l’Esprit Saint.

Hormis la proximité chronologique, ces deux événements ne se confondent guère si l’on considère le cadre, le style pour ne pas parler des fidèles ! Ici, une assemblée de chrétiens engagés ; là-bas des assemblées à la limite de la superstition ! Sommes-nous tentés de dire !

Or, au pays de Jésus, les rameaux étaient probablement des branches d’oliviers ; et l’huile que nous bénirons n’est autre qu’une huile d’olive. Il n’y a qu’un seul arbre présent, dimanche, par ses rameaux et, aujourd’hui, par son fruit, un arbre qui ne peut être celui de la division.

L’huile nous rappelle l’épaisseur de notre humanité. Jésus l’épouse dans la poussière de Capharnaüm, de Jérusalem et … de la Loire. Une humanité souffrante qui attend la libération ; une humanité catéchuménale qui n’en finit pas de s’ouvrir à la lumière ; une humanité dont l’empreinte divine est encore masquée par le péché.

Vous avez reconnu les sacrements qu’avec ces huiles nos communautés célèbrent : l’onction des malades pour l’humanité souffrante, le baptême pour l’humanité catéchuménale, la confirmation et l’ordination pour l’humanité qui attend la marque définitive de l’Esprit Saint. Nos communautés agissent alors au nom de la Trinité qui ne peut renoncer à associer l’humanité à son amour et à sa joie éternelle.

Frères et sœurs, fidèles du Christ, religieuses et religieux, diacres et prêtres, évêque, nous sommes de la même humanité que celle que nous avons rencontrée dimanche des rameaux, et qui est celle de Jésus. Un seul et même arbre de vie nous sauve et nous unit !

Le baptême pas plus que la confirmation ou l’ordination ne nous exemptent de le contempler : Voici qu’il vient parmi les nuées, et tous les hommes le verront, même ceux qui l’ont transpercé ; et, en le voyant, toutes les tribus de la terre se lamenteront, dit St Jean le visionnaire de l’apocalypse (1,7).

Nous appartenons à des tribus humaines ou spirituelles. Elles expriment nos origines, nos différents charismes ou fonctions dans l’Eglise. Ensemble, nous avançons vers Celui que nous avons transpercé et qui peut dire : Je suis l’alpha et l’omega, …, je suis celui qui est, qui était et qui vient, le tout-puissant (Ap 1, 8).

Depuis 40 ans et avant, la participation de plus en plus visible des fidèles laïcs à la mission de Jésus manifeste le chemin pris par Jésus pour nous sauver : l’humanité. Cette participation n’est pas une solution à un manque de prêtres. Elle est un chemin de vérité, et je le crois, de purification. Elle écarte toute tentation de nommer salut ce qui n’aurait pas encore investi le quotidien de la vie humaine : la famille comme le travail, les loisirs comme les engagements de charité. Ou, pour le dire avec nos mots diocésains, le monde de la musique et de la famille ; le monde des jeunes et du développement personnel, le monde de la communication et le monde politique ; les questions sociales et, surtout, la solidarité.

Le Pape Jean-Paul II, bientôt bienheureux, alors qu’il était jeune évêque auxiliaire de Cracovie, écrivit ceci en 1959 dans la perspective du Concile : Les prêtres doivent éviter le style “ protection ” ou “ patriarche ”, même s’il est fondé sur la tradition, ainsi que tout séparatisme d’avec les laïcs, qui, [les uns et les autres,] empêchent le travail mutuel d’édification du Corps Mystique. Dans le soin des âmes, les laïcs ne sont pas tant des objets que des sujets coopérants.

Nos frères et sœurs du dimanche des rameaux, ceux qui viennent occasionnellement et tous les autres sont des « sujets coopérants » plus que des objets de notre soin pastoral ! Cela est vrai aussi entre nous !

Puissions-nous aller simplement les uns vers les autres ! Puissions-nous surtout allers vers d’autres dans la vive conscience que nous prenons le chemin emprunté par le Fils bien-aimé pour nous rejoindre, et dont la croix est la signature d’amour !

L’huile des malades et des catéchumènes sont bénies, comme le saint-chrême est consacré pour qu’apparaisse clairement la médiation d’humanité par laquelle Jésus –le Christ !- nous constitue sujets de sa grâce de salut, et ne cesse d’appeler de nouvelles personnes à sa mission. Préparons-nous à recevoir maintenant ces bénédictions, prémices de la joie de Pâques et de Pentecôte ; qu’elles viennent sur l’Eglise de Saint-Etienne qui fête ses 40 ans de coopération à l’œuvre divine. Amen.

+ Dominique Lebrun
Evêque de Saint-Etienne
.





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 28.04.2011 10:19 - Mis à jour le : 28.04.2011 13:58