Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet Mercredi des Cendres, homélie de Mgr Dominique Lebrun

Mercredi des Cendres

Cathédrale Saint-Charles – le 22 février 2012
Jl 2, 12-18 ; Ps 50
2 Co 5, 20-6, 2 ; Mt 6, 1-6.16-18

Homélie Frères et sœurs,

Nous nous préparons à la fête de Pâques. Tel est l’unique sens du carême. Il nous faut donc relever la tête et nous souvenir de ce que nous vivrons à Pâques.

A Pâques, les catéchumènes professeront leur foi et seront plongés dans la mort et la résurrection du Christ en recevant le baptême. Et nous ? L’Eglise nous invite chaque année à professer notre foi d’une manière solennelle afin de renouveler notre union au Christ mort et ressuscité.

Le chemin du carême est un chemin pour raviver notre foi, pour nous préparer à la profession solennelle de la foi de l’Eglise. Quels sont les obstacles à la foi ? Si la foi est bien comprise comme la grâce qui nous découvre le secret de Dieu, le principal obstacle est tout ce qui nous sépare de Dieu.

Revenez à moi de tout votre cœur !(Jl 2, 12) dit Dieu à travers le prophète Joël.

Laissez-vous réconcilier avec Dieu (2 Co 5, 20), supplie St Paul en écho aux prophètes !

Ton Père voit ce que tu fais en secret (Mt 6, 4.6.18), confirme Jésus.

La grande tentation du carême des chrétiens est, sous prétexte de nous améliorer, de nous centrer sur nous-mêmes et sur des exercices d’ascèse.

Jésus rassemble ses disciples sur la montagne pour les conduire au Père, pour leur apprendre le chemin qui conduit à nouveau au Père. Ce chemin commence précisément par l’écoute de sa Parole et par la rencontre de son Fils : Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait (Mt 5, 1-2).

Comment proclamer notre foi en Dieu, Père, Fils et Esprit-Saint, si nous ne l’entretenons pas, si nous ne l’enrichissons pas par une fréquentation attentive et volontaire de la Parole de Dieu. Prenez-en la résolution d’une manière ou d’une autre. C’est la Parole de Dieu qui éclaire notre intelligence au sujet de Dieu.

Le chemin indiqué par Jésus passe par l’aumône, la prière et le jeûne. L’aumône, pour les chrétiens, est d’abord la prise en considération de l’unique amour que Dieu destine à tous les hommes. L’idée que certains sont plus malchanceux que d’autres doit nous être insupportable. En vivant l’aumône, nous nous approchons du cœur de Dieu qui aime sans faire de différence.

La prière ouvre notre être à la relation avec Dieu ; elle dilate notre cœur et notre intelligence pour en recevoir lumière et amour. Vérifions que nos prières sont bien prière ! Pour cela, il faut parfois modifier telle ou telle habitude ou bien prendre le temps d’une retraite, d’un temps plus long de mise en lien avec Celui qui ne cesse de nous aimer.

Le jeûne est la plus mystérieuse des trois indications données par le Seigneur. Car il nous met sur la voie de Jésus qui, de riche qu’il était, s’est fait pauvre. La pauvreté volontaire, le renoncement à des biens légitimes -la nourriture- n’est pas seulement fait pour exciter notre désir ou notre joie lorsqu’ils prennent fin. Il nous approche de Jésus lui-même qui perdra sa vie entre les mains du Père.

Frères et sœurs, au seuil du carême, demandons à Dieu la grâce de l’humilité, en reconnaissant combien Dieu nous maintient en Lui malgré notre péché obstiné. Accueillons le signe des cendres dans cette humilité que le Père aime car elle nous unit à l’humilité de son Fils qui s’est fait poussière pour nous faire renaître à la vie éternelle, à Pâques.

+DOMINIQUE LEBRUN
Evêque de SAINT-ETIENNE.





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 23.02.2012 12:43 - Mis à jour le : 23.02.2012 12:45