Accueil > Actualités > Toutes les actualités
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet Les Soeurs de Gethsémani, présentes à Saint Chamond, touchées par la violence au Niger

Communiqué de Soeur Danièle Relio,Supérieure générale des sœurs de Gethsémani (Saint-Chamond) et Mgr Dominique Lebrun, évêque de Saint-Étienne.
A consultez également : Le Vatican préoccupé par la situation au Niger.

Le 18 janvier 2015

Les Soeurs de Gethsémani, présentes dans notre diocèse de Saint-Etienne, ont deux maisons à Niamey (Niger). Elles accueillent des enfants orphelins dans l’une et assurent la formation des jeunes sœurs dans l’autre. Cette dernière maison est brûlée comme l’église de leur paroisse et d’autres églises de la ville.

Les enfants ont été mis à l’abri et les sœurs se sont réfugiées chez des amis.

La situation est très inquiétante même si la raison et le courage continuent d’habiter la communauté chrétienne, les amis musulmans, les forces de l’ordre.

La violence engendre la violence, nous le savons mais l’amour a déjà triomphé en JESUS et tous ceux qui accueillent son Esprit Saint.

Choisissons la vie, choisissons l’amour dans nos paroles, dans nos actes, dans notre prière.

Soeur DANIELE RELION, Supérieure générale des sœurs de Gethsémani (Saint-Chamond)

+ DOMINIQUE LEBRUN, EVEQUE DE SAINT-ETIENNE


Le Vatican préoccupé par la situation au Niger

« On ne peut pas faire la guerre au nom de Dieu », a rappelé le Pape François lors de l’audience générale ce mercredi en invitant les fidèles « à prier ensemble pour les victimes des manifestations de ces derniers jours au Niger ». A la fin de sa catéchèse dans la salle Paul VI, le Pape a eu une pensée particulière pour les chrétiens nigériens.

« Des brutalités ont été commises contre des chrétiens, des enfants, des églises » a dit François, invoquant « le don de réconciliation et de paix afin que le sentiment religieux ne devienne jamais occasion de violence, de vexation et de destruction » et souhaitant le rétablissement le plus rapidement possible « d’un climat de respect réciproque et de cohabitation pacifique pour le bien de tous ».

La Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples a elle aussi tenu à exprimer « sa proximité spirituelle » et sa solidarité aux fidèles catholiques du Niger. Son secrétaire Mgr Savio Hon Tai-Fai, affirme avoir suivi « avec une attention particulière et une grande préoccupation » la situation vécue par les chrétiens la semaine dernière qui a causé « d’immenses pertes » et « une grande désolation au sein de toute la population ». Sa sollicitude et ses prières vont en premier lieu aux familles victimes de cette « situation de violence ».

10 morts et 45 églises incendiées

La Congrégation « en appelle au sens de responsabilité des autorités politiques, civiles et militaires pour qu’elles recherchent à travers les voies du dialogue à rétablir la paix et à mettre définitivement fin à ces violences contre les chrétiens » Faisant écho aux propos du Pape François, elle rappelle qu’ « on ne peut en aucun cas causer la mort et les souffrances au nom de Dieu, ni justifier la violation des libertés fondamentales de la personne humaine ».

En fin de semaine dernière à Zinder, au sud du Niger puis à Niamey plusieurs manifestants étaient descendus dans la rue pour condamner la publication d’une nouvelle caricature du prophète Mahomet, par l’hebdomadaire français Charlie Hebdo. Les violences ont fait 10 morts et près de 200 blessés. Les émeutiers ont saccagé et incendié 45 églises dans la capitale, un orphelinat et une école chrétienne, selon la police nationale. A Zinder, le Centre culturel franco-nigérien et plusieurs églises ont aussi été incendiés et les chrétiens ont dû être placés sous protection militaire. Le gouvernement avait annoncé lundi un deuil national de trois jours. Après ce week-end de violences,l’archevêque de Niamey, Mgr Michel Cartatéguy, se disait « sous le choc ».
article sur le site de radio Vatican





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 18.01.2015 11:28 - Mis à jour le : 23.01.2015 14:39