Accueil > Actualités > Toutes les actualités
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Le symbole "ن" se propage sur les réseaux sociaux en soutien aux chrétiens d’Irak

Déjà dramatique, la situation des chrétiens d’Irak s’aggrave d’heure en heure. Les catholiques de France sont mobilisés dans la prière et l’action. Nos frères chrétiens sont chez eux en Orient !

Mgr Bernard Podvin.
Porte-parole de la Conférence des évêques de France.

Déjà dramatique, la situation des chrétiens d’Irak s’aggrave d’heure en heure. Le terrorisme aveugle compte, hélas, sur le relâchement estival de notre vigilance pour intensifier son chantage et ses odieuses exactions. Le voyage tout récent de la délégation de l’Eglise catholique en France vient de mesurer à quel point la population irakienne, dans ses diverses composantes, crie au secours. Entendrons-nous leur appel ? Nous saluons les récentes prises de parole des dirigeants de notre pays. Mais elles doivent se concrétiser davantage. C’est au niveau des Nations Unies que doit au plus vite s’organiser la plus ferme et la plus rapide des réactions, avant qu’il ne soit trop tard.

Les catholiques de France sont mobilisés dans la prière et l’action. Nos frères chrétiens sont chez eux en Orient ! La communauté internationale est indigne d’elle-même si elle ne protège pas toutes les minorités de la planète.

Mgr Georges PONTIER


Le symbole "ن" se propage sur les réseaux sociaux en soutien aux chrétiens d’Irak

La lettre "ن" est l’initiale du mot arabe "Nasrani", qui désigne les chrétiens d’Irak.

Les jihadistes qui ont envahi la région de Mossoul, en Irak, marquent de ce signe les habitations occupées par des chrétiens, contraints de se convertir à l’islam ou de mourir. La plupart ont opté pour l’exil.

En signe de soutien aux chrétiens d’Irak, de nombreux internautes et organisations ont repris ce symbole dans leur avatar sur Facebook et Twitter.


L’AED a appelé à une journée de prière pour la paix en Irak

L’Aide à l’Église en Détresse, en lien avec le patriarche des chaldéens Louis Raphaël Sako, a convié les habitants du monde entier à une journée de prière pour la paix en Irak le mardi 6 août, en la fête de la Transfiguration.’

Fondation pontificale, membre du Conseil National de la Solidarité des Évêques de France, l’AED soutient les chrétiens persécutés, réfugiés ou menacés, dans plus de 150 pays. Elle s’est montrée très active depuis de nombreuses années sur la protection des chrétiens d’Irak face aux dangers qu’ils encourent dans un pays soumis à une insécurité grandissante, surtout depuis l’intervention américaine de 2003. L’AED appelle donc le 6 août tous les « hommes de bonne volonté » à « unir les voix et les cœurs devant le Seigneur afin d’implorer la paix », selon les mots de Mgr Sako adressés à l’AED.

Une réponse à l’appel du Pape

L’idée de cette initiative est née de l’appel du Saint-Père exhortant à mettre un terme à la violence en Irak, explique le président international de l’AED Johannes Heereman : « Dimanche dernier, à l’Angélus, le Pape François a lancé un appel à l’humanité entière : ‘Arrêtez-vous, s’il vous plaît ! Je vous le demande de tout mon cœur. Le moment est venu de s’arrêter. Arrêtez-vous, s’il vous plaît !’ Cet appel pressant nous a incités à nous adresser non seulement aux chrétiens, mais aussi aux fidèles d’autres religions, à commencer par les différentes communautés musulmanes qui, à l’heure actuelle, souffrent particulièrement elles aussi des conséquences de la guerre, pour les convier à une prière de paix qui englobe la terre entière. Face à des souffrances telles que celles auxquelles nous devons assister en Irak, il est temps de nous unir à la souffrance de nos frères et sœurs et de montrer au monde que nous ne les avons pas oubliés ». La suite >>

Chrétiens d’Irak : Retour de la délégation de la CEF

Le Cardinal Barbarin, Mgr Dubost et Mgr Gollnisch sont de retour ce 1er août de leur voyage comme émissaires de l’Eglise catholique en France auprès des chrétiens d’Irak, accueillis par le Patriarche Chaldéen Louis-Raphaël Sako.

Dans une interview, recueillie sur place par Natalia Trouiller, responsable de la communication du diocèse de Lyon, et publiée sur le site eglise.catholique.fr, ils reviennent sur ces nombreuses rencontres, qui les ont profondément marqués.

Selon Mgr Pascal Gollnisch, Directeur général de l’œuvre d’Orient et organisateur de cette visite, « même si ce voyage revêt un caractère particulier en raison de l’actualité, ce n’est pas un acte isolé : il s’inscrit vraiment dans la continuité du souci qu’ont les évêques français de leurs frères d’Orient … »

Ce qui a beaucoup frappé Mgr Michel Dubost, évêque d’Evry et Président du Conseil pour les relations interreligieuses de la CEF, « c’est de trouver des gens qui ont tout perdu en raison de leur foi : ils demandent justice, mais sans haine ni appel à la vengeance. L’immense solidarité du peuple irakien m’a aussi frappé : paroisses, écoles, salles communes, maisons, toutes les portes se sont ouvertes pour les déplacés ».

Pour le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et à l’initiative de cette délégation, « il fallait que les chrétiens d’Irak sachent que l’on prie pour eux : c’est chose faite. Nous n’avions pas la prétention de faire des choses extraordinaires, mais toutes simples : prier, manifester notre amitié, apporter une aide matérielle… Ce qui me touche, ce que je garde de ce voyage, ce sont 2 remarques : une du patriarche, « De jour en jour, grâce à votre venue, on voyait leur espérance grandir » ; et une de Mgr Youssef Thomas, « Avant nous étions sans voix ; maintenant, enfin, nous avons une voix ».

C’est bien pour être à l’écoute des chrétiens en Irak que cette délégation de l’Eglise en France a été organisée mais plus que jamais, tout est à poursuivre ! N’oublions pas les chrétiens d’Orient !

Interview de la délégation de la Conférence des évêques de France auprès des catholiques irakiens Sur le site http://www.eglise.catholique.fr/act... )


Mgr Gollnish : aider les Chrétiens d’Irak

Mgr Pascal Gollnish revient sur l’aide apportée aux Chrétiens d’Irak. Le directeur de l’OEuvre d’Orient participait à la délégation de l’Eglise catholique de France en visite en Irak du 28 juillet au 1er août 2014 pour soutenir la population irakienne. Chrétiens d’Orient du 31/07/2014.


Vidéo : Les chrétiens persécutés en Irak et en Syrie


Terre Sainte et Chrétiens d’Irak : les catholiques en France mobilisés

Communiqué de la Conférence des évêques de France

Paris, le jeudi 24 juillet 2014

Les chrétiens de Mossoul sont chez eux au berceau du christianisme. Ils sont nos aînés dans la foi. Comment peut-on les soumettre à la terreur et au chantage dans l’unique but de les faire fuir ? "Les voici dépouillés de tout" s’est indigné le Saint-Père. Les catholiques en France ne peuvent rester passifs. La communauté internationale doit, de toute urgence, préserver la paix et la sécurité de ces populations que le pouvoir local avoue être incapable de protéger. N’oublions pas les chrétiens d’Irak ! Comme le dit Mgr Pontier « ils sont là-bas depuis toujours, souvent sur des lieux très forts de l’histoire biblique et chrétienne. Leur émigration est dramatique. Nous avons envers eux un devoir de prière et de solidarité. »
Le Cardinal Barbarin, Mgr Dubost et Mgr Gollnisch seront, du 28 juillet au 1er août prochain, émissaires de l’Eglise catholique en France auprès des chrétiens d’Irak, accueillis par le Patriarche Chaldéen Louis-Raphaël Sako. Ils signifieront que la lutte contre l’indifférence doit être permanente. Ils seront priants et acteurs auprès des communautés menacées. Des journalistes les accompagneront, afin que l’opinion publique soit de toute vigilance. Prions pour que cette délégation porte un peu de réconfort et de lumière dans la situation très grave que subissent nos frères en Orient. En France, d’autres initiatives locales, encouragées par l’évêque du lieu, sont à mentionner et à rejoindre (assemblées de prières, jeûne, appels aux dons …).
Par ailleurs, deux mille étudiants français se faisaient une joie d’être les hôtes des chrétiens de Terre Sainte, en cette fin juillet, pour un pèlerinage de foi et d’amitié. C’est peu dire que ces jeunes le préparaient ce rendez-vous, avec motivation et créativité ! Vingt-cinq évêques, et de nombreux accompagnateurs, étaient de cette belle aventure sur les pas du Christ. Le conflit israélo-palestinien, le plus sanglant depuis 2009, et dont chaque jour apporte des faits terrifiants, en décide autrement ! L’annulation de ce séjour fut très difficile à prendre. Les évidentes raisons de sécurité, et la responsabilité qui nous incombe, appelaient cette décision déchirante. Le préjudice causé pour un voyage annulé est une réalité indéniable, mais il est peu de choses au regard de l’angoisse quotidienne de la population locale. C’est aux habitants de Terre Sainte, qu’il faut penser, vivant dans la peur du déchainement meurtrier. Ne pouvoir venir chez eux est un coup dur pour la fraternité. Nous connaissons leur foi et leur mobilisation pour la justice et la paix.

Profondément unis à eux, les catholiques en France ne baissent pas les bras. Ils ne se résigneront jamais à ce que la guerre soit plus forte. Ils feront tout pour intercéder et agir afin que la communauté internationale s’implique dans la recherche de résultats tangibles et durables. Avec quelques semaines de recul, chacun relit avec émotion le voyage du Saint-Père : son geste silencieux et grave contre le mur de Séparation n’était-il pas prémonitoire ? Totalement mobilisés avec le Pape François, et en lien fraternel avec tous, nous aurons, depuis le territoire français, des initiatives de prière et de solidarité. Au nom des évêques de France, Mgr Pontier, Archevêque de Marseille et Président de la Conférence des évêques de France, appelle les paroisses à s’unir, tout spécialement lors de la prière universelle des messes célébrées les samedi 26 et dimanche 27 juillet, à partir d’une proposition commune. Pour Mgr Pontier, « Il s’agit de ne pas perdre cette communion spirituelle avec les communautés chrétiennes locales qui devaient nous accueillir, pour se retrouver ensemble dans la prière pour la paix et manifester la fraternité ».

Nous n’oublions pas également la détresse de nos frères en Syrie. En principe, Mgr Marc Stenger se rendra au nom de la CEF, sur invitation du Patriarche Grégoire III, pour les 150 ans de la Cathédrale grecque-catholique.
Le Christ, par le don de sa vie, a tué la haine. C’est quand tout semble inextricable et désespéré, que la "petite voie" de la Béatitude de la paix prend une signification nouvelle. La vitalité des étudiants français, de leurs communautés et de leurs pasteurs veut en témoigner ! Que tous soient assurés de la fraternité de l’Eglise catholique en France.

Mgr Bernard Podvin
Porte-parole des évêques de France

Pour télécharger le document :

PDF - 248.8 ko





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 11.08.2014 08:30 - Mis à jour le : 12.08.2014 18:10