Accueil > Agenda diocésain
Fête de l’éveil à la foi

Don en ligne

galet Le pape adresse des paroles fortes aux jeunes chrétiens du Liban

Benoît XVI était au Liban du 14 au 16 septembre 2012 pour un voyage qu’il a souhaité placer sous le signe de la paix, un voyage qui s’adressait au Moyen-Orient tout entier. Sur l’esplanade du Patriarcat maronite de Bkerké, il a rencontré 25 000 jeunes de toute confessions chrétiennes et des musulmans présents, leur a adressant des paroles fortes de paix et d’amour. Citons-en quelques unes.

Un message de paix et d’amour adressé à 25000 jeunes du Liban de toutes confessions

« Il est temps que musulmans et chrétiens s’unissent pour mettre fin à la violence et aux guerres », a déclaré Benoît XVI ce 15 septembre 2012, appelant les jeunes des deux religions à « construire ensemble » l’avenir du Liban et du Moyen-Orient, notamment par la « révolution de l’amour » (Benoît XVI)

« Jeunes libanais, vous êtes l’espérance et l’avenir de votre pays », leur a dit Benoît XVI, déclenchant un tonnerre d’applaudissements : « Vous êtes le Liban, terre d’accueil, de convivialité, avec cette faculté inouïe d’adaptation ».

Il les a appelés à être « accueillants et ouverts, comme le Christ vous le demande et comme votre pays vous l’enseigne ».

Saluant les jeunes musulmans, il les a remerciés pour leur présence « si importante » : « Vous êtes avec les jeunes chrétiens l’avenir de ce merveilleux pays et de l’ensemble du Moyen-Orient ».

Benoît XVI a appelé les jeunes chrétiens et musulmans à « construire ensemble » l’avenir, et ensuite à « continuer de vivre la concorde dans l’unité » en tant qu’adulte, car « la beauté du Liban se trouve dans cette belle symbiose ».

« Il faut que l’ensemble du Moyen-Orient, en vous regardant, comprenne que les musulmans et les chrétiens, l’Islam et la Chrétienté, peuvent vivre ensemble sans haine dans le respect des croyances de chacun pour bâtir ensemble une société libre et humaine ».

Il a insisté en disant : « Il est temps que musulmans et chrétiens s’unissent pour mettre fin à la violence et aux guerres ».

Par trois fois durant son discours, Benoît XVI a cité en arabe les paroles du Christ, « Salàmi ō-tīkum » [« Je vous donne ma paix »], sous les acclamations enthousiastes des jeunes.

« Soyez les porteurs de l’amour du Christ ! », les a-t-il exhortés, car « la véritable révolution » apportée par le Christ est « celle de l’amour ».

« En lui, tous les hommes sont nos frères », a-t-il ajouté, car il a inauguré la « fraternité universelle » sur la Croix, léguant pour seul testament : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés » (Jn 13, 34).

Ce testament est donc « le signe du chrétien », a-t-il souligné, insistant : « là est la véritable révolution de l’amour ».

Benoît XVI a exhorté en ce sens à « résister aux germes de division », à résister « courageusement » à tout ce qui nie la paix, tel « l’avortement, la violence, le refus et le mépris de l’autre, l’injustice, la guerre ». Parmi les chemins de paix et d’avenir, le pape a évoqué « le pardon et la réconciliation » : Jésus a vaincu le mal « non par un autre mal, mais en le prenant sur lui et en l’anéantissant sur la croix par l’amour vécu jusqu’au bout », a-t-il rappelé.

A son exemple, le chrétien doit « découvrir en vérité le pardon et la miséricorde de Dieu », même si « il n’est pas facile de pardonner ». Ce pardon de Dieu « donne la force de la conversion, et la joie de pardonner à son tour », a-t-il affirmé.

Sur ce chemin, les jeunes ont à leur disposition des outils, a précisé le pape : « La prière, les sacrements sont les moyens sûrs et efficaces pour être chrétien » et « l’Année de la foi qui va débuter » sera aussi l’occasion de « découvrir le trésor de la foi reçue au baptême », a-t-il estimé.

Benoît XVI s’est tourné par ailleurs vers les jeunes venus de Syrie : « Je veux vous dire combien j’admire votre courage », leur a-t-il dit : « dites chez vous, à vos familles et à vos amis, que le pape ne vous oublie pas », que « le pape est triste à cause de vos souffrances et de vos deuils » et qu’il « n’oublie pas les Moyen-orientaux qui souffrent ».

ZENIT.org

Prier pour le voyage du pape au Liban avec le jumelage Batroun - Saint Etienne

La commission du Jumelage des deux diocèses de Batroun et de Saint Etienne a invité ses membres et tous ceux qui s’intéressent à l’avenir du Liban et du Moyen Orient, à venir prier pour le succès du voyage du Pape Benoit XVI le dimanche 16 septembre 2012 à 19 heures à l’église Saint Louis à Saint-Etienne.

Après le Synode sur le Moyen Orient qui s’est tenu à Rome, le Pape Benoît XVI s’est rendu à Beyrouth et au Liban pour adresser un message fort aux hommes et aux femmes de ce Moyen Orient tiraillé par de nombreux conflits. Il s’est adressé en particulier aux communautés chrétiennes, dont l’existence est très fragilisée en Irak, et en Syrie, mais aussi en Egypte.

Les liens entre le diocèse de Saint Etienne et le Liban sont multiples, mais depuis plus de 15 ans, maintenant, un lien particulier s’est construit autour d’un jumelage spirituel entre les deux diocèses celui de Batroun au Liban Nord et le diocèse de Saint Etienne.

Cet été [1] un groupe de quatre jeunes stéphanois s’est rendu à Batroun à l’invitation des libanais rencontrés à l’occasion des JMJ de Madrid l’an dernier. Ils sont revenus « enthousiastes » de l’accueil qui leur a été réservé et de l’attente des jeunes libanais vis-à-vis du jumelage. D’autres stéphanois, en lien avec le jumelage, se sont rendus dans d’autres régions du Liban, en particulier l’aumônerie du Lycée S. Weil, à Damour au Liban Sud.

Lorsque Benoit XVI a programmé son voyage au Liban, le printemps arabe laissait espérer un avenir meilleur pour cette région du monde. La crise syrienne n’avait pas encore pris l’ampleur que l’on connaît avec ses conséquences sur les régions frontalières avec le Liban. La paix est le désir le plus cher des chrétiens du Moyen Orient. Nous ne pouvions que nous associer à la prière de nos amis libanais autour du Pape Benoit XVI.

Comme son illustre prédécesseur le Pape Jean Paul II, arrivant à Beyrouth quelques mois après la fin de la guerre civile libanaise, le pape Benoît XVI a prononcé des paroles fortes pour réconforter et encourager tous les hommes de bonne volonté de cette région du monde.

JPEG - 182.9 ko

A lire également sur Internet

Durant le voyage du pape

Le pape au Liban : Trois jours d’un espoir renouvelé (L’Orient le jour)

Le Liban a donné au pape le « goût de revenir » (Zenit.org)

Avant le voyage du pape

Les Libanais attendent du pape un message de paix pour le monde arabe (lacroix.fr)

Interview avec l’historien Georges Corm, ancien ministre des finances du Liban, à propos de ce voyage

Benoît XVI veut s’adresser à l’ensemble du Moyen-Orient(la croix.fr)

Voyage du Pape au Liban : des enjeux majeurs dans un monde arabe en pleine mutation (PDFl’OEuvre d’Orient)


[1] 2012




Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 11.09.2012 13:19 - Mis à jour le : 17.09.2012 12:05