Accueil > Actualités > Toutes les actualités
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet Le jumelage Batroun (Liban}-Saint-Etienne sensible à la journée de prière pour la paix du 7 septembre

Le Pape François a appelé à vivre une journée de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient et dans le monde, samedi 7 septembre 2013. Plusieurs témoignages des membres du jumelage Batroun (Liban / Saint-Etienne remercient pour cette initiative en faveur de la paix.

Témoignages des membres du jumelage Batroun (Liban) /Saint-Etienne

En savoir plus sur le jumelage Batroun (Liban) /Saint-Etienne

DE MGR MOUNIR KAYRALLAH, EVEQUE DE BATROUN

Oh combien nous avons été touchés par l’appel du Saint Père, le très aimé Pape FRANÇOIS, lors de l’Angélus de ce dimanche pour prier pour la Syrie, "La bien-aimée Nation syrienne". "C’est le cri de la paix ! Disait-il. "La paix est un bien qui dépasse toute barrière, parce qu’elle est un bien de toute l’humanité ". Il recommande donc que le samedi 7 septembre, veille de la fête de la Nativité de MARIE, soit "une journée de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient et dans le monde entier". Cela nous rappelle les fameux appels du Pape JEAN-PAUL II pour le Liban. Cet appel a été écouté tout de suite par notre cher Mgr DOMINIQUE LEBRUN, Evêque de Saint-Etienne, car il se sent profondément lié aux peuples de Syrie et du Liban. Et le fait qu’il ait appelé à organiser des temps de prière sur le diocèse en engageant le comité de jumelage, cela nous a réconfortés et soulagés.
Merci Père DOMINIQUE.

Ici à Batroun, nous serons sensibles à cet appel et nous serons encouragés à vous savoir unis à nous et à nos amis pour prier pour le peuple syrien.
Tous les amis batrouniens vous saluent et remercient le Seigneur pour votre amitié et votre fidélité.
Je vous porte dans mes prières.
Père MOUNIR

DU PERE RAYMOND BASSIL - Prêtre dans notre diocèse à Saint-Chamond et Pélussin et depuis l’automne dernier secrétaire de Mgr GEMAYEL, évêque pour les maronites de France et d’Europe.

Nous vivons ici une situation très difficile. La Syrie menacée, le Liban sera pris en otage dans ce tourbillon. Les français s’opposent à 64% dans les sondages à la décision de Hollande, mais rien ne changera notre situation. Dans mon village perché sur une belle montagne, là il m’arrive de me réfugier pour chercher le silence loin de la ville, de son vacarme et de sa pollution, je prépare la fête paroissiale du 7 et du 8 septembre. C’est la nativité de la très Sainte Vierge MARIE. Une soirée simple. Au menu : pain traditionnel, spécialité du petit village, chants folkloriques et danse.
J’’ai pris le soin depuis le séminaire de préparer cette soirée.
Des amis du village viendront et des proches voisinages.
Bref, la vie continue. Les tempêtes, les torrents, les tensions sont là. Mais la vie continue, nous organisons des fêtes, nous célébrons des mariages ...
J’attends votre message. Je vous rappelle que je rentre en France le 14 septembre prochain.
Veuillez accepter mes sincères salutations.
Bien à vous,
ABOUNA RAYMOND

7 septembre 2013 : journée de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Proche-Orient et dans le monde entier

Si les évêques étaient invités à vivre cette journée de prière dans leur diocèse respectif et à organiser des actions liturgiques à cette intention, le Pape a aussi adressé cet appel aux chrétiens des autres confessions, aux croyants des autres religions et à tous les hommes bonne volonté car, a-t-il souligné, « La paix est un don éminemment précieux, qui doit être promu et préservé ».


Le Pape François s’est fait l’interprète du « cri de la paix »

Lors de la prière de l’Angélus, dimanche 1er septembre 2013, le Pape François s’est fait l’interprète du « cri de la paix »

Chers frères et sœurs, bonjour !

Chers frères et sœurs, je voudrais me faire aujourd’hui l’interprète du cri qui monte de toutes les parties de la terre, de tous les peuples, du cœur de chacun, de l’unique grande famille qu’est l’humanité, avec une angoisse croissante : c’est le cri de la paix ! Etle cri qui dit avec force : nous voulons un monde de paix, nous voulons être des hommes et des femmes de paix, nous voulons que dans notre société déchirée par les divisions et les conflits, explose la paix ; plus jamais la guerre ! Plus jamais la guerre ! La paix est un don éminemment précieux, qui doit être promu et préservé.

Je vis avec une particulière souffrance et préoccupation les nombreuses situations de conflit qu’il y a sur notre terre, mais, ces jours-ci, mon cœur est profondément blessé par ce qui se passe en Syrie et angoissé par les développements dramatiques qui s’annoncent.

J’adresse un appel fort pour la paix, un appel qui naît du plus profond de moi-même ! Que de souffrance, que de destruction, que de douleur a provoqué et provoque l’usage des armes dans ce Pays affligé, particulièrement parmi les populations civiles et sans défense ! Pensons : Que d’enfants ne pourront pas voir la lumière de l’avenir ! Avec une fermeté particulière je condamne l’usage des armes chimiques ! Je vous dis que j’ai encore fixées dans mon esprit et dans mon cœur les terribles images de ces derniers jours ! Sur nos actions il y a un jugement de Dieu et aussi un jugement de l’histoire, auxquels on ne peut pas échapper ! Ce n’est jamais l’usage de la violence qui conduit à la paix. La guerre appelle la guerre, la violence appelle la violence !

De toutes mes forces, je demande aux parties en conflit d’écouter la voix de leur conscience, de ne pas s’enfermer dans leurs propres intérêts, mais de regarder l’autre comme un frère et d’entreprendre courageusement et résolument le chemin de la rencontre et de la négociation, en dépassant les oppositions aveugles. Avec la même fermeté, j’exhorte aussi la Communauté internationale à fournir tout effort pour promouvoir, sans délai ultérieur, des initiatives claires fondées sur le dialogue et la négociation pour la paix dans cette Nation, pour le bien de tout le peuple syrien.

Qu’aucun effort ne soit épargné pour garantir une assistance humanitaire à ceux qui sont touchés par ce terrible conflit, particulièrement aux réfugiés dans ce Pays et aux nombreux réfugiés dans les pays voisins. Que soit garantie aux agents humanitaires engagés à alléger les souffrances de la population, la possibilité de prêter l’aide nécessaire.

Que pouvons-nous faire pour la paix dans le monde ? Comme le disait le Pape Jean XXIII : À tous incombe la tâche de rétablir les rapports de la vie en société sur les bases de la justice et de l’amour (cf. Pacem in terris [11 avril 1963] : AAS (1963], pp. 301-302].

Qu’une chaîne d’engagement pour la paix unisse tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté ! C’est une forte et pressante invitation que j’adresse à toute l’Église catholique, mais que j’étends à tous les chrétiens d’autres Confessions, aux hommes et aux femmes de chaque Religion, ainsi qu’à ces frères et sœurs qui ne croient pas : la paix est un bien qui dépasse toute barrière, parce qu’elle est un bien de toute l’humanité.

Je le répète à haute voix : ce n’est pas la culture de l’affrontement, la culture du conflit qui construit la vie collective dans un peuple et entre les peuples, mais celle-ci : la culture de la rencontre, la culture du dialogue : c’est l’unique voie pour la paix.

Que le cri de la paix s’élève pour arriver au cœur de tous et que tous déposent les armes et se laissent guider par le souffle de la paix.

Voilà pourquoi, frères et sœurs, j’ai décidé d’organiser pour toute l’Église, le 7 septembre prochain, veille de la célébration de la Nativité de Marie, Reine de la Paix, une journée de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient, et dans le monde entier, et j’invite aussi à s’unir à cette initiative, par la manière qu’ils retiendront la plus opportune, les frères chrétiens non catholiques, les adeptes des autres religions, ainsi que les hommes de bonne volonté.

Le 7 septembre, sur la Place Saint-Pierre – ici – de 19h00 à 24h00, nous nous réunirons en prière et dans un esprit de pénitence pour invoquer de Dieu ce grand don pour la bien-aimée Nation syrienne et pour toutes les situations de conflit et de violence dans le monde. L’humanité a besoin de voir des gestes de paix et d’entendre des paroles d’espérance et de paix ! Je demande à toutes les Églises particulières, outre le fait de vivre cette journée de jeûne, d’organiser des actions liturgiques à cette intention.

À Marie, nous demandons de nous aider à répondre à la violence, au conflit et à la guerre, par la force du dialogue, de la réconciliation et de l’amour. Elle est mère : qu’elle nous aide à retrouver la paix ; nous sommes tous ses enfants ! Aide-nous, Marie, à dépasser ce moment difficile et à nous engager à construire chaque jour et dans tous les domaines une culture authentique de la rencontre et de la paix. Marie, Reine de la paix, prie pour nous !

Lire le texte du pape Pape François sur le site du Vatican


Appel de Mgr Dominique Lebrun, évêque de Saint-Etienne

Le 4 septembre 2013
Aux responsables des paroisses,des mouvements et associations de fidèles

Chers amis,

Comme vous l’avez entendu, le Pape FRANÇOIS a lancé dimanche un « cri pour la paix » en évoquant la situation dramatique de la Syrie et les inquiétudes d’une escalade de la violence.

Plus exactement, le Pape s’est fait « l’interprète du cri qui monte de toutes les parties de la terre, de tous les peuples, du coeur de chacun, de l’unique grande famille qu’est l’humanité, avec une angoisse croissante : c’est le cri de la paix ! »

Pour le diocèse, après avoir rapidement consulté, voici la proposition :

1. Les trois sanctuaires de :

  • Notre-Dame de l’Hermitage à Noirétable (méditation et procession aux flambeaux) ;
  • Notre-Dame de Valfleury dans la vallée du Gier ;
  • Notre-Dame de Bonsecours à Saint-Etienne. proposent une veillée de prière samedi 7 septembre de 20h30 à 21h30 prolongée par un temps d’adoration.

2. Chaque paroisse, mouvement, association de fidèles voudra bien informer par courrier électronique, et toute autre moyen, ses membres de l’existence de ces trois veillées ou, au moins, celle qui est la plus proche.

3. Chaque paroisse proposera bien sûr une intention de prière aux messes dominicales.

4. Chaque paroisse, en particulier celles les plus éloignées de ces trois lieux, peut donner rendez-vous pour une prière à Marie (chapelet) dans un lieu marial de son territoire (sanctuaire, chapelle, Madone) le dimanche après-midi. Cela permettrait d’associer les chrétiens qui participent à la messe dominicale et qui n’auraient pas pu se rendre aux veillées ou n’auraient pas été informés à temps.

Le Pape FRANÇOIS invite à la prière et au jeûne. N’oublions pas la dimension pénitentielle avec son invitation à la conversion. Changer son programme, modifier une activité prévue peut en faire partie. En remerciant ceux qui ont accepté de préparer et d’animer ces temps - ou le feront -, je vous assure de mon amitié et de mon union dans la prière.

+ Dominique Lebrun

Quelques éléments pour la prière

(veillée ou temps de prière du dimanche après-midi)

Ouvrir le fichier pdf

PDF - 226.5 ko

Extrême urgence en Syrie

Mgr Pascal Gollnisch, Directeur général de L’œuvre d’Orient, appelait le 29 août dernier, les chrétiens de France à venir au secours de leurs frères en Syrie : « Chaque intention, chaque euro seront un miracle pour eux ».

« 100 000 morts, 600 000 blessés. Un million de réfugiés à l’étranger. 4 millions de déplacés dans leur propre pays ».

Le 20 août 2013, le bilan dressé par L’œuvre d’Orient est si catastrophique que Mgr Pascal Gollnisch, son Directeur général, n’hésite pas à écrire : « Nos frères vivent l’apocalypse ! »

Alors que les prix ont été multipliés par dix, les paniers alimentaires distribués par les communautés religieuses sont la seule façon de survivre pour les chrétiens de Syrie. L’achat de matériel médical est aussi une préoccupation vitale pour les religieux.

« N’abandonnons pas les chrétiens de Syrie à leur sort. Donnons-leur un signe d’espérance ! »




7 septembre, journée de jeûne et de prière pour la Syrie : des propositions pour notre diocèse

C’est une bonne initiative.

7 septembre, journée de jeûne et de prière pour la Syrie : des propositions pour notre diocèse

Ne pourrions nous pas faire prier les enfants catholiques de toutes les écoles du diocese, mais aussi ceux des aumoneries catholiques des écoles publiques pour la paix en Syrie ?
Je serais contente de faire prier les enfants du catéchisme et de l’éveil à la foi en communion avec les enfants de tout le diocese et d’y associer leurs familles.


Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 05.09.2013 10:50 - Mis à jour le : 09.09.2013 11:42