Accueil > Actualités > Reportages et photos
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Le groupe Anticylone : solidarité et fraternité

Anticyclone est né en 2002, suite à un souci de l’équipe pastorale de la paroisse Saint Vincent de Paul (Saint-Etienne, quartier Montreynaud, Méons, le Soleil, le Marais) d’accueillir et de rejoindre des demandeurs d’asile présents sur le quartier. L’objectif était de leur permettre de se retrouver pour partager ce qu’ils vivaient, et de soutenir leur intégration dans la vie du quartier et dans l’Eglise.

Le groupe Anticyclone permet à des demandeurs d’asile de se retrouver, de parler, de rencontrer la population française, de favoriser une "vie ensemble."

Témoignage de Charles Mata Lipoko, animateur en pastorale

Charles Mata Lipoko

"Nous voulions vraiment permettre à des personnes qui, pour la plupart, sont croyantes, de continuer à vivre une foi qui les tient debout dans l’épreuve. Nous avions donc une perspective clairement pastorale. "

Le groupe a grandi. Les demandeurs d’asile se sont appelés entre eux. Aujourd’hui, Anticyclone est déclaré en association loi 1901, et plus de 300 personnes en sont membres actifs. Au fil des ans, il y a celles et ceux qui ont obtenu les papiers, celles et ceux qui sont en attente des réponses de l’OFPRA ou de la CNDA, les déboutés, les étrangers malades, les personnes mises sous la procédure de Dublin… et puis n’oublions pas quelques français qui y ont aussi pleinement leur place.

Nous nous adressons essentiellement aux migrants africains. En un an, nous avons accueilli 190 nouveaux arrivants, qui, par le bouche à oreille trouvent le chemin de l’Eglise (comme ils disent) pour être accueillis et soutenus.

Comment agir dans le domaine de la foi et de la spiritualité sans prendre en compte la personne dans tout ce qu’elle vit ?
Anticyclone a été amené à développer la dimension de la solidarité active, pour les besoins matériels et même financiers des plus démunis, pour l’accompagnement des dossiers, pour un hébergement d’urgence pour ceux qui sont laissés dehors par le 115.
Tout cela est essentiel mais reste très difficile à mettre en œuvre, à cause du manque de moyens.

Mais pour nous, il est clair que la dimension du soutien spirituel à apporter reste première, et nous nous battons pour que cela soit reconnu et voulu par tous.
Par l’expression de leur foi, au-delà de leurs appartenances multiples à des églises qui parfois nous surprennent, les « africains » nous apportent pour la construction de notre propre foi. Nous nous les aidons à mettre cette foi en pratique dans un quotidien fait d’épreuves parfois bien lourdes, et à ne pas oublier que la confiance en Dieu ne dispense pas de nos prises en charge humaines. Il est parfois difficile de faire cohabiter la démarche spirituelle avec l’attente de l’aide matérielle, mais nous nous y employons.

Notre association engage toute notre Eglise qui, à la suite du Christ nous rappelle sans cesse que l’étranger est avant tout un frère, et qui ne cesse de nous questionner : « Que fais-tu de ton frère ? »

La chorale Anticyclone lors des 40 ans du diocèse /©Défrade La chorale Antyclone lors des 40 ans du diocèse /©Défrade

Chasser la dépression, pour garder le ciel bleu, même par temps froid" : c’est la devise du groupe pastoral Anticyclone





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 27.12.2011 17:22 - Mis à jour le : 30.09.2014 18:09