Accueil > Actualités > Reportages et photos
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet "Le christianisme doit rester dans l’espérance"

Telle était la conviction de Jean-Pierre Denis, directeur de publication du magazine la Vie, lors de sa conférence proposée à Saint-Etienne autour du titre de son livre : "Pourquoi le christianisme fait scandale".

"Pourquoi le christianisme fait scandale" tel était le thème de la conférence abordée par Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction du magazine La Vie, mercredi 26 janvier 2011 au Centre Augustin de Saint-Etienne. Une affirmation - et non une question - qui a dû interpeller un certain nombre de personnes au regard de l’assemblée venue nombreuse.

Paradoxalement, Jean-Pierre Denis n’a pas une seule fois, lors de son allocution de 45 minutes, justifié le titre de son ouvrage paru au Seuil [1], attendant, bien à propos, que la question lui soit posée, lors du débat qui suivait, par une personne scandalisée par un titre aussi provocateur.

JPEG - 27.7 ko
Jean-Pierre Denis au centre /©Défrade

Toute la réflexion du journaliste, écrivain, chroniqueur sur RCF et poète se voulait une réhabilitation du christianisme, dans la foi et l’optimisme, dans une société "déchristianisée et qui, en même temps, est en recherche".

Certes, beaucoup de chrétiens déprimés s’interrogent : « Où va le christianisme ? » « qui remplira nos églises demain ? », « Comment allons-nous nous situer dans une société qui n’est plus chrétienne ? ». Jean-Pierre Denis se tourne vers l’espérance, reprenant la citation de Alexandre Men, prêtre orthodoxe [2], assassiné dans les rues de Moscou : « Le christianisme ne fait que commencer » .

D’après lui, il n’y as pas de crise de l’Eglise, c’est la société en générale qui est en crise, « Une crise du sens » souligne t-il, « où la vie ne va pas de soi. On ne peut regarder la crise du christianisme sans regarder la crise de la société ». L’histoire du christianisme est faite de crises, crise face à la science et les découvertes de Galillée ou

JPEG - 32.9 ko
Dédicace par Jean-Pierre Denis /©Défrade

Darwin par exemple ; crises qui l’ont invité à des déplacements et des remises en question importantes. Le christianisme a survécu et s’est renforcé en revenant à l’essentiel. Mais le scientisme a ses limites, il ne répond pas à toutes les questions, notamment celles concernant le sens de la vie. L’Eglise se doit d’être là quand des questions d’humanité sont en jeu. On pense à la bioéthique, la loi sur l’euthanasie, la bombe atomique....

Dans une société où le christianisme ne représente plus rien, le christianisme est une contre-culture.

Si le christianisme n’est plus au centre de notre culture, où est-il ? Jean-Pierre Denis parle de contre-culture ; les chrétiens sont en marge de la société. Certes, on pourrait penser d’eux qu’ils sont utopiques, dans le bon sens du terme, imaginant la possibilité d’un monde meilleur, mais ils sont aussi porteurs d’espérance par des valeurs qu’ils défendent, loin de celles que prônent la société actuelle. La fragilité, la gratuité, la chasteté, la ritualité, pour ne citer qu’elles, s’opposant à l’esprit de conquête et de réussite.

La fragilité de la vie jusqu’au bout, la fragilité de notre écosystème, la fragilité dans un couple.... autant de réflexions qui commencent à

JPEG - 32 ko
Une assemblée interpellée par le sujet /©Défrade

émerger tout comme la gratuité du Don qui n’attend pas de retour. Face à la généralisation d’une vision marchande des échanges humains, le christianisme se trouve dans la situation paradoxale de pouvoir sauver les valeurs au nom desquelles il avait été combattu : droits de l’homme, individu, humanisme, voire art et même science.

« Je sens un frémissement de ces valeurs depuis une dizaine d’années. Notre société est en train de changer d’attitude face à elles » affirme Jean-Pierre Denis, « il y a une attente nouvelle du christianisme, voilà pourquoi je suis dans l’espérance. A nous de les porter, sans triomphalisme. C’est un moyen d’évangélisation ».

Frédérique Défrade

- La conférence était organisé par le diocèse de Saint-Etienne et les Amis de la Vie, en collaboration avec les Editions du Seuil.

Un débat qui soulève de nombreuses questions

JPEG - 32.7 ko

La soirée s’est poursuivie autour d’un débat où l’assemblée a pu interpeller le conférencier autour d’un certain nombre de questions dont la première, autour du titre provocateur de son ouvrage "Pourquoi le christianisme fait scandale". Depuis les origines le christianisme fait scandale en prêchant un Messie mort sur la croix et ressuscité, « ce qui n’est pas évident, même pour un chrétien » affirme Jean-Pierre Denis. Le Christ lui-même n’a cessé de faire scandale en mangeant avec des publicains ou rencontrant des pécheurs. Un temps dans l’Histoire, le christianisme a cessé de faire scandale quand il a tenu la société sous pression. Nous sommes revenus à la condition première des chrétiens. Aujourd’hui, les valeurs portées par les chrétiens font scandale. Quand ils font entendre leurs voix ou quand ils s’élèvent contre des projets de loi qui vont à l’encontre de toute humanité, ils font scandale. On va même jusqu’à ringardiser leurs propos ou les traiter de catholiques intégristes. Les chrétiens doivent assumer cette nouvelle position d’une contre-culture et oser porter leurs valeurs, sans peur, dans une attitude de dialogue.


[1] "Pourquoi le christianisme fait scandale, la contre-culture" Editions du Seuil

[2] Alexandre Men, prêtre orthodoxe, prophète sous Gorbachev écrivait avant d’être assassiné dans les rue de Moscou : "le christianisme ne fait que commencer"




Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 27.01.2011 15:08 - Mis à jour le : 05.04.2011 10:02