Accueil > Mouvements > Secours Catholique > La pauvreté se féminise, lentement mais sûrement, un dossier proposé par le Secours Catholique
Que fête-t-on à l’Ascension ?

Don en ligne

galet La pauvreté se féminise, lentement mais sûrement, un dossier proposé par le Secours Catholique

La pauvreté se féminise, lentement mais sûrement.

- La pauvreté au féminin : un dossier proposé par le Secours catholique

Le nombre de familles monoparentales augmente dans notre société mais aussi, en nombre bien plus important, dans nos accueils. Subvenir aux besoins de leur famille (en cas de monoparentalité) est alors, pour les femmes, encore plus difficile. L’emploi des femmes est, dans les familles en situation de précarité, marqué par des salaires bas, des emplois à temps partiels, des horaires de travail décalés qui sont peu compatibles avec les responsabilités familiales. S’y ajoutent d’importants problèmes de garde lorsque les enfants sont en bas âge.

JPEG - 24.2 ko

Les difficultés de logement vont, bien souvent, de pair. Logement exigus, loyers exorbitants, habitats dégradés et insalubres pèsent sur la vie quotidienne.

Les femmes, qu’elles soient seules ou non, assurent, la plupart du temps, la gestion quotidienne de la famille comme l’éducation des enfants. Les conditions de vie difficiles influencent les relations familiales, qui peuvent devenir tendues voire violentes. L’éducation des enfants, comme leur scolarité et la santé de tous, s’en ressentent alors. Or, l’éducation des enfants, loin d’être accessoire, est une priorité sociale.
Jeunes femmes et femmes âgées ne sont pas épargnées. Avant 25 ans, âge auquel s’ouvre le droit au RSA, les femmes jeunes peuvent se retrouver sans ressources si elles sont isolées ou sans famille. À l’âge de la retraite, les femmes ont un niveau de retraite bien moins élevé que les hommes en raison, entre autres, de périodes travaillées moins longues, avec des salaires moins élevés.

Face à ces constats, le Secours Catholique veut interpeller les pouvoirs publics et les collectivités sur les questions suivantes :

  • favoriser l’emploi des femmes ;
  • revaloriser les minima sociaux et les allocations ;
  • mieux prendre en compte la parole des personnes victimes de la pauvreté.

Le Secours Catholique s’associe aux personnes rencontrées par les différentes formes d’aides et d’accompagnement. L’objectif est de leur permettre d’agir, seules ou en groupe, pour mettre en œuvre leurs projets et faire valoir leurs droits, pour participer aux débats de société.

Comme chaque année à l’automne, le Secours Catholique procède à sa collecte nationale.

Le thème retenu pour celle des 14 et 15 novembre 2009 est : « Femmes, pauvretés, solidarités ». Les femmes sont, en général, piliers et plaque tournante des familles. Elles sont aussi, pour la plupart, en première ligne pour l’éducation des enfants. Mais les femmes vivent aussi des injustices et des précarités particulières.

C’est autant pour dénoncer ces injustices et ces précarités particulières que pour chercher à les faire disparaître que le Secours Catholique a choisi cette année, dans la cadre de sa collecte nationale, de mettre l’accent sur les conditions de vie des femmes, leurs difficultés, leurs besoins, leurs solidarités.

« Femmes d’ailleurs et femmes d’ici

E, 2009 le Secours Catholique a souhaité mettre l’accent sur les femmes, souvent premières victimes de la crise :

- femmes d’ailleurs, comme celles de la République Démocratique du Congo, où le Secours catholique soutient un programme de réinsertion, dans l’Est du pays, où, dans les camps, 850000 personnes déplacées vivent dans des conditions inhumaines et où de nombreuses femmes sont victimes de violences sexuelles. Le projet qu’il soutient comprend 4 volets :

  • prise en charge sanitaire dans des structures de santé,
  • prise en charge psycho-sociale : écoute, accompagnement et thérapie de groupe,
  • assistance juridique,
  • prise en charge socio-économique : apprentissage d’un métier, octroi de micro-crédits pour l’achat de matériels leur permettant d’exercer une activité génératrice de revenus.

- femmes d’ici, souvent seules pour élever leurs enfants et que le Secours catholique accompagne :

  • par des groupes d’échanges qui portent par exemple sur l’éducation des enfants, des projets de vacances, la vie dans le quartier, la santé, la consommation
  • par des groupes où elles peuvent apprendre à coudre, bricoler, cuisiner, se servir d’un ordinateur, acquérir les bases de la langue française. Les personnes sont ainsi valorisées et mises en lien avec d’autres.
  • par un accueil et accompagnement individuel, où chacune trouve une écoute attentive et peut bénéficier d’une aide rapide, par exemple pour régler une facture ou à plus long terme, s’orienter vers un métier.

Un appel à la contribution de tous

Le Secours Catholique de la Loire ne peut remplir sa mission d’accompagnement des personnes en situation de précarité sans la contribution de tous :
- contribution bénévole pour ceux qui souhaitent s’investir directement dans les nombreuses actions que le Secours Catholique de la Loire a mis en place.

- contribution financière qui va permettre d’aider financièrement ceux qui vivent de minima sociaux ou qui connaissent des moments difficiles, essentiellement sous forme de règlement de factures, si les fonds publics ne peuvent pas intervenir.


Version imprimable de cet article Version imprimable