Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Que fête-t-on à l’Ascension ?

Don en ligne

galet La Résurrection du Seigneur – Veillée pascale -Dimanche de Pâques

Homélie de Mgr Dominique Lebrun

Cathédrale Saint-Charles – 4 avril 2015

Mc 16, 1-7

Frères et sœurs, puis-je vous demander si, parmi vous, quelqu’un participe pour la première fois à notre Veillée pascale ? Cela nous rendrait service ! Le risque est grand de nous habituer à notre foi. Le risque est grand de penser que JESUS est ressuscité comme nous pensons que la terre est ronde ou que l’enfant nait d’un père et d’une mère.
Ce soir, frères et sœurs, vous êtes les invités d’un tombeau vide. Comme nous étions les invités du Repas du Seigneur et les invités de la Croix. D’ailleurs, vous avez entendu le jeune homme vêtu de blanc dire : « Vous cherchez JESUS de Nazareth, le Crucifié ! » C’est bien, le Crucifié avec qui elles ont tant partagé, tant espéré, que trois femmes pleurent. C’est à son tombeau que MARIE-MADELEINE, MARIE, mère de JACQUES et SALOME nous conduisent cette nuit.
La liturgie de jeudi, celle de vendredi nous ont conduit au cœur de JESUS. Il n’a cessé de battre de l’amour de son Père, en unissant à son Père tous ses enfants dispersés dont il s’est fait le serviteur à sa table et dans sa mort par amour pour nous.
Où est JESUS ? Où est son cœur ? Le tombeau est vide. Les trois femmes n’embaumeront pas le corps de JESUS car s’il est mort, il n’est pas soumis à la corruption. JESUS n’est pas entré dans le séjour des morts comme un mort de plus, un mort soumis à la mort. Il demeure le Fils du Père, pur de tout péché. Il est du ciel, de la lumière, et non des ténèbres. Il n’a pas sa place parmi les morts.
Un homme vêtu de blanc, un ange probablement, est son premier messager : « Ne soyez pas effrayées ! » Il y a de quoi. On ose à peine imaginer ! Il faut dire que ces femmes avaient déjà connu des choses inattendues en accompagnant JESUS !
Sommes-nous prêts à l’inattendu ? Je pense à ces jeunes hommes vêtus de blanc dans le chœur de la cathédrale. Ce ne sont pas des anges, même si nous apprécions leur gentillesse et leur disponibilité ! Ils ont accepté de prêter attention à l’inattendu de Dieu qu’est toute vocation particulière, qu’est la vocation de prêtre. Tout inattendu de Dieu trouve en la résurrection sa raison d’être, sa source, sa joie : Nous avons besoin du prêtre pour nous rappeler que nous sommes faits pour le Ciel et, d’une certaine manière, pour nous y faire passer ! Nous avons besoin des consacrés pour nous rappeler que le véritable horizon de notre vie est là où se trouve le Ressuscité.
« Il est ressuscité : il n’est pas ici » ! Tel est le second message du jeune homme vêtu de blanc. Où est JESUS, où est son cœur ? « Allez dire à ses disciples et à PIERRE : ‘’il vous précède en Galilée. Là vous le verrez, comme il vous l’a dit’’ ». De fait, il leur avait dit au jardin des Oliviers : « Une fois ressuscité, je vous précèderai en Galilée ». L’ange est le reflet lumineux d’un nouveau chemin déjà annoncé par JESUS, une nouvelle invitation, celle du témoignage et de la mission, celle de la « sortie », dit le Pape FRANÇOIS.

Frères et sœurs, si nous n’avons pas conscience d’avoir peur, pourrons-nous entendre : « Ne soyez pas effrayés » ? Je le dis aux jeunes hommes qui prennent au sérieux un éventuel appel du Seigneur à être prêtre. Je le dis à nous tous. La lumière peut éblouir, Dieu peut nous surprendre. C’est l’humilité qui nous met sur la voie : N’ayons pas peur ou bien ayons le courage d’avoir peur et de la vaincre en mettant notre confiance en Jésus Ressuscité et en ses envoyés. De génération en génération, ils transmettent humblement l’ouverture définitive du ciel, la victoire de l’amour sur la mort. C’est notre grande joie, une joie à accueillir au plus intime de nous-même.

Frères et sœurs, si nous ne prenons pas conscience que nous restons enfermés dans nos questions ou nos certitudes, pourrons-nous entendre : « Il vous précède en Galilée. Là vous le verrez, comme il vous l’a dit » ? Avec humilité, allons à la rencontre de nos amis, de nos voisins, de ceux qui sont trop loin du Jeudi Saint, du Vendredi Saint, de la Veillée pascale … et attendent des mots et des gestes de croyants joyeux en la résurrection. Là, dans la mission, nous rencontrerons à nouveau, et en vérité, Jésus. Ce sera notre plus grande joie avant de le retrouver là où il nous précède encore : chez son Père.

+ DOMINIQUE LEBRUN





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 06.04.2015 15:37 - Mis à jour le : 09.04.2015 15:37