Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Année de la miséricorde
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet Jubilé de la miséricorde du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016

Du 8 décembre 2015, jour de la fête de l’Immaculée Conception, au 20 novembre 2016, fête du Christ Roi de l’univers.

La Miséricorde dans la Bible

Le mot Miséricorde d’origine latine traduit deux mots hébreux. Dans l’Ancien Testament, ces mots reviennent souvent : le premier est rehamîm, littéralement "viscères", qui est le pluriel de réhèm, "sein maternel" : il désigne le sentiment profond, viscéral précisément, qui lie deux personnes entre elles pour des raisons de sang et de cœur(l’amourd’une mère pour son enfant : Is 49,15, celui d’un père pour son fils : Ps 103,13, l’amour fraternel intense : Gn 43,30). Le terme souligne par conséquent la dimension la plus spontanée de l’amour et il renvoie à ce qui est non seulement paternel mais maternel dans l’amour de Dieu. Le deuxième mot est hésèd ; il s’emploie pour exprimer la "bonté", la "piété", la "compassion", en renvoyant toujours à la fidélité de Dieu à l’égard de l’Alliance qu’il n’a lui-même jamais reniée.
Source : Service national pour la catéchèse et le catéchuménat

Qu’est-ce qu’une année jubilaire ?

C’est une fête qui marque un anniversaire ou un grand évènement religieux appelé Année Sainte. Par ses racines, le mot Jubilé suggère « voir plus loin » et « se réjouir ». Dans la Bible, une année privilégiée revient tous les cinquante ans, marquée par une volonté de plus grande justice sociale… on prend le temps de marquer une pause pour revenir à l’essentiel et faire un pas nouveau dans la foi. Jésus s’inscrit dans cette tradition et se présente comme celui qui apporte « une année de bienfait de la part du Seigneur » Lc 4, 21

Communiqué du Père François Reynard sur l’ouverture officielle du Jubilé de la miséricorde : communiqué du Père François Reynard sur l’ouverture officielle du Jubilé de la miséricorde

Chers amis,

Nous allons bientôt entrer dans l’année de la miséricorde, annoncée par le pape François. Un mot qui n’est plus employé et qui pourtant est le nom propre de Dieu. C’est le cœur de notre foi parce que c’est le cœur de Dieu lui-même : plein de compassion pour les hommes défigurés par le mal, et dont le pardon est plus fort que le mal.

« Un peu de miséricorde fait en sorte que le monde soit moins froid et plus juste. Nous avons besoin de comprendre bien cette miséricorde de Dieu, ce Père miséricordieux qui est tellement patient » (Pape François, 17 mars 2013).

« Il y a tellement besoin, aujourd’hui, de miséricorde et il est important que les fidèles la vivent et l’apportent dans les différents milieux de la société (Pape François, 11 janvier2015).

« Il y a des moments, écrit le pape François, où nous sommes appelés de façon encore plus pressante, à fixer notre regard sur la miséricorde, afin de devenir, nous aussi, signe efficace de l’agir du Père. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu ce Jubilé Extraordinaire de la Miséricorde, comme un temps favorable pour l’Eglise, afin que le témoignage rendu par les croyants soit plus fort et plus efficace. »

En cette période si dure pour notre humanité, cette année sera comme une lumière au cœur de la nuit.

L’Année Sainte s’ouvrira le 8 décembre 2015, solennité de l’Immaculée Conception.

Le pape François souligne les deux raisons du choix de cette date : A cause de cet amour sans limite, Dieu a choisi Marie pour être la mère de Jésus le Fils unique ; « elle a été pensée et voulue sainte et immaculée dans l’amour pour qu’elle devienne la mère du Rédempteur de l’homme » : c’est ce que nous célébrons le 8 décembre. Ce 8 décembre 2015 marquera aussi le cinquantième anniversaire de la conclusion du Concile œcuménique Vatican II. « L’Eglise, dit le pape François, ressent le besoin de garder vivant cet événement. C’est pour elle que commençait alors une nouvelle étape de son histoire. » Cet événement a rendu la miséricorde de Dieu plus accessible pour notre humanité. Le 8 décembre, nous serons donc en communion avec le pape François qui, à Rome, ouvrira l’année sainte.

Le Dimanche 13 décembre, troisième dimanche de l’Avent, il ouvrira la Porte Sainte dans la cathédrale de Rome, la Basilique Saint Jean de Latran.

Le même jour, à sa demande, et pendant toute l’année sainte, sera ouverte, dans chaque diocèse, une Porte de la Miséricorde, notamment « dans les Sanctuaires où affluent tant de pèlerins qui, dans ces lieux ont le cœur touché par la grâce et trouvent le chemin de la conversion. » Dans notre diocèse, ce sera le 13 décembre à 10h30, à Notre Dame de Valfleury et à Notre Dame de l’Hermitage à Noirétable.

La paroisse Saint Irénée des Monts du Lyonnais, et celle de Saint Vincent en Lignon ont accepté de célébrer cette ouverture, la première à Valfleury, la seconde à l’Hermitage. Toutes les paroisses de notre diocèse sont invitées à vivre un pèlerinage dans l’un ou l’autre lieu au cours de cette année. Déjà un certain nombre se sont inscrites pour vivre cette démarche, à une date qu’elles ont choisie. La Porte Sainte représente le Christ qui nous ouvre le passage vers la Vie : en la franchissant, nous le laissons nous renouveler de son pardon, pour le donner à notre tour.

L’année de la miséricorde constitue une année exceptionnelle où le pardon reçu va atteindre jusqu’aux racines mêmes, et si possible se déployer en actes de réconciliation, grâce à « l’indulgence miséricordieuse » de notre Père.

Que cette année soit pour chacun de nous et pour nos communautés l’occasion de découvrir ce qu’est la miséricorde du Père qui resplendit sur les traits du Christ en Croix, de l’accueillir, d’en être renouvelés et de la traduire dans toute notre existence.

Père François Reynard, administrateur diocésain

Lire l’article sur http://www.eglise.catholique.fr/act...





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 09.12.2015 14:03 - Mis à jour le : 19.01.2016 11:31