Accueil > Actualités > Reportages et photos
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet Journée de préparation des catéchumènes à l’appel décisif

Sur notre diocèse, onze adultes se préparent à recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne : baptême, eucharistie ou confirmation. Certains seront baptisés lors de la veillée pascale samedi 23 avril 2011 à 21 heures à la cathédrale Saint Charles en présence de Mgr Dominique Lebrun.

- Le temps nécessaire pour se préparer à recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne s’appelle le catéchuménat.

- Les personnes suivant ce temps de préparation et se préparant à recevoir un des trois (ou les trois) sacrements de l’initiation chrétienne, s’appellent des catéchumènes on peut dire aussi qu’ils sont candidats.]]

Après une journée de première préparation à l’appel décisif qui s’est déroulée le 19 février 2011 à la Maison saint-Antoine de Saint-Etienne, l’appel décisif a été célébré le premier dimanche de carême à la cathédrale Saint-Charles. Ce jour là , adultes et jeunes étaient réunis pour cette seconde étape qui termine le temps du catéchuménat.

Certains recevront l’un des trois sacrements (ou les trois en même temps) lors de la veillée pascale le samedi 23 avril à 21 heures à la cathédrale Saint Charles lors d’une célébration présidée par Mgr Dominique Lebrun.

70 confirmands jeunes et adultes recevront le sacrement de la confirmation le dimanche 12 juin 2011, jour de la Pentecôte.

Depuis 10 ans, de plus en plus d’adultes demandent le baptême

Près de 3 000 adultes en France ont reçu en 2010 les sacrements de l’initiation chrétienne, et d’abord le baptême. Ce chiffre est en évolution constante depuis plus de 10 ans (20% d’augmentation depuis le début du troisième millénaire).
Parallèlement, près de 5 000 adultes recevront le sacrement de la confirmation, soit au cours de la Vigile pascale, soit au cours du temps pascal ou, lors de sa conclusion, le jour de la Pentecôte (50 jours après Pâques).
Tous ces adultes qui ont cheminé dans des équipes paroissiales, d’aumôneries (à l’université, en prison ou à l’hôpital) ou dans des mouvements d’apostolat des laïcs, en devenant chrétiens, enrichissent et renouvellent le visage de l’Eglise dans les communautés locales.

JPEG - 127.2 ko
Journée de préparation des catéchumènes à l’appel décisif /©photo Maurice Bonhomme

Frères aînés dans la foi

Ils provoquent les « chrétiens du berceau » à être pour eux des frères aînés dans la foi (accompagnateurs, parrains/marraines, prêtres, diacres, aumôniers), leur demandant de leur partager ce qui les fait vivre aujourd’hui en chrétiens, les provoquant à « rendre compte de leur foi », mais leur demandant également de marcher à leurs côtés, d’accompagner leurs questionnements, leurs doutes, leurs découvertes comme leurs chemins de conversion.

JPEG - 126.6 ko
Remise du Credo lors de la célébration de la Parole /©M. Bonhomme

Oser une Parole de croyants

Ils attendent de toute l’Église qu’elle apprenne toujours à mieux dire sa foi, avec des mots de tous les jours, à oser une parole de croyant dans les circonstances de la vie, à devenir une communauté de partage de foi (partage de la Parole de Dieu) tout autant que de vie fraternelle, capable de témoigner de l’amour de Dieu dans le monde d’aujourd’hui.

Ces nouveaux venus à la foi, qui seront baptisés à Pâques, sont plutôt urbains (35% d’Ile-de-France), jeunes (50% de moins de 40 ans), du monde populaire (50% d’ouvriers, employés ou nouveaux arrivés en France). Ils appartiennent à un groupe de près de 10 000 catéchumènes et de plus de 5 000 recommençants, soit une réalité importante de la pastorale de la proposition de la foi aujourd’hui. Des chiffres en croissance constante, là où ceux de la catéchèse des enfants et des adolescents sont en baisse régulière (-0,5% chaque année, portant à environ 25% d’une classe d’âge scolaire le nombre d’enfants catéchisés).

JPEG - 120 ko
La célébration a permis aux catéchumènes de recevoir l’onction d’huile au creux de la main, marque indélibile de leur appartenance à Dieu et fortifiant de la foi.

Il est possible de devenir chrétien aujourd’hui

Cette réalité importante dans notre société pose à nouveau clairement la question de la conversion. Il est possible aujourd’hui de devenir chrétien. Des femmes et des hommes nombreux font ce choix, chaque année, dans une société qui ne valorise pas particulièrement le fait chrétien et l’appartenance à l’Eglise catholique.

Nous sommes conduits à considérer comme important ce « choix du Christ » aujourd’hui. L’Esprit agit au cœur de ce monde. Il donne le goût, la force et la capacité de décision pour le « Dieu de la vie, Dieu de tendresse en Jésus-Christ ».

Conférence des évêques de France – Service national de la catéchèse et du catéchuménat

Comment des adultes se préparent-ils au baptême ?

Le temps pendant lequel des adultes se préparent à recevoir les sacrements de l’initiation s’appelle, dans l’Église catholique, le catéchuménat. Il est destiné aux femmes et aux hommes qui cherchent consciemment et librement à donner un sens à leur vie et à mieux connaître Dieu en Jésus-Christ. Ils entreprennent un itinéraire de foi et de conversion en vue de recevoir les sacrements de l’initiation, c’est-à-dire le baptême, mais aussi la confirmation et l’eucharistie. Des accompagnateurs, prêtres et laïcs, suivent les catéchumènes. Ils sont plus de 10 000 en France

JPEG - 155.5 ko
Célébration de la Parole pour les catéchumènes

Pourquoi ces adultes ont-ils demandé le baptême ?

  • Pour 36% d’entre eux, cela a été un évènement de la vie
  • Pour 24%, ils y ont « toujours pensé »
  • Pour 24%, cela a été la rencontre avec un chrétien, prêtre ou laïc
  • Pour 11%, cela a été une expérience spirituelle
  • Pour 4%, une lecture de la Bible

Parmi les évènements de la vie les plus cités : le mariage ou la préparation au mariage, la catéchèse d’un enfant ou la proximité d’un enfant préparant un sacrement, la naissance ou le baptême d’un enfant, avoir à assumer le rôle de parrain ou marraine.

D’autres motivations ont été évoqués par des appelés : « combler un manque » ; « donner un sens à ma vie » ; « connaître Jésus, Le rencontrer » ; « conduire sa famille sur le chemin de la foi », « transmettre à ses enfants » ; « Partager la même foi que son conjoint » ou encore « besoin de pardonner ». Le souhait de se marier à l’Eglise ou celui d’avoir des funérailles religieuses ont été également évoqués par certains.

JPEG - 128.8 ko
Leur prochaine étape était la célébration de l’appel décisif le jour de l’entrée en Carême

Pourquoi dans la foi catholique ?

Il a également été demandé aux appelés d’essayer de préciser pourquoi ils ont choisi la foi catholique. Voici leurs réponses :

  • le plus souvent mentionné : par tradition familiale, tradition culturelle, fréquentation d’une école religieuse, parents et amis catholiques
  • ses valeurs
  • la gratuité de l’Église
  • Dieu proche et présent
  • l’Église, une famille (entraide, soutien, réconfort…)
  • l’universalité de l’Église
  • les témoignages
  • la liberté de parole
  • la parole y est sage
  • « Je m’y sens libre, bien. C’est le bon chemin »
  • pour l’eucharistie.





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 22.03.2011 17:18 - Mis à jour le : 05.01.2012 14:18