Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Écologie > Dossier : Retour sur les Assises chrétiennes de l’écologie à Saint-Etienne 2015
Rejoindre le Monastère Invisible

Don en ligne

galet Jean-Luc Souveton : "La conversion écologique demande un véritable engagement "

Alors que le pape instaure pour le 1er septembre, une journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création et à quinze jours des Assises Chrétiennes de l’écologie [1] le père Jean-Luc Souveton, organisateur de la manifestation insiste sur la nécessité d’une véritable conversion écologique.
Interview

Rencontre avec le père Jean-Luc Souveton

- Père Jean-Luc, dans quel état d’esprit êtes-vous à quinze jours des Assises Chrétiennes de l’écologie ?

La première chose qui me vient à l’esprit est de dire que je suis un peu perplexe. Nous avons à la fois beaucoup de demandes d’intervenants qui souhaitent venir aux Assises car ils ont des choses à dire ainsi qu’une attente importante des médias - ce qui prouve qu’il y a une conscience aiguë que ce qui en train de se préparer est important. Mais d’un autre côté, les inscriptions ne viennent pas aussi vite que cela, même si nous avons dépassé les 1000 inscriptions.
Ce qui m’interpelle ! Que se passe t-il ? Il est vrai, qu’avec la perspective de la conférence mondiale sur le climat qui aura lieu à Paris en décembre, il y a eu énormément de propositions cet été autour de ces mêmes questions, dans différents groupes. Cela a pu drainer un public qui aurait pu venir, sans cela, aux Assises chrétiennes de l’écologie.
Mais les inscriptions sont encore ouvertes !

Quand j’analyse plus profondément, je me dis, qu’au fond, une démarche comme celle des Assises entre dans la droite ligne de l’appel à la conversion écologique telle qu’en parle le pape François [2]. Et ce n’est pas si facile que ça ! Nous en sommes à l’heure du débat ou de l’information, pas à celle de se dire : « Comment, dans ma vie quotidienne, je vais être amené à changer mon rapport à l’alimentation (consommer moins de viande par exemple), aux transports, à l’utilisation de l’énergie, au monde animal, à la Création..." ce qui est beaucoup plus engageant ! N’y aurait-il pas une résistance par rapport à cela ?
Un certain nombre de personnes corroborent cette réalité et me disent : « C’est exigeant ! » d’où la difficulté de se lancer peut-être ! Il y a une véritable difficulté à s’engager quand cela remet en question sa propre manière de vivre !
Cela dessine le chemin que nous avons à faire en Église pour ne plus en être aux grands discours mais à l’action afin de nous emparer de ces questions de manière très concrète.

IL FAUT SE MOBILISER POUR FAIRE ENTENDRE SA VOIX AUPRÈS DU MONDE POLITIQUE

Quels sont les enjeux de ces Assises ?

Il est difficile pour les gens de se dire : « Il faudrait agir » tout en ne sachant pas bien comment faire. Un des buts de ces Assises sera de proposer de petites choses très concrètes qui permettront à chacun de faire des choix pour sa vie quotidienne.
Certes cela n’enlèvera pas la nécessité de choix politiques très importants, mais il n’y aura de choix politiques très importants que s’il y a un nombre suffisamment important d’individus qui, à titre personnel, s’engagent ! C’est aussi un des enjeux des Assises : Faire entendre sa voix et dire : « Nous sommes prêts à assumer les conséquences des choix politiques pour la Cop21 ». Le monde politique ne se mobilisera que si l’ensemble d’un peuple se mobilise, il doit sentir derrière lui un engagement des individus, sinon, cela ne pourra pas marcher. N’attendons pas tout du politique, même s’il est nécessaire !

ALLER VERS DES CHANGEMENTS RADICAUX FAIT PEUR !

N’y a t-il pas une part d’ignorance sur ces problèmes écologiques, et d’impuissance ?

Je pense que plus profondément, il y a une part de déni, car prendre conscience de ce qui est en train de se passer, c’est obligatoirement aller vers des changements radicaux. C’est très difficile et cela fait peur ! Je parle de déni dans le sens où c’est une défense psychologique.
Prenons un exemple avec ce qui se passe en Méditerranée [NDR : les flux migratoire et ses conséquences]. Nous en sommes à plus de 2000 morts. L’Europe a du mal à gérer quelques milliers de personnes réfugiés, or, on sait qu’en 2050, avec le réchauffement climatique, il y aura 60 millions de réfugiés climatiques eu Europe. Comment prépare-t-on les populations à ce genre de questions ?
Autre exemple : Pour que le réchauffement n’excède pas deux degrés d’ici la fin du siècle, il faudrait que 80 % des réserves d’énergies fossiles (pétrole, charbon, tourbe, gaz naturel) encore dans le sol, y reste (car il est prouvé que l’utilisation des énergies fossiles fait monter la température de la planète). Quelles alternatives proposons-nous ?

N’arrive-t-on pas aussi à un phénomène de saturation ? On parle beaucoup d’écologie...

Effectivement ! Cet été, il y a eu beaucoup de manifestations qui ont été relayées dans les médias. Trop en parler à un effet contre-productif ! Il y a donc ceux qui en entendent trop parler, ceux qui ne veulent rien entendre, et ceux qui sont dans le déni !

Frédérique Défrade

Des intervenants de renom

Nous voulons rencontrer tous ceux et celles qui se posent des questions. Le but est d’entrer en dialogue et d’échanger

« Il ne s’agit pas pour le diocèse de préempter le débat public. Il n’y a pas d’écologie chrétienne » insiste le père Jean-Luc Souveton, responsable de l’organisation de l’événement. « Nous voulons rencontrer tous ceux et celles qui se posent des questions. Le but est d’entrer en dialogue et d’échanger. »

Les intervenants annoncés font autorité dans leur domaine et reconnus pour leur liberté de pensée.

Le biologiste Jean-Marie Pelt sera là, ainsi que la paléoclimatologue et membre du Giec Valérie Masson-Delmotte, le philosophe Patrick Viveret, les politiques Corinne Lepage et Pierre Larrouturou, les journalistes d’investigation Monique Robin (Le monde selon Monsanto) et Fabrice Nicolino (Un empoisonnement universel. Comment les produits chimiques ont envahi la planète).
- Lire l’article sur http://lessor.fr/2015-annee-ecologi...

ILS EN PARLENT SUR TWITTER



[1] Les Assises chrétiennes de l’écologie à Saint-Etienne les 28, 29 et 30 août 2015 à Saint-Etienne,

[2] Les 10 commandements du pape François pour sauver la planète et l’humanité




Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 12.11.2015 11:20