Accueil > Actualités > Toutes les actualités
Fête de l’éveil à la foi

Don en ligne

galet Ils meurent de faim ! : 16ème billet de Mgr Bernard Podvin au sujet de la famine qui tue dans la corne de l’Afrique

Alors que les médias se font l’écho de ce drame humain qui se déroule actuellement dans la Corne de l’Afrique, la communauté internationale prend la mesure de la famine causée par la sécheresse. Caritas Internationalis, auquel appartient le Secours Catholique, s’apprête à lancer un appel d’urgence à ses membres, tandis que le Saint Siège envoie une première aide de 50 000 euros.

Ils meurent de faim !

Oui, bien sûr, la Corne de l’Afrique de l’Est, ça fait loin de chez nous.
Oui, bien sûr, nous avons nos soucis indéniables.
Oui, bien sûr, la famine est, hélas, endémique en ces contrées depuis au moins soixante ans.
Oui, bien sûr, la complexité politique de cette région est structurelle. _ Oui, bien sûr, l’opinion publique internationale est généreusement plus réactive aux catastrophes non moins dramatiques, mais davantage médiatisées.
Oui, bien sûr, mon éventuel geste de solidarité semble impuissant devant l’inexorable et l’abyssal...

Donc ? On fait l’autruche ? Nos frères humains meurent de faim ! Verbe tristement conjugué au présent de l’indicatif.
Relayons l’appel de Benoît XVI. Sortir de notre torpeur. Prendre part à cette tâche immense. Agir vite, aux deux niveaux qui s’imposent : sauver les vies, et susciter des institutions durables. Refuser que se banalise cette "actualité". Relire l’encyclique sociale « Caritas in veritate ». Ne pas vivre un farniente indifférent à ces cris. Se bouger !... "J’avais faim..."

Mgr Bernard Podvin
Porte-parole des évêques de France


Le Saint-Siège envoie 50.000 euros pour la Corne de l’Afrique

Faisant écho à l’appel lancé dimanche dernier [1] par le pape Benoît XVI, le Conseil pontifical Cor Unum rappelle la gravité de la famine causée par la sécheresse dans la Corne de l’Afrique.

"En signe de solidarité, le Pape a chargé Cor Unum de remettre une première aide de 50.000 euros à Mgr Giorgio Bertin, OFM, Evêque de Djibouti (Djibouti) et Administrateur apostolique de Mogadiscio (Somalie), qui s’occupe directement de secourir les populations menacées".

Plus de dix millions de personnes, dont nombre de réfugiés, sont aujourd’hui frappées par cette catastrophe humanitaire. Plusieurs centaines de milliers d’entre elles risquent de mourir par manque de produits de première nécessité. La Somalie et le nord du Kenya sont les zones les plus touchées.

Source : VIS du 19 juillet 2011


Sécheresse alarmante dans la Corne de l’Afrique

Caritas Internationalis, le réseau mondial des Caritas auquel appartient le Secours Catholique, s’apprête à lancer un appel d’urgence à ses membres, face à la grave sécheresse qui touche l’Éthiopie, le Kenya et la Somalie.

Dix millions de personnes ont besoin d’une aide d’urgence dans la région, estime Caritas Internationalis. Conséquence du manque d’eau, des récoltes insuffisantes et de la mortalité élevée du bétail, le seuil de malnutrition aiguë des jeunes enfants est largement dépassé, avec 22 à 30 % d’enfants dénutris dans la région. Ce seuil est fixé à 15 % par les normes internationales.

Le relevé de situation du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU indique que les pluies de 2010 et 2011 sont inférieures de 30 % à la normale. L’excès de mortalité du bétail atteint 15 à 30 % et se monte à 40-60 % dans certains secteurs chez les bovins et les ovins.

La saison des récoltes, normalement de mi-juin à mi-août, est retardée et les rendements seront inférieurs à la normale. Les prix des céréales atteignent dores et déjà un niveau record : + 240 % en un an pour le sorgho en Somalie, + 117 % pour le maïs en Éthiopie et + 58 % pour la même céréale au Kenya.

3,2 millions de personnes touchées en Éthiopie

Pays très pauvre, l’Éthiopie est en situation de crise alimentaire. 3,2 millions de personnes y requièrent une aide humanitaire. Plusieurs membres du réseau Caritas sont à pied d’œuvre et atténuent l’impact de la crise pour quelques dizaines de milliers de personnes dans les régions les plus pauvres du pays.

- Lire l’intégralité de l’article sur le site du Secours Catholique


L’explication : la famine dans la Corne de l’Afrique

JPEG - 17.6 ko

Près de douze millions de personnes sont confrontées à la sécheresse et à l’insécurité alimentaire. Le point sur la situation.

> Quelles sont les causes de la famine ?

Douze millions de personnes sont concernées par cette crise alimentaire qui sévit principalement dans cinq pays : la Somalie, le Kenya, l’Ethiopie, l’Ouganda et Djibouti.

Ce sont des facteurs climatiques qui ont déclenché la situation, "sur un terreau de sous-développement économique et de crise politique", précise Jean-Cyril Dagorn d’Oxfam France. Les deux dernières saisons des pluies ont été très en deçà de la pluviométrie habituelle dans la Corne de l’Afrique.

Dans cette région, les populations ont pour habitude de creuser des points d’eau pour recueillir l’eau de pluie. En raison de la sécheresse, ces points d’eau sont asséchés et le niveau des nappes phréatiques a baissé.

Les habitants sont pour la plupart des éleveurs et dans une moindre mesure des cultivateurs. Or, l’absence d’eau a entrainé comme double conséquence le manque de fourrage pour le bétail et un déficit céréalier.

Enfin, autre circonstance aggravante : la hausse des cours du prix du pétrole, qui a une incidence sur les prix alimentaires mondiaux, fragilise les populations urbaines qui importent les produits.

Dans certaines zones, la sécheresse est venue s’ajouter à un contexte de crise déjà sévère. C’est le cas en Somalie, en proie à des combats depuis le début des années 1990. Dans ce pays, contrôlé en grande partie par les shebab, des milices proches d’Al-Qaïda, les combats créent un climat d’insécurité depuis vingt ans, ce qui a un impact sur la circulation des marchandises et provoque des déplacements de population.

Par exemple, le camp de réfugiés de Dadaab situé au Kenya voit arriver massivement des réfugiés somaliens. Prévu pour accueillir 90.000 personnes, il en compte actuellement presque 400.000.

> Pourquoi la communauté internationale n’a-t-elle pas réagi avant ?

Dès la fin de l’avant-dernière saison des pluies, très faible, les ONG ont alerté sur les risques qu’encouraient les habitants de la Corne de l’Afrique. Mais comme il ne s’agissait pas encore à proprement parler d’une situation d’urgence, les médias ne s’en sont pas fait l’écho. "On sait que la Somalie est en crise humanitaire depuis vingt ans mais personne n’en parle", rappelle Vincent Mudry du Secours Catholique.

Les gouvernements éthiopien et kenyan ont reconnu très récemment la situation de crise, "c’était le signal qu’attendaient les ONG pour donner l’alerte", explique le chargé de programmes. En Somalie, les milices shebab ont également indiqué début juillet aux organisations humanitaires qu’elles autorisaient leur intervention.

- Lire l’intégralité de l’article sur >> sur www.youphil.com (le média de toutes les solidarités).


[1] dimanche 24 juillet 2011




Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 14.08.2011 09:48 - Mis à jour le : 16.08.2011 10:13