Accueil > Actualités > Reportages et photos
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet "Humble pour aimer"

Mercredi 2 février 2011, 120 religieux, consacrés et laïcs se sont rassemblés à la maison Saint-Antoine autour de Mgr Lebrun, évêque de Saint-Etienne, pour la journée de la vie consacrée.

Pourquoi une journée de la vie consacrée ?

Cette journée a lieu chaque année en la fête de la présentation de Jésus au temple. Cette consécration de Jésus est une annonce du don totale de sa vie qu’il fera en mourant sur une croix. On comprend tout le sens que prend cette fête pour les consacrés et les religieux qui offrent également leur vie au Seigneur en s’abandonnant dans la foi à l’amour de Dieu.

La pauvreté pour thème

Prière, témoignages, partage, enseignement de notre évêque, débat et Eucharistie étaient au programme pour parler cette année de la pauvreté. En effet, le Conseil diocésain de la vie consacrée, chargé de la préparation de cette journée, avait choisi cette année de réfléchir sur le thème : « Aujourd’hui, pauvre avec Lui, riche avec Lui ». Cette problématique est la deuxième étape d’une trilogie durant lesquels sont abordés sur trois ans les trois vœux d’entrée des consacrés. Ainsi, après la chasteté consacrée l’an dernier et la pauvreté, l’édition 2012 de cette journée abordera la question de l’obéissance.

Pauvreté et relation

Mais qu’est-ce que la pauvreté ? Lors du débat de l’après-midi, un mot est ressorti : la relation. Quel rapport avec la pauvreté me direz-vous ? La réponse est dans la désappropriation. Moins on a de biens plus on s’ouvre aux autres ! C’est ce que les religieux et les laïcs consacrés vivent au quotidien. Sœur François-Marie, du monastère clarisse de Montbrison, nous fait part de son expérience : « Dans notre formule de profession, le vœu de pauvreté, on le formule : « N’avoir rien en propre », pas n’avoir rien ! […] Mais l’ensemble de ce que la communauté a, c’est jamais « à moi ». Et ça c’est très dépouillant ». Pour elle, son expérience de la pauvreté favorise sa relation avec l’autre et l’aide à reconnaître que son prochain peut lui apporter quelque chose : « Je ne sais pas, toi tu sais ! ». Le témoignage de cette religieuse résume l’esprit et l’orientation de cette journée qui a motivé les laïcs, les consacrés et les religieux à agir d’avantage en relation. Saint Paul nous rappelle que cette pauvreté ne prend son sens que dans le Christ, lui « qui pour vous s’est fait pauvre, de riche qu’il était, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis » (2Cor 8, 9).

Matthieu Devillard

Galerie photos

Photos©Frédérique Défrade





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 07.02.2011 16:18 - Mis à jour le : 16.10.2013 13:03