Accueil > Actualités > Toutes les actualités
Don en ligne

galet Honoré, vainqueur d’un long combat contre la lèpre

Frappé par la lèpre, maladie à la fois physique et sociale, Honoré a mis du temps à se relever complètement. Après sa guérison physique, il a dû parcourir un long chemin de réinsertion avant de redevenir un « homme comme les autres ». Récit de son combat et de sa victoire.

Dépisté en 1991, Honoré Idohou consulte de nombreux centres avant de savoir qu’il est malade de la lèpre. « Dès que j’ai été diagnostiqué, j’ai su que le combat serait long. » Atteint par la forme multi-bacillaire de la lèpre, il est immédiatement mis sous PCT. Le résultat est positif. Mais après quelques mois, Honoré souffre de réactions douloureuses dues au traitement. Il perd alors un travail qu’il venait de trouver. « Mon désespoir était grand. Mais au Centre anti-lèpre j’ai reçu des soins et des encouragements exceptionnels. »

Un long combat

Pendant un an se succèdent les périodes de rémission et de souffrances. Re- çu à Davougon, dans le centre dirigé par le Père Steunou et soutenu par la FRF, Honoré retrouve son autonomie et bénéficie d’une aide financière car sa femme et lui viennent d’avoir leur premier enfant… Un an après son retour à Cotonou, les douleurs reprennent : Honoré subit une opération du bras gauche qui provoque un handicap des doigts. Pendant 5 ans, il exerce alors tant bien que mal son métier d’enseignant. Mais, conséquence du traitement de ses réactions, une arthrose des deux hanches l’oblige à quitter son poste. En 2007 puis en 2008 il est opéré des hanches avec l’aide de la Fondation. « J’ai reçu de la part de toute l’équipe en place un soutien moral et financier, pour la subsistance de ma famille et la scolarisation de mes enfants. »

« Comme un homme normal »

Mais Honoré ne compte pas rester un assisté. Il veut retrouver sa place dans la société en exerçant un métier et en prenant en charge sa famille. En octobre 2009, grâce aux donateurs de la Fondation, il ouvre « sa » friperie à Cotonou. Aujourd’hui il est heureux de tenir son commerce, « comme un homme normal ». Il fait tout son possible pour augmenter ses revenus : il s’est procuré un photocopieur, très sollicité en pé- riode scolaire, et reprend quelques activités de transit car il a retrouvé une relative autonomie de déplacement. Ancien lépreux, Honoré Idohou pratique un métier comme s’il n’avait pas de séquelles. Il a atteint ses objectifs : faire vivre sa famille, envoyer ses enfants à l’école et tenir une place reconnue dans la socié- té. « Grâce aux donateurs de la Fondation Raoul Follereau, j’ai retrouvé la vie et l’espoir ! »

Fondation Raoul Follereau - 31 rue de Dantzig 75015 Paris - Tél. : 01 53 68 98 98 - www.raoul-follereau.org





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 23.01.2011 05:09 - Mis à jour le : 13.01.2014 09:53