Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Homélie pour la messe de suffrages pour les victimes de la catastrophe aérienne de Katyn avec la communauté polonaise.

Messe de suffrages pour les victimes de la catastrophe aérienne de Katyn avec la communauté polonaise.

Homélie de Mgr Dominique Lebrun

Dimanche 18 avril 2010 – Eglise de Beaulieu à Roche-la-Molière

Ac 5, 27b-32.40b-41 ; Ps 29
Ap 5, 1-14 ; Jn 21, 1-19.

Frères et sœurs,

En ce dimanche singulier pour la Pologne, commençons par ne pas oublier le Pape Benoît XVI qui se trouve sur l’Ile de Malte pour y fêter les 1950 ans de la présence de l’apôtre Paul. Il est le successeur de saint Pierre et il entend, comme nous, l’Evangile : Simon, m’aimes-tu ? (Jn 21, 15).

Pierre a une place particulière dans le récit des apparitions et il reçoit une charge unique : Sois le pasteur de mes brebis (21, 16). Ce récit d’apparition de Jésus concerne l’Eglise ; il est comme une première fondation de l’Eglise en attendant la Pentecôte.

JPEG - 34.9 ko

L’Eglise, ce sont d’abord 7 hommes qui font leur métier de pêcheurs. Ce sont 7 hommes qui, dans la nuit, n’ont pris aucun poisson. Et lorsqu’ils obéissent à Jésus, au petit matin, ils prennent 153 poissons. Pourquoi 153 ? Parce qu’à l’époque, c’est le nombre de sorte de poissons connu. Jésus, par ce miracle, annonce la vocation universelle de l’Eglise.

Cette Eglise, ce sont 7 hommes qui sont au travail mais qui sont nus dans leur barque : Simon-Pierre passa un vêtement parce qu’il n’avait rien sur lui (21, 7). L’Eglise, c’est le lieu où l’homme retrouve sa dignité et plus que sa dignité ; il est invité au repas du Seigneur : venez déjeuner (21, 12).

JPEG - 33.8 ko
photo©Roman Szarzynski

Par l’Eglise la mission de Jésus continue. Elle continue à Malte comme en Pologne. Elle continue en France aussi. L’Eglise continue la mission de Jésus au rythme de l’histoire ; elle révèle le sens de l’histoire dont Jésus, mort et ressuscité, est le centre.

Le monde entier est frappé par la catastrophe de Katyn. D’une manière difficilement compréhensible pour les hommes, la catastrophe aérienne de 2010 révèle au monde la première catastrophe de Katyn il y a 70 ans, en 1940. L’histoire des pêcheurs de Galilée qui n’ont rien pris pendant la nuit et qui ont, obéissant à la parole de Jésus, leurs filets pleins de poissons reproduit le passage de Jésus de la mort à la vie. Katyn ne peut pas, pour les chrétiens, ne pas devenir symbole du passage de la mort à la vie, de la haine à l’amour, de l’affrontement à la réconciliation. Pourquoi cette nouvelle épreuve alors que russes et polonais représentés par leurs plus hautes autorités s’apprêtaient à se retrouver sur le lieu même du massacre des 22 000 officiers polonais ?

JPEG - 32.1 ko
photo©Roman Szarzynski

L’Eglise des 7 premiers apôtres obéit à son Seigneur : Jetez le filet à droite ; apportez donc de ce poisson que vous venez de prendre ; venez déjeuner ; suis-moi ! Les ordres du Seigneur sont souvent en contradiction avec les tentations du monde. Pierre, avec les Apôtres, le sait et le dit au grand conseil : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes (Ac 5, 29). Le Pape et la communauté catholique sait qu’ils vivent un combat difficile qui n’est autre que celui de Jésus.

Le monde est frappé par la célébration religieuse des obsèques du président LECH KACZYNSKI, de son épouse et des autres victimes. La grande croix blanche sur fond noir dressée hier à Varsovie exprime le mystère de la résurrection de Jésus déjà présent dans notre monde.

JPEG - 35.4 ko
photo ©Sophie Charroin

L’Espérance de la résurrection doit guider notre prière et notre vie. Elle guide notre prière car nous avons confiance en l’amour de miséricorde du Père qui a vaincu la mort ; nous prions pour les défunts quels qu’ils soient. Ce matin, nous pouvons prier aussi pour les bourreaux des 22 000 officiers polonais, pour Staline lui-même.

L’espérance de la résurrection guide aussi notre vie. Réfléchissons bien à cette phrase de Saint Pierre : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes (Ac 5, 29). Elle concerne l’Eglise toute entière. Elle nous concerne tous. Frères et sœurs, demandons à Dieu, par l’intercession de la Vierge Marie, reine de Pologne, de ne pas craindre les persécutions du monde pour suivre le chemin de la vérité et de l’amour que Dieu trace en nos cœurs et dont les événements du monde manifestent l’urgence.

+ Dominique Lebrun
Evêque de Saint-Étienne

- Télécharger l’homélie au format PDF

JPEG - 34.4 ko
photo ©Sophie Charroin
JPEG - 38.8 ko
photo©Roman Szarzynski
JPEG - 34.6 ko
photo©Roman Szarzynski
JPEG - 38.3 ko
photo ©Sophie Charroin





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 19.04.2010 10:33 - Mis à jour le : 20.05.2010 13:45