Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet Homélie pour la Solennité du Christ-Roi de Mgr Dominique Lebrun

Solennité du Christ-Roi - Clôture de l’année de la foi

Cathédrale Saint-Charles – dimanche 24 novembre 2013
2 S 5, 1-3 ; Ps 121
Col 1, 12-20 ; Lc 23, 35-43

Homélie

Frères et sœurs, Au début de notre célébration, J’ai interrogé les jeunes candidats au baptême par une seule question : Voulez-vous suivre JESUS ? (Rituel de l’initiation chrétienne des enfants en âge scolaire n. 36) Au terme de l’année de la foi, nous pouvons reprendre à notre compte cette question et nous la poser en toute sincérité. L’évangile entendu peut nous aider à ne pas nous payer de mots : voulons-nous suivre JESUS ? Autour de la croix, il y a ceux qui ricanent ou se moquent, et il y a le peuple qui « restait là à regarder » (Lc 23, 35). Nous ne sommes pas parmi les premiers sauf, de temps en temps, lorsque nous ricanons ou nous nous moquons de l’Eglise : elle est le corps du Christ, nous le croyons. Bien entendu, elle est défigurée par notre péché mais elle reste le beau corps du Christ, plein d’amour.

Ne sommes-nous pas tout simplement de ce peuple qui hésite. De quel côté va-t-il pencher, en particulier quand il s’agit de témoigner ? Allons du côté de celui qui dit : « pour nous c’est juste après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal » (Lc 23, 41).

Celui que nous appelons le bon larron a la foi. Il a en lui la lumière de la foi, pour reprendre le titre biblique de la première encyclique du Pape FRANÇOIS. Cette lumière éclaire la situation du crucifié par la vérité : Lui n’a rien fait de mal contrairement à toutes les apparences. Quelle puissance d’illumination que la foi ! Elle réussit à redonner aux choses, aux personnes, aux événements leur véritable sens ! La foi a la puissance de l’amour de Dieu, une puissance créatrice ! Comme l’écrit le Pape FRANÇOIS, « transformés par cet amour nous recevons des yeux nouveaux, nous faisons l’expérience qu’en lui se trouve une grande promesse de plénitude et le regard de l’avenir s’ouvre à nous » (n° 4).

« JESUS, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne » (Lc 23, 42). « Le regard de l’avenir s’ouvre » sur le bon Larron. Il voit en JESUS celui qui peut le porter dans sa mémoire c’est-à-dire dans sa propre foi auprès de son Père ; dès lors, il peut voir son avenir en Lui, en son Règne. Il ne sait pas comment mais il lie sa vie à l’avenir de JESUS. Il a confiance : il sera le roi.

L’autre larron a aussi demandé à JESUS de le sauver mais en regardant vers la terre et non vers le ciel : « sauve-toi toi-même, et nous avec » (Lc 2, 39). Il propose à JESUS d’user de sa puissance supposée entre eux. Or, raconte Saint Luc, ils ont tous les deux entendu JESUS crier vers le Père : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23, 34). Les chefs comme les soldats refusent de voir un Messie aussi dépendant de Dieu.

Etre disciple de JESUS, c’est accueillir la lumière qui vient de l’amour du Père, un Père fou d’amour au point de nous envoyer son Fils bien-aimé repousser les ténèbres, prendre sur lui nos péchés, et donner sa vie en rançon pour la multitude.

Saint Paul nous parle de cette lumière : « Frères, rendez grâce à Dieu le Père qui vous a rendus capables d’avoir part, dans la lumière, à l’héritage du peuple saint. Il nous a arrachés au pouvoir des ténèbres, il nous a fait entrer dans le Royaume de son Fils bien-aimé, par qui nous sommes rachetés et par qui nos péchés sont pardonnés » (Col 1, 12-14).

« Amen, je te le déclare : Aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis ». Cette parole est aussi pour nous ce matin, contrairement peut-être aux apparences. Nous sommes invités à communier au paradis dans l’eucharistie qui est la plénitude de l’amour. Nous sommes invités à communier à la plénitude de l’amour qui purifie notre cœur et transforme notre regard. Dans toute personne humaine, nous voyons un fils ou une fille de Celui qui veut être appelé « Notre Père » (CEC 2012), dit une magnifique synthèse du catéchisme de l’Eglise catholique.

Tel est l’héritage du Royaume… une lumière qui bouleverse les apparences, une confiance absolue dans le Père, une perspective de plénitude d’amour au bout de la route de notre vie, une mission pour accueillir et annoncer l’œuvre du Christ-Messie : « Il a voulu tout réconcilier par lui et pour lui, sur la terre et dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix » (Col 1, 20). Tel est notre roi, le roi de l’univers !

+ DOMINIQUE LEBRUN





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 25.11.2013 09:22 - Mis à jour le : 28.11.2013 10:37