Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet Homélie de Mgr lebrun : messe chrismale 2013

Messe chrismale _Cathédrale Saint-Charles – le 26 mars 2013 _Is 61, 1-3a.6a.8b-9 ; Ps 88 _Ap 1, 5-8 ; Lc 4, 16-21

Lire l’article

Homélie

Frères et Soeurs,

Devant notre assemblée, comment ne pas dire Je crois à l’Eglise ? En cette année de la foi, au moment où l’Eglise universelle reçoit son nouveau pasteur, le Pape François, méditons sur cette affirmation du Credoà partir de l’Evangile.

D’abord, comme dans la synagogue de Nazareth, nous fixons les yeux sur Jésus (cf. Lc 4, 20). Les signes ne manquent pas à commencer par le grand crucifix. Pensons à l’autel que j’ai vénéré au début de notre célébration ou bien au livre de la Parole qui a été encensé. Pensons à notre assemblée, aussi.

Oui, ayons les yeux fixés sur Jésus en regardant l’Eglise, Corps du Christ. Comme l’Esprit Saint a consacré Jésus (cf. Lc 4, 18), l’Esprit Saint ne cesse de consacrer l’Eglise, son Corps ; comme Jésus, elle est envoyée porter la Bonne nouvelle (Id.), ce qui se dit, dans une traduction littérale du grec, évangéliser.

La bénédiction de l’huile des malades touche le cœur de la mission de l’Eglise à la suite de Jésus. Toutes sortes de maladies affectent notre corps social comme nos propres corps. La pauvreté, la cécité, la prison, l’oppression (Id.) prennent des formes variées. Le rejet de certains migrants, l’implacable logique économique, la dislocation de la famille, le rejet de Dieu nous atteignent avec une gravité qui n’échappe plus à personne. Cela nous atteint si fort que nos réactions blessent parfois notre communion. Mais, de bien des manières et comme bien d’autres personnes de bonne volonté, notre Eglise s’engage à apporter la liberté, la lumière, la libération. La liste est longue des merveilles d’engagements, de gestes, de prière. Elle voudrait le faire encore mieux. Diaconia nous y aide.

La bénédiction de l’huile des catéchumènes donne à notre mission sa perspective. C’est celle de diaconia : servir la fraternité. L’huile des catéchumènes est employée pour fortifier ceux qui s’approchent du Père. Ils entrent dans la fraternité de Jésus, celle qui va jusqu’au bout de l’amour et triomphe de la mort.Le baptisé est déjà entré dans la vie éternelle, là où entrent les frères et sœurs, enfants du Père. L’évangélisation - porter la bonne nouvelle- est un seul mouvement d’amour : annoncer le Père, vivre mieux en frères et sœurs.

La consécration du Saint-chrême met le doigt sur la manière dont Jésus va jusqu’au bout de l’amour reçu du Père : en se donnant, en se livrant, en mettant toute son humanité au service de la volonté du Père. L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction(Id.). Tel est le peuple des baptisés et confirmés, marqués du sceau de l’Esprit Saint. Chacun, chacune, tous ensemble, nous sommes appelés à mettre notre humanité au service de la volonté du Père, par amour. Croire à l’Eglise, c’est croire à l’entrée définitive du Fils de Dieu dans notre humanité ; c’est regarder aussi chacun d’entre nous –avec ses qualités et ses limites- dans le choix de Dieu. L’Esprit Saint repose sur nous. La réponse est parfois hésitante mais l’appel est certain.

Cela est vrai en particulier pour les ministres du Seigneur. Nous pouvons, chacun, évaluer et discuter les décisions prises dans les équipes pastorales ou bien au nom de la responsabilité et du service confiés. Dans la foi, nous ne pouvons qu’admirer et bénir Dieu d’appeler ses enfants à poursuivre l’œuvre de son Fils bien-aimé ; dans la foi, nous ne pouvons que bénir Dieu pour leur réponse au fond de leur cœur et de leur être, bien au-delà de leur action, et malgré leurs péchés ; dans la foi, nous bénissons Dieu pour toutes les vocations qui se font écho à la vocation du Fils de Dieu, y compris celle du Pape.

Les ministres du Seigneur sont eux-mêmes appelés à croire en l’Esprit Saint qui les consacrent. Les diacres, les prêtres, l’évêque y sont provoqués lorsqu’ils entendent l’assemblée répondre à leur salutation : Et avec votre Esprit. Réponse de foi qui est un appel à laisser l’Esprit Saint nous envahir, nous corriger, nous combler.

Le Pape François a une devise qu’il a reçu dans sa jeunesse : par miséricorde et par choix, sous entendu, de Dieu. Il reçut sa vocation en comprenant que Dieu lui faisait miséricorde. De même que le ou la novice souhaitant prononcer ses vœux répond au supérieur qui lui demande « que voulez-vous «  : « - la miséricorde de Dieu ». Notre foi en l’Eglise fonde la prière pour les vocations puisqu’elle nous les fait percevoir comme des dons de Dieu, fruits de sa miséricorde.

Frères et sœurs, demandons à Dieu de vivre notre mission de baptisés et de confirmés comme une réponse à la miséricorde de Dieu. Cela nous met sur le chemin de l’humilité que nous célébrerons avec une grande intensité par le lavement des pieds du Jeudi saint. Alors nous pouvons dire : Je crois à l’Eglise, chaque dimanche, chaque jour ! Bénissons le Seigneur !

+DOMINIQUE LEBRUN





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 28.03.2013 01:53