Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet Homélie de Mgr Lebrun, quatrième dimanche de Carême

Quatrième dimanche de carême (C)
Cathédrale Saint-Charles – le 10 mars 2013

Homélie

Frères et sœurs, nous aimons retrouver cette parabole au milieu de notre carême. Et, facilement, nous pouvons nous identifier. Tantôt au fils cadet, tantôt au fils aîné.

Tantôt fils cadet. Oui, nous avons reçu l’héritage (cf Lc 15, 12). Peut-être ne l’avons-nous pas réclamé à notre baptême, du moins nous-mêmes. Nos parents l’ont demandé pour nous. Qu’en faisons-nous ? Comment utilisons-nous la vie, et la vie en abondance, que nous avons reçue à notre naissance et à la renaissance du baptême ? Reconnaissons notre vie de désordre. Dans notre vie quotidienne, tout n’est pas pour Dieu, avec Lui, en Lui. Mais nous avons faim (cf. Lc 15, 17). Et, nous sommes prêts à revenir. En tous les cas, ce matin nous sommes venus au banquet. Est-ce en esprit de pénitence, de repentance ? Sans doute un peu comme le fils cadet, avec des sentiments mélangés : l’amour mais aussi le besoin.

Vous le savez, le lieu où le Père serre dans ses bras son enfant pécheur (cf. Lc 15, 20), c’est le sacrement de réconciliation. Vous avez la grâce, à Saint-Etienne, de pouvoir vous confesser matin et soir à l’église Saint-Louis. C’est le moment favorable. Dès demain, ou après-demain. En tous les cas, avant Pâques. Mettez à profit les célébrations du pardon de votre paroisse.

Tantôt fils aîné. Nous sommes avec le Seigneur mais sommes-nous prêts à laisser la première place aux voleurs et aux prostitués (cf. Mt 21, 31) ? Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi (Lc 15, 31). Il arrive dans certaines paroisses, lorsque je viens pour la confirmation, que des personnes s’absentent car cela va être trop long ; les mêmes, parfois, disent qu’il manque des jeunes dans nos églises. Je ne sais pas si cela arrive à la cathédrale, par exemple pour un appel décisif ou une veillée pascale … nous verrons bien aux Rameaux : laisserons-nous la première place à ceux qui reviennent ce jour-là ? Comment les accueillerons-nous ? Allons au-delà de ces identifications qui sont utiles. L’Evangile est plus profond. La tentation est peut-être justement de chercher à s’identifier pour être bien sûr d’avoir notre place.

Qui est le personnage central de la parabole ? N’est-ce pas plutôt le Père ? Jésus nous livre ici le secret de l’amour de son Père : sa patience ! Le Père est toujours là … et même il court, il court vers le pécheur, se jette à son cou, et le couvre de baisers (cf. Idem) !

Frères et sœurs, mesurons la grande patience de Dieu et son amour infini de miséricorde ; mesurons qu’Il est sans commune mesure avec nos péchés qui ne peuvent l’atteindre. Je vous invite à vous laisser envahir par cette idée que notre Père n’a aucune retenue dans son amour, aucun dégoût pour notre péché car il ne voit que notre cœur qu’il a créé à son image, qu’il recréé en son Fils (cf. 2 Co 5, 17) …

Tout cela vient de Dieu, dit Paul : Il nous a réconciliés avec lui par le Christ, et il nous a donné pour ministère de travailler à cette réconciliation (2 Co 5, 18). Mon Père est à l’œuvre, et moi aussi je suis à l’œuvre, dit Jésus (Jn 5, 17). La Parabole nous invite à entrer dans la patience du Père pour œuvrer dans le Fils à la réconciliation. Que disons-nous quand nous prions : pardonnons-nous comme nous pardonnons ? Il ne s’agit pas simplement de pardonner à sa belle-mère ou à ses enfants adolescents –ce qui est bien. Il s’agit d’œuvrer à la réconciliation de l’humanité déchirée, désunie, défaite, au sens fort du terme.

Au fond, c’est l’œuvre de la charité, la charité dans la vérité qui restaure l’être humain dans sa dignité. Lutter pour la vérité et la dignité de la famille : une maman, un papa, des enfants, c’est œuvrer à la réconciliation, comme lutter contre toutes les autres formes de pauvreté, matérielle et spirituelle.

En somme, il s’agit de permettre aux fils aînés et cadets de vivre heureux ensemble dans la joie d’être de la famille du Père, sur la terre comme au ciel.

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

+ DOMINIQUE LEBRUN





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 14.03.2013 14:11