Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Homélie de Mgr Lebrun pour l’Epiphanie

Homélie pour la Solennité de l’Epiphanie du Seigneur à la Cathédrale Saint-Charles le le 5 janvier 2014.

Solennité de l’Epiphanie du Seigneur Cathédrale Saint-Charles – le 5 janvier 2013

Homélie

Is 60, 1-6 ; Ps 71
Ep 3, 2-3a.5-6 ; Mt 2, 1-12

Quand ils virent l’étoile, ils éprouvèrent une très grande joie (Mt 2, 10). Frères et sœurs, nous aimons retrouver les mages, une nouvelle étape dans la joie de Noël. L’épiphanie élargit la joie de Noël : Comme le dit Saint PAUL, les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ JESUS, par l’annonce de l’Evangile (Ep 3, 6). Juifs et païens, c’est-à-dire le monde entier, mieux encore, l’univers entier, étoiles comprises, est appelé à connaître et à reconnaître le Sauveur en l’Enfant de la crèche.

Quand ils virent l’étoile, ils éprouvèrent une très grande joie.

Leur joie est très grande. Pourquoi ? Nous ne pouvons qu’être frappés par la différence entre les mages et le roi HERODE. Les premiers ne savent pas ; ils n’ont qu’une étoile muette pour les guider et le désir que Dieu a mis au fond de leur cœur ; le second sait, il a de multiples conseillers et le pouvoir, mais son cœur semble rempli de lui-même.

Certes, nous sommes du côté des païens ; à de très rares exceptions, nous tous ici présents, comme les catholiques du diocèse, nous ne sommes pas nés du peuple juif. Mais, de temps en temps, ne risquons-nous pas d’être du côté de ceux qui savent, de ceux qui ont de multiples conseils, de ceux qui ont le pouvoir. Ces derniers points s’adressent plus à moi qu’à vous. Qu’en faisons-nous ? Une source d’inquiétude ? HERODE fut pris d’inquiétude et tout Jérusalem avec lui (Mt 2, 3). Dis plus simplement, HERODE et ses conseillers se prennent les pieds dans le tapis, le riche tapis de leur savoir et de leur pouvoir.

De temps en temps, nous voyons arriver dans nos communautés des personnes qui ont suivi une étoile, tout simplement, et qui ne cherche qu’à suivre une étoile. Et ces personnes nous font du bien. Ce sont, par exemple, des catéchumènes ou des recommençants moins inquiets que nous et dans une très grande joie. Ils ont découvert JESUS.

Quand ils virent l’étoile, ils éprouvèrent une très grande joie.

Les mages me font envie par la simplicité de leur désir, par leur unique désir : rejoindre Celui que l’étoile leur annonce. Or, mes désirs sont plus compliqués et variés : je voudrais que les équipes pastorales soient plutôt comme ceci, je voudrais que les équipes liturgiques ou les organistes soient comme cela ; je voudrais que les mouvements soient plus ceci ou plus cela ; je voudrais que nos antennes solidarités soient … etc.

Est-ce que je veux tout simplement voir JESUS et lui donner le meilleur de ce que je suis et de ce que j’ai ? Est-ce ce désir de voir JESUS qui me guide comme l’étoile guide les mages ? Est-ce que je me laisse guider chaque jour par ce désir de voir JESUS ? Cet après-midi, je pars à Ars en retraite avec une cinquantaine de prêtres du diocèse avec cette question. Vous prierez pour nous si vous le voulez bien.

Frères et sœurs, le Pape FRANÇOIS nous invite à la simplicité dans la foi et à la joie de l’Evangile. Les mages ont rencontré les vicissitudes du pays de l’ombre. Mais ils ont poursuivi leur chemin. Et, par la grâce d’un songe, ils ont évité de tomber dans le piège d’HERODE.

Comment éviterons-nous les pièges de la complication ? Si Dieu nous a donné des dons, des richesses de savoir, une mission à accomplir, il ne faut pas y renoncer. Il faut les présenter au Seigneur dans un geste d’adoration. En nous mettant à genoux devant le Créateur et Sauveur, notre foi se simplifie. Frères et sœurs, suivons l’étoile qui est celle de la foi simple et pure. Elle peut disparaître à vue humaine. Elle demeure toujours car Dieu ne renie pas ses enfants. Et demandons ensemble non seulement la grâce de la foi et de la fidélité à la foi, mais aussi la grâce de la très grande joie quelques soient les vicissitudes du pays de l’ombre où nous habitons.

+ DOMINIQUE LEBRUN





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 13.01.2014 13:41