Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Rejoindre le Monastère Invisible

Don en ligne

galet Homélie de Mgr Lebrun : Mercredi des Cendres 9 mars 2011

JPEG - 27.2 ko

Homélie Mercredi des cendres – 50 ans du CCFD

Paroisse Saint-Ennemond
9 mars 2011
Jl 2, 12-18 ; Ps 50
2 Co 5,20-6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18

- Télécharger au format PDF

Quand Jésus monte sur la Montagne, il prend le chemin du Père qui est aux cieux ; quand il y rassemble ses disciples, il les invite à le suivre sur ce chemin.

Dans notre foi chrétienne, ce chemin passe par la croix et la résurrection. Ce soir, fondamentalement, nous voulons dire à Dieu que nous marchons vers la résurrection à la suite de son Fils bien-aimé. C’est parce que nous avons cette direction inscrite en nous par le baptême que vous avez pu poser la boussole de nos vies.

Prendre le chemin du Père et celui de la résurrection, à la suite de Jésus, c’est, selon l’expression de Jésus, vouloir vive comme des justes, ajustés au grand projet d’amour universel de notre Père.

Aussitôt, Jésus conseille d’éviter d’agir devant les hommes pour se faire remarquer. Autrement dit, nos actions ne doivent pas être mises en avant, ne doivent pas nous centrer sur nous-mêmes.

C’est peut-être l’une des grâces du CCFD-terre solidaire que de permettre aux fidèles d’agir sans être centrés sur eux-mêmes. Il peut nous arriver de réclamer, de vouloir savoir à qui et pour quoi nous faisons l’aumône ; comme il peut nous arriver de vouloir être récompenser de nos efforts de prière de manière visible. Depuis 50 ans, le CCFD a choisi de ne pas affecter les dons des fidèles à une opération précise comme pour nous éviter de centrer notre geste sur nous-mêmes, d’en mesurer les effets et, donc, la valeur.

Cela, évidemment, accroît le devoir des responsables du CCFD d’effectuer un vrai discernement afin que l’obole la plus petite concoure vraiment au bien désiré : la justice. Nous avons besoin d’organisme comme le CCFD – qui n’est pas le seul- pour nous permettre d’élargir notre horizon et, donc, notre charité sans nous centrer sur nous-même.

Peut-être nous faut-il insister sur la Montagne qui est le lieu de la rencontre avec Dieu ? Jésus, en agissant ainsi, ne se centre pas sur lui mais il oriente sa vie vers son Père avant de nous y inviter nous-mêmes en nous conseillant d’entrer dans le secret de nos cœurs. Jésus fait mémoire de la montagne sainte où Dieu lui-même s’est révélé en nous donnant les 10 commandements dont le premier est tout simplement : un seul Dieu tu adoreras.

Sans Dieu, l’homme se centre inévitablement sur lui-même. Il est alors entraîné dans la spirale de l’égoïsme et de l’orgueil qui entraînent injustice et guerre. Les chrétiens ont le devoir impérieux de s’unir à tous les hommes de bonne volonté pour faire reculer la faim et favoriser le développement. Ils le font en vérité s’ils offrent, en même temps, le témoignage de leur adoration.

En allant vers la résurrection en passant par la croix, nous traversons nos propres injustices et nous constatons que nous sommes ralentis par notre propre péché. Paul l’a rappelé : « Au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu ».

Nous avons besoin de Dieu ! Le monde a besoin de Dieu ! De Dieu Père pour découvrir la fraternité universelle et pour l’accueillir ! Pendant 40 jours, nous refaisons le trajet de l’exode dont la prière, l’aumône et le jeûne ont constitué des éléments essentiels. La libération, don de Dieu, en est la source et, en même temps, le fruit.

Demandons, ce soir, au Seigneur de nous accompagner dans le secret de nos cœurs, ou plus exactement de nous laisser accompagner par son Esprit Saint !

+ DOMINIQUE LEBRUN
Evêque de SAINT-ETIENNE





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 14.03.2011 13:53 - Mis à jour le : 14.03.2011 21:29