Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Homélie de Mgr Dominique Lebrun, sixième dimanche du temps ordinaire

Homélie de Mgr Dominique Lebrun
Sixième dimanche du temps ordinaire
Cathédrale Saint-Charles – dimanche 15 février 2015

PDF - 223.3 ko
Homélie- sixième dimanche du temps ordinaire

Homélie

Lv 13, 1-2.45-46 ; Ps 31
1 Co 10, 31 - 11,1 ; Mc 1, 40-45

« Un lépreux vint auprès de JÉSUS » (Mc 1, 40)

La lèpre prend une place particulière dans le récit des évangiles. Au premier chapitre de Saint MARC, après le baptême par JEAN-BAPTISTE et l’appel des premiers disciples, JESUS prêche dans la synagogue, y expulse un démon, guérit la belle-mère de SIMON dans sa maison puis part annoncer la bonne nouvelle de village en village (cf. Mc 1, 1-38).

C’est là qu’un lépreux vint auprès de JESUS. Il tombe à genoux et supplie JESUS : « Si tu le veux, tu peux me purifier » (1, 40). Contre tous les usages, au risque d’être contaminé, JESUS étend la main. Le lépreux est guéri. Alors JESUS l’envoi trouver le prêtre comme cela est prévu par la loi juive. Nous avons entendu dans la première lecture ce que fait le prêtre quand la maladie se déclare. Que fait le prêtre quand il y a guérison ? Il la constate, il offre à Dieu ce que le lépreux apporte pour sa guérison puis lui fait une onction d’huile (cf. Lv 14, 29).

En cette année de la vie consacrée, il me semble que nous pouvons reconnaître dans le lépreux guéri, nos frères et sœurs consacrés. Baptisés, confirmés, les personnes consacrées ont reçu l’onction sacerdotale, prophétique, royale de tout le peuple de Dieu. Mais elles reçoivent une consécration spéciale. Oui, elles reçoivent la consécration de Celui qui est guéri. Vivant dans le célibat, dans la pauvreté et l’obéissance, les personnes consacrées sont des signes du Royaume, le Règne de Dieu où il n’y aura plus ni maladie ni impureté.

Les personnes consacrées sont le signe de notre humanité guérie parce qu’elles ont rencontré JESUS, parce que JESUS leur a tendu la main, au nom de son Père. JESUS les a touchés au sens fort du mot. Il est devenu leur amour, leur vie. Tel le lépreux de l’Evangile, elles laissent les prescriptions de l’ancien testament pour se consacrer à l’annonce de la Bonne nouvelle qu’elles expérimentent. Elles se dépouillent du l’homme ancien pour revêtir l’homme nouveau (cf. Ep 4, 22-24).

J’ai visité une léproserie en Iran. J’ai été frappé par la joie des lépreux. En même temps, j’ai été frappé par le fait que, guéris, ils gardaient sur leur corps la déformation de leur maladie. Nos frères et sœurs consacrés sont notre joie. Mais elles sont encore pécheurs-déformés- bien que déjà marqués par le salut apporté par JESUS.

Dans l’Evangile de MARC, c’est JESUS qui recevra l’onction juste avant d’entrer dans sa passion (cf. Mc 14, 3-9). Cela se passera justement dans la maison d’un lépreux, SIMON le lépreux. JESUS, passant de village en village, prend sur lui nos péchés, nos maladies, nos impuretés qui le conduiront à l’offrande suprême. Il est devient le lépreux que le Père guérit dans la résurrection. Ressuscité, il devient modèle de tous les consacrés. Frères et sœurs, rendons grâce pour le chemin tracé par les personnes consacrées, espérance de notre salut. Prions pour qu’elles soient fidèles à la guérison que JESUS offre à nous tous, et dont elles sont un signe vivant et joyeux pour notre monde.

+ DOMINIQUE LEBRUN





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 16.02.2015 14:26