Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Rejoindre le Monastère Invisible

Don en ligne

galet Homélie de Mgr D. Lebrun, Solennité de la Nativité du Seigneur 25 décembre 2012

Solennité de la Nativité du Seigneur 25 décembre 2011 à la cathédrale Saint-Charles

Is 9, 1-6 ; ps 95
Ti 2, 11-14 ; Lc 2, 1-14

Homélie

Magnifique tableau que cet évangile qui relie le ciel et la terre.

Tout est à sa place : Du côté de la terre et en arrière-plan : les circonstances historiques et géographiques, mentionnant l’empereur, le gouverneur, les villes et les provinces ; au premier plan : Joseph, Marie, une salle commune trop petite pour les accueillir, et l’enfant placé dans la mangeoire ; non loin, des bergers qui passent la nuit. Du côté du ciel, une lumière insaisissable, un ange annonciateur et une troupe céleste innombrable.

Magnifique tableau vivant où je voudrais vous inviter à prendre place, votre place.

Votre place, ce peut être la place de l’observateur qui cherche à savoir si nous sommes entre le rêve et la réalité. Il y a assez de détails sur le recensement, la ville de David, les prophéties pour consentir à la vérité historique de cette naissance, bien mieux documentée que celle d’un Jules César.

Votre place, ce peut être celle de Joseph, le citoyen et le croyant. Il obéit aux exigences du recensement mais il a décidé de faire confiance avant tout en la mission accomplie par Marie, la Vierge Mère ; mieux, avec Marie ils partagent les vicissitudes de l’histoire sans perdre une miette de ce qui vient du Ciel. N’est-ce pas ce que nous avons à vivre ?

Votre place, ce peut être celle des bergers qui vaquent à leurs occupations. Il n’y a guère d’occupations plus prenantes que la garde d’un troupeau de frêles moutons, jour et nuit. Et voilà qu’ils prêtent attention à la Bonne nouvelle du Salut que l’ange présente comme un nouveau-né. Et ils font un détour, comme vous ce soir.

N’oublions pas la place de la troupe céleste innombrable qui loue Dieu en proclamant : Gloire à Dieu et paix aux hommes, paix aux hommes que Dieu aime ! Un milliard de chrétiens, tout au long de ces vingt-quatre heures, disent à Dieu : merci ! Merci de révéler ton amour pour nous, pour tout homme, toute femme, tout enfant au point de venir parmi nous et nous sauver.

Notre choix s’arrête-t-il là ? Ce serait déjà bien si Noël était pour chacun de nous vraiment la fête de la naissance de Jésus, le Messie Sauveur ; ce serait déjà bien si chacun vivait son histoire humaine dans l’accueil de Jésus venant le bousculer encore et, surtout, susciter en nos cœurs joie et reconnaissance pour l’Amour infini.

Il y a encore deux personnes dont nous n’osons pas prendre la place ou la comparer à la nôtre. La Vierge Marie et l’enfant. Qui de nous peut prétendre avoir la place de la Vierge Marie et, plus encore, celle de Jésus ? Personne !

Et pourtant, telle est l’espérance de Dieu par la grâce de l’Esprit Saint. Notre Eglise, avec ses défauts, malgré les péchés de ses membres, enfante chaque jour le Christ au monde. Telle est sa mission, comme ce soir, où elle l’enfante dans le mystère de sa Nativité.

Oui, ce soir encore, Jésus est bien présent dans notre assemblée ; Il l’est aussi par l’Evangile, proclamé et écouté, bien plus sûrement que dans toutes les crèches du monde ; Il sera présent sur l’autel, dans son corps et son sang, déjà offert, déjà ressuscité pour qu’une vie nouvelle naisse à Saint-Etienne, dans votre cœur de croyants et, cela, pour le salut du monde.

L’Eglise est tout à la fois, la Mère qui enfante et l’enfant donné au monde pour son Salut. Ne craignez pas d’aimer être l’Eglise, ne craignez pas de la faire vivre de toutes les manières possibles en imitant la Vierge Marie, à commencer par la prière et l’humilité ; Ne craignez pas de devenir le Corps du Christ en méditant sa Parole et en vivant de l’Eucharistie.

Au cœur du monde –dont il n’est pas la peine que j’évoque ce soir ses errements- soyez la joie de Dieu en lui promettant d’oser répondre à son appel pour que son amour soit votre joie et la joie de vos proches. Il y a de la place pour l’amour dans notre salle commune qu’est notre société !

Mgr Dominique Lebrun + évêque de Saint-Etienne





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 29.12.2011 10:20