Accueil > Actualités > Reportages et photos
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet Guy-Armel : baptisé de Pâques

Dans la nuit de samedi à dimanche 8 avril 2012, lors de la veillée de Pâques, 40 jeunes et adultes ont été baptisés dans la Loire dont huit à la cathédrale Saint Charles. En France, ils étaient 3000 adultes entre 18 et 35 ans. Guy-Armel Koumba nous livre son témoignage de catéchumène.

Témoignage d’un catéchumène

Guy-Armel, 38 ans est originaire du Gabon. Marié à Sandra, il est le papa de Guy Giovany.

« Quand j’étais jeune, j’étais major de fanfare. Pourtant, j’étais loin d’être la trompette du Christ, dont j’entendais parler au sein de ma famille. Aujourd’hui, j’ai laissé de côté mes instruments mais j’ai choisi de suivre Jésus.

« C’est mon heure, il faut que je suive le chemin du Christ. » Ces mots-là, je les ai dits à ma sœur, au téléphone, il y a trois ans et demi. C’est elle qui avait motivé ma rencontre avec Jésus. Quelque temps auparavant, habitant ensemble, nous passions de longues heures, le soir, à discuter de lui. Elle m’avait fait rencontrer ses amis.

« Je contacte la paroisse », m’a répondu ma sœur. J’ai rencontré le curé, puis trois personnes qui m’ont accompagné vers le baptême : sœur Marie-Thérèse, Reine-Lise et André. Le courant est passé. J’étais à l’aise. Cela a permis de confirmer l’appel que je ressentais en moi. Je savais que cette route était bonne pour moi. Jamais je n’ai eu des moments de doute. C’était mon truc, ce que je voulais faire. L’entrée en Église [1] fut un moment émouvant. Beaucoup d’amis sont venus. Simplement pour m’entourer. Certains ne sont pas croyants. Je ne sais pas ce qui s’est passé en eux. Peut-être qu’un jour ils se laisseront prendre comme moi ! Le jour du baptême, j’ai réuni mes accompagnateurs, mes parents, mes amis, ma sœur et mon beau-frère que j’avais choisis comme parrain et marraine. Nous avons fait la fête !

Depuis ce jour-là, je prends du recul sur certaines choses, comme sur mon côté rancunier ! J’essaie d’être proche des gens qui m’entourent. Je prie davantage, deux à trois fois par semaine. Je vais à la messe le dimanche. Ma foi se nourrit ainsi, et grandit encore grâce aux échanges avec les autres. Je reste très sensible aux situations injustes. C’est peut-être cela qui a fait que mon cœur s’est ouvert à Jésus. N’a-t-il pas dit : « Je suis la vérité » ?

Son parrain et sa marraine

Au Gabon, il n’est pas courant que parrain et marraine soient choisis dans la fratrie. On considère que chacun a déjà sa place et qu’il faut élargir la famille en choisissant une personne autre. En accompagnant Guy, nous avons découvert comment le Christ peut agir dans la famille, en se servant du lien naturel, comme pour le mystère de l’incarnation. Désormais, les questions qui se posent en famille, on peut y répondre en « osant rechercher la volonté de Dieu ».

Père jean-Marie Guillemot, curé de la paroisse Saint-Roch

Le cheminement de Guy est le signe que l’Esprit de Dieu travaille aujourd’hui pour conduire chacun vers la foi. On s’émerveille aussi de la fraîcheur de Guy qui a découvert le Christ. les personnes qui préparent le baptême nous enrichissent, car elles nous simplifient dans notre approche de la vie chrétienne. Cela renouvelle notre manière de découvrir Jésus.

Reine-Lise, son accompagnatrice

L’accompagnement des personnes qui préparent le baptême n’allait pas de soi au début pour moi. C’est venu avec le temps. J’ai découvert que j’aimais parler de Dieu, de la foi. On a aussi une responsabilité, puisqu’on est à la fois témoin et accompagnateur. Il y a quelque chose qu’on fait découvrir. On ne peut pas être dans l’à-peu-près. C’est enrichissant car cela nous réinterroge sur notre foi. On la redécouvre et on l’approfondit.

Propos recueillis par Anne Mazet pour le journal diocésain Connexion 42 de mars 2012

3000 Baptêmes d’adultes à Pâques

En France, près de 3 000 adultes (2 958) reçoivent le baptême, ainsi que les deux autres « sacrements de l’initiation » chrétienne, l’Eucharistie et la Confirmation, au cours des fêtes pascales des 7 et 8 avril 2012. La conférence des évêques de France analyse ce qui pousse les adultes aujourd’hui à demander le baptême..

Qui sont ces femmes et ces hommes qui frappent aujourd’hui à la porte de l’Eglise ?

Majoritairement des jeunes âgés de 18 à 35 ans (les deux-tiers), ayant côtoyé le christianisme dans leur enfance et adolescence (moins de la moitié), exerçant des professions d’employés de service, de techniciens ou d’ouvrier. Par rapport à l’an dernier, il faut noter une progression importante de la tranche d’âge des 18-20 ans (+35%) et, sur le plan professionnel, des cadres et travailleurs indépendants (+27%).

Les fêtes pascales permettront à ces adultes, ainsi qu’à d’autres baptisés dans leur enfance, de participer également à l’Eucharistie et de recevoir le sacrement de Confirmation.

Actuellement 10 728 personnes vivent une démarche catéchuménale sur plusieurs années : 6 229 catéchumènes et pré-catéchumènes et 4 499 baptisés demandent l’eucharistie et la confirmation.

Des catéchumènes accompagnés par les communautés chrétiennes.

Ces femmes et ces hommes, jeunes pour la plupart d’entre eux, sollicitent les communautés chrétiennes locales. Celles-ci, renouvelées par leur présence, ont conscience de leur nécessaire engagement. Accueillir, certes ! mais aussi permettre aux catéchumènes de trouver leur place au sein des paroisses. Une enquête en cours faite auprès des baptisés de l’an dernier révèle que les communautés sont conscientes de cet enjeu et diversifie les propositions pour une réelle incorporation.

Devenir chrétien n’est pas une bizarrerie pour notre époque.

Des femmes et des hommes font ce choix et disent qu’il est bon d’être initié à vivre en frères, par une communauté chrétienne. L’Eglise est heureuse de les accueillir) Source Zenith.org


[1] Première étape vers le baptême




Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 07.04.2012 15:34 - Mis à jour le : 12.04.2012 09:59