Accueil > Actualités > Reportages et photos > Dossier : les JMJ 2011 de Madrid
Que fête-t-on à l’Ascension ?

Don en ligne

galet Grégory Turpin , chanteur chrétien français, anime les JMJ

Grégory Turpin a chanté pour les jeunes vendredi 19 août 2011 à 16h30 sur la Plaza de Espana ! Il témoigne de son parcours qui l’a mené à la foi et à l’annonce de Dieu par la musique.

Je suis issu d’une famille qui était complètement indifférente à Dieu mais à 15 ans, j’ai eu le bonheur de découvrir la foi au cours d’une cérémonie pour l’accueil des reliques de Sainte Thérèse de passage dans mon diocèse en Ariège. J’étais déjà musicien et on m’avait demandé de participer à l’animation de la messe !

Après un long cheminement spirituel j’ai décidé à 18 ans d’entrer au Carmel de Montpellier en tant que novice. Cette année a sans doute été la plus belle et la plus heureuse de ma vie… Etre pleinement consacré à Dieu et témoin de son Amour était vraiment ce que je recherchais. Malheureusement, à 19 ans, j’ai été obligé de quitter le Carmel pour des raisons de santé. Ça a été un vrai traumatisme spirituel ! Je ne comprenais pas ! Je ne comprenais pas ce que Dieu voulait, pourquoi il me « rejetait » … et je me suis éloigné de l’Eglise.

J’ai alors commencé à faire de la musique pour gagner ma vie. Je me produisais sur scène à Toulouse et dans le monde de la nuit. Ça a très bien marché pour moi, j’ai eu tout de suite ce qu’un jeune chanteur peut désirer : la notoriété, le fric facile, les gros contrats proposés par des maisons de disque ! J’évoluais dans le milieu du showbiz et dans les soirées branchées, j’ai été entrainé dans l’excès et j’ai touché à la drogue... L’Amour que j’avais pour Dieu, et que dans mon aveuglement j’avais cru perdre, me laissait un vide immense. Impossible de le combler par toutes ces vanités bien sûr. J’ai donc commencé à sombrer dans une dépression qui m’a mené à plusieurs tentatives de suicide. Un tel sentiment d’abandon est une souffrance terrible ! Au cœur de cette détresse, je suis malgré tout resté fidèle au sacrement régulier de réconciliation.

Quand on quitte une communauté religieuse, c’est toujours très dur : pendant deux ans, j’ai tenté de me reconstruire, sans réels progrès. Et puis un jour, en boite, quelqu’un m’a proposé du LSD. J’ai alors compris, par une lucidité qui me venait sûrement d’en haut, que si je disais « oui », je ne pourrais plus jamais dire « non ». C’était un point de non-retour. Et là, j’ai décidé de tout quitter et de revenir à Dieu car je m’avouais enfin que lui seul pouvait me combler. Il fallait que ce soit un choix radical, plus jamais je ne toucherais à la musique et à ses tentations !

A partir de là, j’ai cumulé des petits boulots et j’ai décidé de me réengager dans l’Eglise en devenant responsable en pastorale auprès des jeunes. C’est là que j’ai compris que le Seigneur avait un plan pour moi que je n’avais pas réussi jusqu’alors à comprendre. Au Carmel, je voulais déjà être auprès des jeunes. Je n’avais pas discerné que le Seigneur me voulait dans l’action auprès d’eux.

A 24 ans, j’ai rencontré Sœur Laetitia, une religieuse au Verbe de Vie. Elle m’a demandé si j’aimais Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et si je composais. J’ai dû alors faire un choix, j’ai accepté de reprendre la musique. Désormais elle sera toujours pour moi un moyen au service du Seigneur. Avec Sœur Laetitia, nous avons fait un premier album et puis je suis parti en tournée avec elle à travers l’Europe. A partir de ce moment-là, j’ai combiné mon engagement auprès des jeunes avec l’expérience musicale. Avec les jeunes de mon diocèse nous avons monté une grande comédie musicale, par ailleurs j’ai continué à composer et j’ai produit deux albums en solo. Les concerts et le travail en pastoral rythment ma vie… J’ai retrouvé la paix grâce à cette joie d’annoncer l’Amour de Dieu pour tous les hommes.

C’est pourquoi je suis très heureux de chanter pour les JMJ. Comme nous y invite le thème de cette année, j’essaye d’enraciner ma musique dans le Christ afin de partager ma foi avec les jeunes du monde entier. Je suis venu avec la paroisse Saint Antoine des Quinze Vingts (Métro Bastille dans le 12ème). Cette paroisse a vraiment le charisme d’annoncer la foi par l’art. Notre groupe rassemble de nombreux artistes : le Père Benoit Strebler a été comédien à la Comédie Français. Il a d’ailleurs écrit et mis en scène une pièce de théâtre intitulée « Ictus » pour financer les JMJ : c’était d’une qualité incroyable, qui ne laissait pas l’impression d’un spectacle d’amateurs. Il y a aussi le groupe « Come and See » qui anime la messe tous les dimanches soirs. Enfin nous avons aussi Benoît dans notre groupe, il s’est lancé dans le rap chrétien.

Source site officiel des JMJ





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 20.08.2011 13:52 - Mis à jour le : 20.08.2011 13:53