Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Echos sur le béatification de Jean Paul II
Rejoindre le Monastère Invisible

Don en ligne

galet Dossier Jean-Paul II

La mort de Jean-Paul II a eu lieu au Vatican le 2 avril 2005 à 21 h 37 locale. Il est mort à 84 ans, après 26 ans et demi de pontificat. Suite à une lente agonie, plusieurs dizaines de milliers de fidèles s’étaient spontanément rassemblées devant les appartements papaux sur la place Saint-Pierre à Rome depuis la veille au soir. Les funérailles qui ont suivi se sont déroulées pendant six jours.

Messe de la miséricorde

JPEG - 29.8 ko
Image Wikimedia Commons- auteur Ricardo Stuckert/PR

Voulue par Jean-Paul II, cette messe de la divine miséricorde a été célébrée par le cardinal Angelo Sodano le dimanche 3 avril 2005 en milieu de matinée sur la place Saint-Pierre de Rome, où plus de 100 000 fidèles s’étaient réunis.

Un message posthume du pape a été lu à cette occasion : « À l’humanité, qui semble parfois égarée et dominée par le pouvoir du mal, de l’égoïsme et de la peur, le Seigneur ressuscité offre en don son amour, qui pardonne, réconcilie et rouvre l’âme à l’espoir. C’est l’amour qui convertit les cœurs et donne la paix. » Source Wikipédia

Jean Paul II et l’Église

Grand pèlerin d’une "nouvelle évangélisation", Jean-Paul II a poussé les catholiques à porter la Bonne Nouvelle, mobilisant anciens et nouveaux mouvements, mais aussi les jeunes, pour qui il a inventé les rendez-vous des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ).

Avec ce Pape, l’Église a poursuivi la mise en œuvre du concile Vatican II, par le développement de la réflexion collégiale (assemblées du synode des évêques), et mis en valeur la démarche de repentance (Jubilé de l’an 2000). Jean-Paul II a réaffirmé la doctrine à travers un nouveau catéchisme et quatorze encycliques. Il a poursuivi le dialogue œcuménique, la réconciliation avec les juifs et a réuni les leaders religieux pour la paix à Assise.

Dialogue interreligieux et dialogue oecuménique

Jean-Paul II a souligné, notamment dans son encyclique Redemptoris missio, que l’on peut très bien affirmer son identité tout en dialoguant et que l’on peut ensemble faire progresser l’humanité. En témoigne plusieurs initiatives qui ont marqué ce pontificat : les rencontres d’Assise en 1986 et 1993, la rencontre avec les jeunes musulmans à Rabat en 1985 ou sa venue à la synagogue de Rome en 1986. Dès son élection en 1978, il poursuit l’engagement œcuménique de l’Église catholique initié par ses prédécesseurs Jean XXIII et Paul VI.

Jean-Paul II et le dialogue international

JPEG - 18.4 ko
photo DR

Jean-Paul II a conçu et vécu son ministère pastoral à la mesure de l’Eglise universelle qui ne peut ni ne doit se replier sur elle-même. Ses voyages sur tous les continents et les synodes qui en suivirent furent autant d’occasions de réflexions et d’actions pour favoriser la paix et le dialogue entre les peuples.

" Le pape Jean-Paul II est devenu la voix la plus puissante d’espérance et de justice que nous ayons jamais entendue. Il a voyagé inlassablement pour apporter son message à chaque coin de la terre. Il a été l’ami des opprimés, des pauvres, des malades, de ceux qui ont faim. Il a été le champion de la dignité et de la centralité de tout être humain, membre égal de la famille humaine. A une période où la globalisation suscite de profonds sentiments qui vont de l’euphorie à la consternation, il nous a offert un concept alternatif : la globalisation de la solidarité. "
Discours de Kofi A. Annan aux Nations-Unies 18 mai 2000

Les initiatives de Jean-Paul II dans le monde

Jean-Paul II a multiplié les voyages dans le monde et rencontré ou reçu la plupart des chefs d’État. À travers lui, la voix de l’Église s’est fait entendre aux tribunes des organisations internationales, où il a milité pour la paix, défendu les droits de l’homme parmi lesquels la liberté religieuse a une place centrale, et aussi prôné une culture de la vie. Il a soutenu le mouvement populaire qui a entraîné la chute du régime communiste polonais et de ceux des autres pays d’Europe de l’Est. Il a œuvré pour développer la pensée sociale de l’Église, et défendu un humanisme chrétien bâti sur l’alliance de la foi et de la raison.

Les voyages de Jean-Paul II

À l’exception de quelques voyages de Paul VI, Jean-Paul II a été le premier pape à parcourir la plupart des pays de la planète, en plus des visites dans les diocèses italiens et les paroisses romaines. Se voulant autant l’héritier du pèlerin Paul que le successeur de Pierre, il en a fait l’un des traits majeurs de son apostolat. Ses visites ont permis de développer les relations entre Rome et les Églises locales et d’attirer l’attention sur des situations particulières. Au-delà même du cas polonais, l’impact de ces voyages a dépassé le simple cadre religieux. N’hésitant pas à interpeller les dirigeants politiques, il a exercé un incontestable charisme devant des foules imposantes et rendu familière au monde entier sa silhouette blanche.

L’attachement de Jean-Paul II à la France

Conscient de la place de la France dans l’histoire de l’Église, Jean-Paul II a exprimé dès le début de son pontificat son intérêt et son estime pour cette nation. Cet attachement s’est manifesté par ses nombreux voyages en France - avec en particulier deux pèlerinages à Lourdes -, mais aussi par le maintien de la présence française à Rome, par des canonisations et béatifications de Français et par l’élévation de Thérèse de L’Enfant Jésus à la dignité de docteur de l’Église. la France fut la destination de son tout dernier voyage.

Extrait du dossier spécial sur le site de la Conférence des Évêques de France

- La vie de Jean Paul II

- Jean-Paul II et l’Eglise

- Jean-Paul II dans le monde

- Les voyages de Jean-Paul II


Jean-Paul II, une foi inébranlable

Le 29 mars 2010, en la basilique St-Pierre, Benoît XVI a présidé une messe pour Jean-Paul II, mort le 2 avril 2005. Il a adressé un salut spécial au cardinal Stanislaw Dziwisz, archevêque de Cracovie et secrétaire de Jean-Paul II, ainsi qu’aux nombreux pèlerins venus de Pologne, terre natale de son prédécesseur.

JPEG - 11.2 ko
Visite Ad-Limina 2004 - Père Thierry Magnin et Jean-Paul II (photo Eglise à St Etienne)

Dans son homélie, le pape a commenté la parabole du prophète Isaïe sur le fidèle serviteur, dont la fidélité est inébranlable et qui déploie toute son énergie pour réaliser la tâche qui lui a été assignée. "Ce récit du prophète, a dit Benoît XVI, peut être appliqué au bien-aimé Jean-Paul II : le Seigneur l’a appelé à son service et, tout en lui confiant des tâches toujours plus grandes, il l’a accompagné de sa grâce et de son assistance continue. Tout au long de son pontificat, il n’a eu de cesse de proclamer le droit avec fermeté, sans faiblir ni vaciller, surtout lorsqu’il devait affronter la résistance, l’hostilité ou l’opposition. Il savait que le Seigneur le tenait par la main ce qui lui a permis d’exercer un ministère extrêmement fécond pour lequel, une fois encore, nous rendons grâce au Seigneur".

Benoît XVI a ensuite cité le passage évangélique dans lequel Marie de Béthanie, dans la maison de Lazare, lave les pieds du Christ et les oint de son parfum, en offrant ce qu’elle a de plus précieux dans un geste de profonde dévotion, tandis que l’arôme du parfum se répand dans la maison. "Le sens du geste de Marie, réponse à l’amour infini de Dieu, se diffuse parmi les convives. Chaque geste de charité et de vraie dévotion au Christ ne reste pas un acte personnel, ne concerne pas seulement le rapport entre l’individu et le Seigneur, mais concerne le corps tout entier de l’Eglise. Il est contagieux : il diffuse l’amour, la joie et la lumière".

JPEG - 11.1 ko
photo DR

"Toute la vie de Jean-Paul II, a poursuivi le pape, s’est déroulée sous le signe de cette charité, de la capacité de se donner de façon généreuse, sans réserve, sans mesure et sans calcul. Il était animé de l’amour du Christ à qui il avait consacré sa vie, un amour surabondant et inconditionnel. C’est précisément pour cela qu’il s’est toujours plus rapproché de Dieu par amour, qu’il a pu se faire compagnon de voyage pour l’homme d’aujourd’hui, répandant dans le monde le parfum de l’amour de Dieu. Celui qui a eu la joie de le connaître et de le fréquenter -a-t-il ajouté- a pu voir de près combien était vivante en lui la certitude de contempler la bonté du Seigneur sur la terre des vivants... certitude qui l’a accompagné au long de son existence et qui s’est manifestée, tout particulièrement, au cours de la dernière période de son pèlerinage sur cette terre. Son délabrement physique progressif, en fait, n’a jamais entamé sa foi solide, son espérance lumineuse et sa fervente charité. Il s’est laissé consumer par le Christ, par l’Eglise, par le monde entier. Jusqu’à la fin, il a vécu sa souffrance par amour et avec amour".

Benoît XVI s’est enfin adressé aux fidèles polonais : "La vie et l’œuvre de Jean-Paul II peuvent être, pour vous, un motif d’orgueil. Rappelez-vous toutefois qu’elles sont aussi un grand appel à être de fidèles témoins de la foi, de l’espérance et de l’amour, qu’il nous a sans cesse enseigné".

Source : VIS






Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 31.03.2010 11:41 - Mis à jour le : 14.06.2011 17:22