Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Retour sur le rassemblement Diaconia 2013 à Lourdes
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Diaconia 2013 : Témoignages des fraternités de Saint-Etienne

Que retiendra la délégation stéphanoise de ces trois jours intenses à Lourdes ? Les différents groupes se sont exprimés sur le chemin du retour. Tous reviennent avec une conviction : Diaconia 2013 ne s’arrête pas aux portes de la cité mariale.

Voici les différents témoignages des groupes réunis en Fraternité de 6/8 personnes :

Marqués par la prière : « Dans notre groupe, deux personnes venaient à Lourdes pour la première fois. Elles ont été marquées par la foi de tous ces gens qui viennent dans ce grand centre de pèlerinage. Nous avons aimé le partage en groupe de la Parole de Dieu. Nous avons aussi été marqués par la célébration d’ouverture, notamment par les témoignages émouvants de personnes en fragilité comme celui de Marcelle qui s’exclamait : "Le père Joseph Wresinski me disait Regarde devant toi, ne baisse pas les yeux", ou celui des prisonniers. Les forums étaient intéressants et traitaient de nombreux sujets de société en lien avec la diaconie, comme celui des jeunes agriculteurs qui vivent des situations difficiles.
Nous repartons "regonflés" de Lourdes. C’est un tremplin pour aller plus loin et nous encourager à faire avancer les idées après ce que nous avons reçu.
Joie, paix et sérénité : Ce rassemblement nous a permis d’avoir des temps personnels et des temps en équipe. Merci à l’équipe nationale de pilotage et celle de Saint-Etienne. Nous avons été touchés par les rencontres diverses : personnes en souffrance physique, personnes âgées... L’ambiance de la foi nous a aussi émus. Nous avons assisté au sacrement du pardon et au lavement des pieds lors de la nuit des veilleurs dans la foi ; à la procession mariale malgré la pluie. Ce furent de grands moments de fraternité où fête, prière, échanges ont alterné. Les forums ont permis de nous enrichir de quelques idées. Nous avons maintenant la responsabilité de transmettre ce que nous avons vécu, au sein de notre paroisse, en famille, au travail. »
De beaux moments en groupe : « Nous avons vécu une réelle fraternité dans notre groupe ; des liens très vifs se sont tissés, une certaine amitié, un commencement de Diaconia 2013. J’ai été bouleversée par les fragilités d’une personne de ma Fraternité que je connaissais pourtant depuis longtemps, mais dont j’ignorais les fragilités. Alors faites attention autour de vous, essayez de mieux les regarder, de mieux les écouter.
La soirée festive était mémorable, et je retiendrai ce refrain Resucito Aeluya, chanté comme un leitmotiv. Sans oublier la nuit des veilleurs dans la foi à l’église Sainte Bernadette où on nous a proposé le lavement des pieds. Nous avons tous vécu ce moment très profondément »
.
Convivialité, simplicité, joie d’être ensemble : « Nous avons fait un bout de chemin ensemble par le partage de la Parole de Dieu, les forums, la visite du sanctuaire (malgré la pluie), les rencontres. Nous avons réellement ressenti cette diversité, tous différents mais unis. Nous faisions vraiment la diaconie.
Nous nous sommes rendu compte des fragilités et des richesses des autres, même de ceux que nous connaissions bien. A nous de faire attention à l’écoute, au regard, à ne pas blesser la dignité des gens car ce n’est pas facile pour ceux qui doivent aller au Resto du coeur. Il faut vraiment regarder les gens autrement, prendre conscience de nos superflus, ouvrir nos coeurs. Peut-être pour cela, faudrait-il relire la doctrine sociale de l’Eglise, pratiquer plus l’épargne solidaire...Il faut maintenant digérer tout ce que nous avons vu et entendu ! »
Rendre grâce de cette fraternité : « Ce qui nous a impressionnés ? les paroles des prisonniers et des femmes en situation de fragilité comme celui de Marcelle, qui a pris sur elle pour parler devant 12000 personnes et avouer son illettrisme. Nous avons pris conscience de la diversité des difficultés qui entrainent beaucoup d’entraides. Tout est à l’image de Dieu. Il faut sortir de chez soi pour aller vers l’autre, prendre des risques. Chaque membre de la communauté chrétienne peut faire quelque chose. Diaconia 2013 à Lourdes est peut-être terminé, mais ce ne n’est pas fini. C’est une grâce que nous devons faire fructifier pour donner du fruits. Notre fraternité a pensé faire un repas le jour de la Sainte Bernadette pour se retrouver ensemble. »
Dans le respect de chacun : « Nous avons entendu, au sein de notre vie en fraternité, le désir de rompre la solitude, de confier ses peurs, le besoin de trouver la paix. Notre fraternité a eu du mal à relire ce qui a été vécu par les uns et les autres. Les personnes qui étaient peut être en recherche ont été nourries. Nous avons vécu ce rassemblement simplement, dans le respect de chacun. Le message que nous voulons dire : N’ayez pas peur de tendre la main aux pauvres, d’aller vers l’inconnu. Ne parlons pas à la place des exclus, mais parlons avec eux. »
Plus qu’un temps de grâce : « Après ces deux années de préparation, nous avons eu la chance de vivre quelque chose de formidable au milieu de 12000 personnes, accompagnés par Dieu, la Vierge, Sainte Bernadette :"Je suis au milieu de vous comme celui qui sert" (phrase-clé du premier jour du rassemblement).
J’ai apprécié la symbolique des mots écrits sur les briques : regard, fraternité, réciprocité, fragilité.... et apportés en procession lors de la célébration d’envoi.
"Elle m’a regardé comme une personne" a dit Sainte Bernadette. Nous avons entendu cette phrase revenir souvent au cours de ces trois jours lors des différents témoignages.
Et quelle joie lors de cette veillée festive suivie de la nuit des veilleurs dans la foi où j’ai pu donner le sacrement du pardon. Je repars avec plusieurs idées, puisées lors de ces rencontres, à mettre en place en paroisse ».

Frédérique Défrade


Témoignage de Jean-Noël Charrat (diacre)

Le 8 mai, dans le car nous avons commencé à nous préparer à ce grand rassemblement par un temps de prière et nous avons ensuite formé des groupes de fraternité (7 à 8 personnes avec un responsable par groupe).
Le matin de l’Ascension, accueil dans la basilique St Pie X qui va nous servir de lieu de rassemblement : c’est le lancement où les livres des merveilles et des fragilités de chaque diocèse ont été montés en procession. Cela a été pour nous un moment fort car nous avons eu les témoignages de personnes en situation de précarité : quelques phrases fortes : "Personne n’est trop pauvre pour n’avoir rien à dire où à partager !" - " Ouvrez vos églises, Dieu ne vous appartient pas !" - " Gardez la tête haute, ne marchez pas en regardant vos pieds". - " La fraternité n’est pas une option mais une nécessité pour l’Eglise .
Cette célébration d’ouverture était entrecoupée de gestes symboliques : lavement des pieds, massages de décontraction et de chants animés par Steeve Gernez.

Deux phrases d’Evangile ont guidé notre méditation durant ces deux jours : « Je suis au milieu de vous comme Celui qui sert » (Luc 22-27) - « La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle » (Ps 118).

L’après-midi nous sommes allés à la rencontre de personnes. Pour ma part je suis allé entendre et rencontrer Frère Aloïs prieur de Taizé et j’ai pu m’entretenir avec lui.

À 17 heures, messe de l’Ascension, le soir procession aux flambeaux sous la pluie …

Le 10 mai en matinée nous avions le choix entre plus de 80 forums ; j’ai choisi « les fragilités dans le monde rural » à la cité St Pierre. Ce sont des membres du M.R.J.C. qui animaient ce forum. J’ai eu l’occasion de témoigner sur le canton de Bourg !

L’après midi nous sommes allés à la rencontre de témoins, le plus marquant : une Syrienne qui nous a dit ce qu’elle avait vécu en Syrie avant de fuir .

Le soir, grande veillée à la basilique une ambiance très festive entrecoupée de prières et de chants. Ensuite nous étions invités à la nuit des veilleurs : prière, messe à la grotte, adoration du St sacrement .

Le 11 Mai à 9 heures à St Pie X, recueil et résumé de tout ce qui a été vécu avec la phrase du jour : « Va trouver mes frères  » (Jn 20,7) .

A 10 h 30, messe d’action de grâce présidée par le cardinal André Vingt-trois archevêque de Paris qui dans son homélie nous a dit : « Allez dans vos paroisses mettre en oeuvre ce que vous avez vécu et élargissez vos actions en dehors de l’Eglise ! Ce rassemblement doit être pour vous un tremplin  ».

Au voyage de retour dans le car, notre évêque et tous les responsables de fraternités ont donné le témoignage de ce qu’ils avaient vécu, un moment de partage très intense...

En conclusion je dirais que c’est le rassemblement qui m’a le plus marqué avec les JMJ de Paris 1997 et la canonisation de Marcellin Champagnat à Rome en 1999.

Jean-Noël Charrat - Saint-Régis d’Argental
(extrait du bulletin paroissial Saint-Régis d’Argental N°119)





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 13.05.2013 11:03 - Mis à jour le : 30.05.2013 09:46