Accueil > Le diocèse > Carnet officiel : les prêtres et diacres qui ont rejoint le Père
Rejoindre le Monastère Invisible

Don en ligne

galet Décès du père Charles Fond

Survenu le 23 février 2016 dans sa 86ème année. Retrouvez un interview du père Charles Fond proposé en juillet 2014 sur le bulletin de la paroisse saint Timothée info, et un interview donné sur RCF au micro de Claudette Debray.

Interview du père Charles Fond au micro de RCF

Actualité des Eglises RCF

Interview du père Charles Fond

Bulletin Timothée Info de Juillet-Août 2014

T.I. Père, quand avez-vous ressenti l’appel à devenir prêtre ?

C.F. Sixième d’une famille d’agriculteurs, j’étais passionné par le métier de paysan. Malgré tout, à l’adolescence, je me demandais ce que je ferai plus tard. Élevé dans la foi catholique, je priais souvent Dieu de m’éclairer, jusqu’au jour où un mot a traversé mon coeur et ma tête : prêtre ! Pendant le temps qui a suivi, j’ai résisté et essayé de dire au Seigneur qu’il faisait erreur, mais, en réalité, ma décision était prise. Avec une certaine appréhension, je l’ai annoncé à mes parents ; ma mère m’a dit : ’’on y arrivera’’ et mon père : ’’ce sera dur’’ (*), il pensait en particulier, je crois, à la formation que j’allais devoir suivre.

T.I. Quel a été votre parcours ?

C.F. Mon parcours a commencé comme vicaire à la Talaudière, où j’ai découvert l’action catholique par la J.O.C., mais un accident de moto est venu interrompre ce ministère. Nommé aumônier diocésain de la J.A.C., je résidais à Montbrison où de lourdes charges sont venues s’ajouter, à tel point que, victime d’une grande fatigue, j’ai dû m’arrêter une nouvelle fois. Je disais que je n’avais plus le temps de me donner à ’’fond’’ ! Après ma convalescence, j’ai accepté d’aller dans le nouveau quartier de la Palle, où une cabane en bois servait de chapelle et d’habitation ! Puis ce fut Bourg-Argental, en monde rural cette fois, et là, un nouveau pépin de santé m’a stoppé. J’ai ensuite été nommé à la communication pour faire le journal ’’Chrétiens en marche’’ et je me suis mis à travailler pour la radio, qui est devenue une passion. En meilleure santé, j’ai été nommé aumônier diocésain, régional, puis national de l’A.C.G.F. Après avoir quitté cette charge et avant de rejoindre Saint-Timothée, je suis devenu curé de la nouvelle paroisse de Saint-Roch des Montagnes (Noirétable et ses environs).

T.I. Dans ce parcours riche et varié, quelles ont été vos joies, vos difficultés ?

C.F. La première des joies a été celle de donner une réponse positive à l’appel reçu, même si ne pas devenir agriculteur a été un renoncement. Paradoxalement, j’ai découvert avec joie d’autres sensibilités que celles de la campagne. J’ai éprouvé aussi beaucoup de bonheur à voir grandir des jeunes dans la foi. La joie vient de l’amour que l’on a les uns pour les autres : l’amitié des rencontres, le partage de moments difficiles.
C’est quand même dans le monde rural que je suis le plus à l’aise. Les difficultés sont venues de mes problèmes de santé. Mais les souffrances physiques m’ont fait grandir : elles m’ont permis de communier avec toutes les situations.

T.I. A la lecture de votre ouvrage ( [1]), on se rend compte que vous avez tissé, tout au long de vos ministères, de nombreuses et solides amitiés, vous avez une grande famille et vous êtes un homme de radio. Pourtant vous dites aimer la solitude, n’y a-t-il pas une contradiction ?

C.F. Il y a un temps pour tout : pour donner et pour recevoir, mais il faut savoir garder de son temps pour une réflexion personnelle. Je dois dire aussi que j’aime l’écriture, en particulier la poésie : c’est une forme de solitude. Malgré tout, je reste marqué par l’action catholique : découvrir le Christ à partir de la vie et le faire vivre ; les relations sont donc, pour moi, essentielles. J’aime bien raconter des blagues ou faire des calembours (il est vrai que mon nom de famille s’y prête), car je trouve justement que cela facilite la relation.

T.I. Comment avez-vous traversé les évolutions de l’Église, notamment Vatican II ?

C.F. J’ai été formé dans un cadre de religion et Vatican II m’a rappelé qu’être prêtre c’est être au service de l’Evangile et non de la religion. Les richesses du concile sont loin d’être épuisées. On a ’’commencé’’, entre autres, par la réforme liturgique, mais revenir à la mission du baptisé et redonner leur place aux laïcs, cela me semble essentiel ; pour cela, je crois qu’il reste beaucoup à faire et, en particulier, à clarifier la mission du laïc dans la pastorale.

T.I. Y-a-t-il une personnalité, contemporaine ou non, qui vous a marqué ?

C.F. Sans hésitation : Monseigneur Maziers. Il venait du même milieu que moi, me connaissait bien et une grande confiance existait entre nous. Par ailleurs, sans les nommer, des laïcs, en particulier confrontés à des épreuves, m’ont aussi beaucoup marqué et m’ont fait découvrir ma mission.

T.I. Si un jeune venait vous dire ’’je veux être prêtre’’ lui diriez-vous : ’’On y arrivera’’ mais ’’ce sera dur’’ (*) ?

C.F. Cela ferait partie des choses que je lui dirai ou quelque chose comme ça, en soulignant que, dans cette expression, le ’’on’’ sous-entend tout son entourage.

T.I. Au soir de votre vie de prêtre, que ressentez-vous ?

C.F. Beaucoup de joie. Aujourd’hui, j’ai un ministère de relations, mais j’anime encore quatre équipes, M.C.R., A.C.F., Foi et Lumière, La spiritualité de Saint François de Sales. Je me sens libre et je suis très bien, malgré des souffrances physiques.

Le Père François Reynard, administrateur diocésain les diacres, les prêtres du diocèse de Saint-Etienne et les paroisses qu’il a desservies vous font part du décès de

M. l’abbé Charles Fond, prêtre du diocèse de Saint-Etienne

survenu le 23 février 2016 dans sa 86ème année.

Une veillée de prière a lieu le vendredi 26 février à 18h30 à l’église de Chamboeuf.

Ses funérailles seront célébrées le samedi 27 février à 10h à l’église de La Grand-Croix.

« Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » Lc 24,32


[1] ’’On y arrivera … ce sera dur ! ’’, dans lequel il raconte avec simplicité et humour sa vie de prêtre et nous invite à la vie, la joie, la réflexion.




Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 01.03.2016 09:01 - Mis à jour le : 01.03.2016 10:57