Accueil > Le diocèse > Carnet officiel : les prêtres et diacres qui ont rejoint le Père
Rejoindre le Monastère Invisible

Don en ligne

galet Décès du Père Robert Bouvaist

Le père Robert Bouvaist est décédé lundi 26 mars 2012 à l’Hôpital Nord dans sa 90ème année.
Ses funérailles seront célébrées à 14 h 30 le vendredi 30 mars 2012 à l’église St Jean Baptiste de Montaud à Saint-Etienne.

Paroisse Notre-Dame de la Joie (église Saint-Jean-Baptiste de Montaud)
Vendredi 30 mars 2012

Rm 8, 31-39 ; ps 115
Mt 11, 25-30

Homélie

C’est le temps de la passion, le temps liturgique de la passion, les deux dernières semaines du carême. Ce temps a commencé lorsque le Père Robert Bouvaist entrait dans les derniers moments de sa vie. Il était conscient et déjà abandonné entre les mains de son Sauveur, celui qu’il a servi comme prêtre pendant plus de 60 ans.

Tout m’a été confié par mon Père (Mt 11, 27), dit Jésus. Impressionnante responsabilité du Fils qui ne s’explique que par l’amour. Le prêtre peut légitimement être écrasé par son ministère, car tout lui est confié, lorsqu’il se saisit d’un peu de pain, d’un peu de vin et qu’il prononce les paroles de Jésus : Ceci est mon corps, ceci est mon sang. Seul l’amour peut le tenir.

Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ (Rm 8, 35) ? L’interrogation de Saint Paul peut nous atteindre dans ces deux sens : qui peut se séparer de l’amour du Christ ? Le Christ peut-il cesser de nous aimer ? Le fondement de la fidélité est le don sans repentance du Christ, son corps livré, et la réponse du Père, une fois pour toutes : Qui plus est : il est ressuscité, il est à la droite de Dieu et il intercède pour nous (Rm 8, 34).

Je ne dis pas cela parce que, comme nous le savons tous, le Père Robert Bouvaist était traversé par de fortes inquiétudes voire de l’angoisse. Je le dis comme un acte de foi en cette parole que Jésus a lui-même prononcé : Tout m’a été confié par mon Père, et en son invitation à recevoir ce « tout »qui a été caché aux sages et aux savants mais révélé aux tout-petits (Mt 11, 25).

Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Qui sont ces « tout-petits » ? Quelques versets plus hauts, nous avons une réponse : Quiconque, dit Jésus en parlant aux douze apôtres, donnera à boire à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, en vérité, je vous le déclare, il ne perdra pas sa récompense (Mt 10, 42).

Les « tout-petits » sont les apôtres qui demeurent des disciples. Frères prêtres, cela s’adresse particulièrement à nous. Même si nous avons reçu la charge d’élever la coupe du salut (ps. 115), nous restons des disciples du Maître. Plus nous grandissons dans l’amour de Dieu, plus nous devenons des tout-petits, comme sainte Thérèse, bien-aimée de Robert Bouvaist, en a témoigné.

Le Père Robert Bouvaist a témoigné à sa manière de cet amour indestructible malgré sa santé fragile ou à cause de sa santé. J’ai été personnellement frappé par la qualité de ses attentions, sa délicatesse et son souci des autres. Les cartes que j’ai reçues en témoignent. Je me souviens de celle qu’il m’avait écrite au décès de mon assistante qu’il ne connaissait pas.

Robert Bouvaist En fait, l’Eglise est la « toute-petite » à qui est confiée la révélation de l’amour du Père. Le Père Robert Bouvaist aimait l’Eglise. Il aimait l’Eglise particulière qui l’avait adopté et qu’il avait adoptée, ne manquant aucun rendez-vous sacerdotal, retraite, journée du presbyterium ou de formation permanente. Il se tenait au courant de ses évolutions et de ses recherches mais savait me rappeler à l’essentiel : le soin des personnes. Il aimait les résidents dont il partageait la vie et pour qui il était prêtre dans la simplicité. Il m’en parlait avec une grande affection et une grande attention sacerdotale.

L’Eglise ne peut continuer sa mission qu’en priant, comme Jésus. L’évangile que nous venons de lire est une prière : Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange (Mt 11, 25) ! Je rends grâce pour la fidèle prière du Père Robert Bouvaist, en particulier celle du chapelet ; je rends grâce pour sa fidélité à préparer la prière de la communauté, pour sa fidélité à la guider.

La prière de Jésus commence par s’adresser au Père puis se prolonge en s’adressant à ses proches : devenez mes disciples (Mt 11, 29). C’est l’appel de Jésus qui résonne particulièrement en ce temps de la passion : prenez sur vous mon joug (11, 29) ! Mystérieuse union de Jésus, dans la souffrance et dans la mort, à tout homme ! Mystérieux désir de Jésus que nous nous laissions aimés jusque là ! Mystérieuse passion que nous célébrons ces jours-ci !

Le Père Robert Bouvaist est entré dans sa Pâque définitive ; qu’il intercède auprès du Père pour que nous vivions Pâques avec plus d’intensité et la conscience que se prépare ainsi notre Pâque définitive et celle de toute l’humanité.

+ DOMINIQUE LEBRUN





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 27.03.2012 21:41 - Mis à jour le : 09.02.2017 14:39