Accueil > Le diocèse > Carnet officiel : les prêtres et diacres qui ont rejoint le Père
Rejoindre le Monastère Invisible

Don en ligne

galet Décès du Père Jules Pichon

Célébration des obsèques du Père JULES PICHON à Saint-Romain-les-Atheux le 22 septembre 2011.

Homélie de Mgr Dominique Lebrun

1 Th 4, 13-14.17d-18

Ps 26 – Lc 12, 35-38.40

Retenez ce que je viens de dire, et réconfortez-vous les uns les autres (1 Th 4, 18).

Le Père JULES PICHON ne ménageait pas sa peine pour réconforter, pour inviter à nous réconforter les uns les autres. Oserais-je dire qu’il ne ménageait pas non plus son estomac, peut-être pour le plaisir de la table mais surtout pour le plaisir d’être à table avec d’autres.

Je me souviens de ces 60 ans où, entre deux plats, il tenait à me dire ce qu’il avait à dire. Oui, je crois que le PERE JULES a continué de parler comme St Paul, à temps et à contretemps : Retenez ce que je viens de dire, et réconfortez-vous les uns les autres.

Avec le Père FRANÇOIS REYNARD, nous nous sommes retrouvés au chevet du PERE JULES alors que j’avais l’intention de lui donner l’onction des malades. Bien qu’il ne fût plus apparemment capable de communication, je n’ai pas de doute : il l’a reçu dans la foi. La foi, sa transmission, était la passion de Tonton Jules.

La foi est aujourd’hui une grande interrogation. Personne d’entre nous ne peut faire le malin et des questions nous gagnent, parfois au soir de notre vie. Est-ce possible ? Tout cela est-il vrai ? Ces questions se font parfois plus pressantes devant la mort. N’était-ce pas le cas aussi des Thessaloniciens ? Sinon, Paul aurait-il pris soin d’écrire et d’affirmer avec force : Nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis … Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité. De même, nous le croyons, ceux qui se sont endormis, Dieu, à cause de Jésus, les emmènera avec son Fils. Ainsi, nous serons toujours avec le Seigneur (13-14).

Dieu, d’une manière mystérieuse, met devant notre route des hommes dont la foi semble comme un roc … comme il met sur la route de ces derniers des personnes au doute presque constant. La foi est vraie quand elle va de l’un à l’autre. Elle est vraie quand elle voyage des uns aux autres, quand elle met en route l’un vers l’autre. Elle est vraie quand elle devient la foi de la communauté. C’est cela que Paul dit : réconfortez-vous les uns les autres.

C’est pourquoi la foi ne nous installe pas dans un confort qui est impossible sur cette terre : Restez en tenue de service et gardez vos lampes allumées (Lc 12, 35), dit Jésus à ses disciples. Avec le Père Jules, on peut penser à la tenue de service des gendarmes, à sa disponibilité pour aller visiter les malades ou bien à celle d’aller dans les autres villages du plateau quand le diocèse le lui demanda. Et, plus globalement encore, on peut penser à son service de prêtre qu’il était pour lui impensable d’arrêter.

Les paroles de Jésus ont une résonnance encore plus forte quand on sait que le texte original décrit la tenue de service : les reins entourés par la ceinture et tenant les lampes allumées. Jésus est en train de dire à ses disciples qu’ils sont sur cette terre comme les pèlerins de la terre promise à leur sortie d’Egypte. Le soir du Jeudi Saint –où Jésus institua le sacerdoce- nous lisons ce texte de l’Exode : Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main (Ex 12, 11).

A ses amis, Jésus dit ce qu’il est lui-même venu faire : nous remettre en route, nous rappeler le terme de notre chemin : la rencontre du Seigneur dans notre petite pâque qu’est notre mort. Et il offrira sa Pâque, par amour, pour que nos pâques s’achèvent dans la résurrection.

Vous aussi, tenez-vous prêts ( Lc 12, 40). Etre prêt à partir met à sa juste place chacune de nos journées, chacune de nos vies, non pas pour les mépriser mais pour leur donner tout leur poids de préparation à notre vie d’amour éternel. Retenez ce que je viens de dire et réconfortez-vous les uns les autres.

Que chacun d’entre nous ait la joie de retenir une parole que Jules a si souvent proclamé en célébrant des obsèques. Et qu’il s’engage à devenir un peu mieux source de réconfort pour l’autre, c’est-à-dire, si Dieu vous en fait la grâce, témoin de la foi en Jésus ressuscité, foi que Jules vous a partagé par amour.

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

DOMINIQUE LEBRUN
Evêque de SAINT-ETIENNE.

PDF - 293.2 ko





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 22.09.2011 16:01 - Mis à jour le : 13.10.2014 15:41