Accueil > Actualités > Toutes les actualités
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Débats et questionnements autour de la bioéthique avec le père Thierry Magnin

Un article de la Conférence des Évêques de France

En février dernier, le père Thierry Magnin, vicaire général du diocèse de Saint-Etienne, docteur en théologie et en physique des matériaux, présentait le DVD "La vie en question, la bioéthique au regard de l’Evangile". Il a participé depuis à une cinquantaine de réunions organisées dans les diocèses sur la bioéthique alliant projection du film et débats. Il partage les questionnements et les réactions des participants.

Présenté en février dernier, à l’occasion de la sortie du livre Bioéthique "Propos pour un dialogue", et du lancement du blog www.bioéthique.catholique.fr, le documentaire "La vie en question, la bioéthique au regard de l’Évangile" est rapidement devenu ces derniers mois un média mobilisateur sur la réflexion menée par l’Église catholique dans le cadre des États Généraux de la bioéthique.

Diffusé depuis le 1er mars à 3000 exemplaires en DVD et disponible en streaming sur la chaîne de télévision KTO, la vocation de ce documentaire est aussi de servir de support aux soirées de réflexion organisées par les diocèses et mouvement de l’Église catholique autour de la bioéthique.

Son réalisateur, le père Thierry Magnin, a assisté à une cinquantaine de réunions et présenté systématiquement le livre des évêques, le film venant en complément : « C’est un média plus interactif qui permet de donner une information et d’ouvrir le débat ». Premier constat : « Pour les trois quarts des participants, les questions touchant la bioéthique sont très floues et cette information aide à positionner le débat en donnant quelques points clés sur ce que dit l’Église en matière de bioéthique ».

Le public est généralement très diversifié, réunissant des catholiques, des professionnels de la santé, des membres d’autres confessions ou des personnes athées. « Dans ce film, nous abordons une vision chrétienne du sens de l’homme pour la partager avec tous : beaucoup s’y retrouvent finalement sans forcément être chrétiens », explique le père Thierry Magnin.

Scientifiques non chrétiens interviewés ou participants ne partageant pas les convictions de l’Église... tous ont salué le travail réalisé à travers le documentaire qui leur a « permis de mieux comprendre l’intelligence du message de l’Église catholique sur ces questions ».

Des approches différentes, des préoccupations universelles

Au-delà de la diversité des réunions, le père Thierry Magnin a relevé certaines constantes et particularités marquantes : selon les tranches d’âge par exemple, les publics abordent la réflexion à partir de points de départ différents : « Les lycéens posent beaucoup de questions à travers la sexualité : pour eux, il n’y a généralement au départ pas de difficulté à séparer sexualité et procréation. On peut travailler avec eux sur la relation de couple et la place que prend la procréation dans cet amour, mais également sur la filiation et la généalogie. Les adultes s’interrogent plus sur la dignité de la personne humaine et l’extension de celle-ci à l’embryon. »

Autre constante : le grand intérêt porté à la prise en compte de la souffrance chez les couples stériles et chez les parents qui apprennent que le fœtus possède une anomalie. « Ce sujet suscite beaucoup de questions, explique le père Thierry Magnin. Comment la société prend-elle ou non en compte ces enfants handicapés et accompagne-t-elle ou non leur famille ? ». Le témoignage de membres d’associations de familles d’enfants handicapés est ainsi précieux. Se greffe aussi à ce débat la difficulté de l’adoption d’enfants handicapés alors que « des familles sont prêtes à les accueillir ». Il existe ainsi des voies alternatives aux Interruptions Médicales de Grossesse (IMG). Dans le même esprit, le diagnostic préimplantatoire (DPI) suscite aussi souvent le débat : « Reçoit-on la vie comme un don ou veut-on absolument un enfant parfait ? »

Des interrogations sur la société et son évolution sont revenues

constamment tout en prenant des formes différentes selon les publics : lors de séances organisées dans des universités, les participants abordaient davantage le débat en partant de considérations théoriques. A l’inverse, lors des réunions dans des structures moins académiques, les questions portaient sur des situations vécues. « Il y a alors beaucoup plus d’émotion, explique le père Thierry Magnin, ces soirées sont une véritable expérience pastorale dont on ne sort jamais indemne. » Ainsi les animateurs de ces soirées - médecins, juristes et ou philosophes- doivent adapter en permanence leurs réponses en fonction du registre sur lequel les questions théoriques et les dilemmes des participants étaient exposés.

Au final, ces réunions ont eu en commun de donner envie aux participants de creuser le sujet : ils repartaient souvent pour cela avec le livre « Bioéthique : propos pour un dialogue ».

Une pédagogie à poursuivre au politique En ricochet de ce tour des diocèses, le Père Thierry Magnin a également participé à des émissions de radio ou de télévision, ainsi qu’à une projection en direction de députés. De cette dernière rencontre, il en retient le dilemme de certains : « Nombreux sont-ils à se dire obligés, en tant que législateurs, d’œuvrer pour le plus grand nombre, pour le bien de la société tout entière. Ils pensent donc devoir laisser de côté leurs convictions personnelles et existentielles (catholiques notamment). C’est une dichotomie bien singulière qu’ils opèrent là ». Le Père Thierry Magnin fait donc part de la nécessité de faire œuvre de pédagogie pour aider les parlementaires catholiques notamment devant ce dilemme.

- Lire l’intégralité de l’article sur le site de la conférence des Évêques de France





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 26.07.2009 22:51 - Mis à jour le : 04.05.2010 13:08