Accueil > Actualités > Toutes les actualités
Fête de l’éveil à la foi

Don en ligne

galet Concours NOËL 2014 : VOTEZ pour la plus belle lettre à l’enfant Jésus

Voici les lettres que le service communication a commencé à recevoir. Aux internautes de voter pour la plus belle lettre en cochant le numéro dans le formulaire ci-dessous.

VOTEZ POUR LA PLUS BELLE LETTRE ICI

LETTRE 1

Jésus,

Toi l’enfant de la crèche, tu ouvres tes grands yeux sur le visage attendri de ta maman. C’est la vie qui scintille dans ton regard. En te contemplant, la douceur envahit mon cœur. Ô mon grand Dieu, si petit !

Toi, l’enfant de la crèche, tu es descendu du Ciel pour venir habiter chez nous. Tu as voulu te faire si petit, que personne n’est plus petit que toi. Les bergers chantent leur joie, ô mon grand Dieu si beau !

Toi, l’enfant de la crèche, tu as grandi et devenu adulte, tu as parcouru villes et villages pour que chacun entende cette bonne nouvelle : Dieu sauve, le Royaume est là, au milieu de vous ! Ô mon grand Dieu, si bon !

Toi, l’enfant de la crèche, tu as tout donné, jusqu’à ton corps et son sang, pour crier l’amour du Père. Ce Père qui, par toi, est devenu notre Père, puisque tu t’es fait notre Frère. Tu as laissé ouvrir ton cœur, pour nous ouvrir tout grand les bras du Père. Ô mon grand Dieu, ouvert !

Toi, l’enfant de la crèche, tu es ressuscité car la mort ne pouvait garder dans ses liens Celui qui est la Vie. Monté au Ciel, tu nous a envoyés l’Esprit, qui nous pousse à témoigner à notre tour que seul l’amour subsistera. Ô mon grand Dieu si fécond !

Toi, l’enfant de la crèche, je voudrais t’offrir mon cœur, devenir le berceau qui te reçoit, je voudrais que tu fasses en moi ta demeure. Viens naître en moi, en chacun de mes frères, pour que ta lumière et ta tendresse rayonnent à travers nous, et que tout homme sache qu’il est aimé du Père. Ô mon grand Dieu si miséricordieux !

Toi l’enfant de la crèche… chut ! Tu t’es endormi et Marie te sourit, elle qui berce en ses bras le plus beau des enfants des hommes. Ô mon Dieu Très-Grand, tu t’es fait si petit !

LETTRE 2

Comme il m’est difficile d’imaginer Marie
Disant à son bébé quantité de mots doux :
Ô mon cœur, mon poussin, mon amour, mon chéri…
Car elle sait déjà qu’Il est aussi à nous.

Toi l’enfant de Marie, qu’elle berce en ses bras,
Tu es mon petit frère mais c’est toi qui m’apprends
La vraie valeur des choses et le poids des combats
Contre tant de discours bien loin de tes élans.

Jésus, toi qui t’en viens reposer sur la paille,
Tu ne regardes pas du côté des paillettes,
Garde bien notre esprit ouvert en éventail
Et nos regards lucides face aux idées en miettes.





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 11.12.2014 10:10 - Mis à jour le : 22.12.2014 11:27