Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Communiqués de Mgr Dominique Lebrun
Que fête-t-on à l’Ascension ?

Don en ligne

galet Communiqué de Mgr Lebrun et Lettre du Pape du 10 mars 2009 sur la levée des excommunications

Communiqué du diocèse de Saint-Étienne

Le Pape vient d’adresser aux évêques une lettre émouvante car très personnelle au sujet de la levée de l’excommunication des quatre évêques consacrés par Mgr Lefebvre.

Cette lettre très franche lui a été inspirée par les réactions venant à la fois des évêques et des fidèles. Il reconnaît deux erreurs en commençant par « le cas Williamson ». Il déplore l’insuffisance d’informations à sa disposition. Il en « tire la leçon » et promet de corriger la manière de faire, en particulier par l’utilisation d’Internet. Il regrette aussi la mauvaise communication. Elle a fait croire à un accueil des positions de la fraternité Saint-Pie X alors qu’il s’agissait d’une mesure de miséricorde envers quatre personnes. Il précise que, comme tous les membres de la fraternité, celles-ci « n’exercent de façon légitime aucun ministère » en raison de leurs positions doctrinales erronées.

Pour l’avenir, le Pape décide que les décisions concernant les traditionalistes seront prises par la Congrégation pour la doctrine de la foi. Ainsi, il reconnaît que les problèmes sont « de nature doctrinale et regardent surtout l’acceptation du Concile Vatican II. » De plus il souhaite que les décisions soient prises avec « des représentants de l’épiscopat mondial ».

Tout au long de la lettre apparaît la référence au Concile Vatican II comme une donnée incontournable. Il rappelle que les pas de réconciliation entre juifs et chrétiens faits à partir du Concile « avaient été dès le début un objectif de mon travail théologique personnel ». Aussi le Pape apparaît-il meurtri par les attaques et les soupçons de « vouloir revenir en arrière » qui lui ont été adressés.

Le Pape situe sa décision dans le cadre global de l’unité de l’Église, condition pour sa mission de « rendre Dieu présent dans le monde et d’ouvrir aux hommes l’accès à Dieu … non pas à un dieu quelconque, mais à ce Dieu qui a parlé sur le Sinaï ; à ce Dieu dont nous reconnaissons le visage dans l’amour poussé jusqu’au bout (cf. Jn 13, 1) – en Jésus Christ crucifié et ressuscité.

En prenant acte que son geste est devenu à son corps défendant « le contraire d’une réconciliation », il interroge encore : « est-il vraiment erroné d’aller à la rencontre du frère qui a quelque chose contre toi (Mt 5, 23) et de chercher la réconciliation » ? Visiblement, Benoît XVI ne se résigne pas à laisser 491 prêtres, 215 séminaristes, 117 frères, 164 sœurs et des milliers de fidèles « aller à la dérive loin de l’Église ».

Contact : Chantal de Rosemont - 06 79 77 52 89

- Télécharger le communiqué du diocèse de Saint-Étienne
- Télécharger la lettre du Pape [-Télécharger essai





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 12.03.2009 11:09 - Mis à jour le : 20.05.2010 10:56