Accueil > Actualités > Reportages et photos
Rejoindre le Monastère Invisible

Don en ligne

galet Chemin de croix à Saint-Etienne avec le père Reynard

Inspiré d’un travail de Voir ensemble, et présidé par le père François Reynard.

La méditation de la passion pendant la célébration du chemin de croix se fait d’une manière concrète en parcourant un trajet de 14 stations qui sont les étapes du chemin parcourues par Jésus lors de sa montée au Calvaire.

1ère Station - Jésus est condamné à mort

La foule s’est laissée abuser par les grands prêtres et les Anciens. Seigneur Jésus, ils ont réussi à la persuader de te faire périr. Les cris répétés « Qu’il soit crucifié », ont obligé Pilate, par démagogie, à livrer Jésus pour qu’il soit crucifié et mis à mort. Jésus ne répond rien. « Ma vie, nul ne la prend, c’est moi qui la donne ». N’imaginons pas que de tels comportements, de la part des foules, n’existent plus ! Regardons notre monde et autour de nous :

  • Au Moyen-Orient et en Afrique, des hommes sont faussement enseignés pour accepter de tuer et d’être kamikazes au nom de Dieu
  • Pour nos frères chrétiens d’orient victime de la persécution.
  • Chez nous, en Europe occidentale, des foules s’engouffrent dans le royaume de l’argent et du profit, pour en faire un dieu qui ruine la dignité du travail. Pendant son arrestation et son procès, Jésus nous montre le chemin à prendre face à la violence. Un chemin où il ne renie rien, où il ne répond pas à la violence par la violence.
    Intercession : Seigneur Jésus, sur le seuil de ton chemin de croix, tu nous appelles à marcher sur le chemin de notre vie avec clairvoyance et discernement. En commençant par faire silence. Non un silence de démission, mais un silence de discernement pour prendre le temps de trouver ce qui est juste, sans suivre aveuglément le tourbillon du monde.

2ème Station - Jésus est chargé de sa croix

Le calvaire de Jésus commence. On le charge de porter sa croix sur les épaules. La sentence de la condamnation à mort était déjà suffisamment lourde. Fallait-il encore, en plus, l’alourdir par cette charge de l’instrument du supplice, à la vue de tous ?

  • Dans de nombreux pays, la charge de la souffrance, de la maladie, de la faim, des persécutions, des exploitations.
  • De partout et en particulier chez nous, la charge du handicap à laquelle s’ajoute la charge de la non reconnaissance des capacités professionnelles, des charismes de chacun. L’attitude courageuse de Jésus nous demande d’être attentifs à ne pas charger les épaules des autres, au contraire.
    Intercession : Conscients que le quotidien de la vie apporte problèmes, difficultés, souffrances, pour les autres et pour nous, aide-nous, Seigneur, à agir pour alléger leurs poids. C’est comme cela que notre chemin nous fera trouver le vrai bonheur de vivre. Veillons-nous suffisamment à ne pas le charger d’a priori par notre indifférence, nos paroles le poids de nos frères. Demandons un cœur de miséricorde, un cœur qui rencontre le cœur de l’autre.

3ème Station - Jésus tombe sous le poids de la Croix

La croix est lourde et le chemin monte. Jésus s’affale sous le poids de la croix. Il a déjà tant enduré de supplices depuis le début de la journée. Le voici, faible, un genou à terre, une main en avant pour tenter de se retenir, à bout de force. Et dire que cet homme était Dieu, un Dieu qui accepte la condition humaine jusque dans ses souffrances ! Encore aujourd’hui, des hommes et des femmes tombent au sol :

  • Ces « sans domicile fixe » couchés à terre, sur le trottoir,
  • Ces migrants qui s’enfoncent dans les eaux de la Méditerranée,
  • Ces demandeurs d’asile qui s’entassent dans des lieux précaires,
  • Ces ménages en surendettement écrasés par les remboursements dépassant leur modeste revenu.
    Intercession : En te suivant sur le chemin de ton calvaire, aide-nous Seigneur à voir ceux qui tombent, comme toi, sous le poids des souffrances de toute sorte. Parfois, ils se cachent, par peur ou par pudeur. Aide-nous à ne pas y être indifférent. Donne nous de ne pas passer à côté de ceux qui tombent, comme le bon samaritain qui s’approche de celui blessé par les brigands.

4ème Station – Jésus rencontre sa Mère

Voilà Jésus qui s’arrête à côté d’une femme, attentive, au bord du chemin. C’est Marie, sa mère ! Nous sommes surpris : aucun mot…aucune étreinte… Parfois, dans la douleur extrême, les regards suffisent. Cette rencontre d’une mère avec son fils marchant vers la mort nous amène à nous joindre, par la pensée et la prière :

  • à l’échange de regard de parents avec celui de son enfant sur un lit d’hôpital, enfant marqué par une maladie ou un accident,
  • à l’échange du regard de parents au parloir d’une prison, Jésus et Marie souffrent ; mais ils se comprennent. Ces deux regards ne comportent-ils pas un certain encouragement à ne pas abandonner la mission ? Un regard, une présence silencieuse suffisent parfois à redonner le courage qui manque. Avons-nous connu cela ? Inversement, notre présence a-t-elle un jour réconforté ?

Intercession : Aide-nous Seigneur, que notre regard et nos paroles soient, auprès de ceux que nous rencontrons, accueillants, compréhensifs et sources du désir de poursuivre la route. Donne nous d’apprendre à être attentifs à la qualité de nos regards qui sont le reflet du cœur et de l’âme.

5ème Station - Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix

Voilà les soldats qui s’arrêtent. Ils doivent se demander si Jésus pourra continuer, tellement il est épuisé. Ils interpellent un passant – c’est Simon de Cyrène, qui revient des champs – pour venir en aide à Jésus. Simon accepte. Quel soulagement pour Jésus de voir un homme prendre sur lui une part du poids de la croix ! Il vient en aide à Dieu pour le soulager un peu, lui qui porte toute la souffrance du monde. Nous nous remémorons ce passage d’évangile : « Prenez votre croix… mon joug est léger. » Le joug a deux places. Nous ne serions donc pas seuls à porter le poids du joug ? Qui est le deuxième ? Sans cesse, Jésus s’y attelle, marchant à nos côtés. Oui ! Quel réconfort de vivre une telle rencontre qui permet de soulager le poids du joug porté par l’autre, ou bien de soulager notre propre joug.

Intercession : Merci Seigneur, de nous accompagner chaque jour sur le chemin de notre vie. Que nous sachions, nous aussi, partager le joug de ceux que tu places sur notre route. « J’avais faim, vous m’avez donné à manger, j’avais soif, vous m’avez donné à boire, j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi ». Donne- nous d’accourir vers celui qui souffre pour l’aider à porter le poids qui l’anéantit. Ainsi, nous pourrons, ensemble et plus forts, continuer à avancer.

6ème Station - Véronique essuie le visage de Jésus

Regardez… Surprise ! … Une femme s’est détachée de la foule, à l’étonnement des soldats. Avec un linge, elle essuie le visage de Jésus et… nouvelle surprise, la face de Jésus y reste marquée. Quel courage pour cette femme, Véronique ! Oser, quoi qu’il en coûte, enfreindre les forces de l’ordre pour s’approcher d’un condamné. Oser aussi dépasser les règles religieuses qui qualifiaient le sang d’impur, pour courir essuyer ce visage ensanglanté. Aujourd’hui encore, des hommes et des femmes osent se détacher de la foule.

  • Ces bénévoles qui, à Calais, s’approchent des migrants pour les nourrir, jusqu’à les accueillir à leur domicile.
  • Tous ceux qui manifestent, pour une cause justifiée et équitable, au risque de perdre leurs journées de salaire.

Intercession : Sur le chemin de notre vie avec nos frères et sœurs, apprends-nous, Seigneur, à dépasser nos craintes, à nous détacher de la foule qui observe en arrière, pour aller à rencontre de l’autre, d’ oser, comme Véronique, ne pas vivre dans l’indifférence ou la soumission.

7ème Station - Jésus tombe pour la deuxième fois

Ô douleur ! Malgré l’aide de Simon, Jésus s’écroule une deuxième fois. Le chemin vers la mort n’en finit pas. Mais il se relève et reprend la route. Le regard de Marie, le soutien de Simon de Cyrène, la pause avec Véronique ne suffisent plus. Tomber et retomber, mais jusqu’à quand ? Jusqu’où ? Oui, malgré toutes les compassions, chacun peut chuter à nouveau et tout est à recommencer. Comment garder courage et force ? Autour de nous :

  • C’est la récidive d’un cancer, d’un infarctus…qui vient gâcher le retour à une vie qui était presque redevenue normale.
  • C’est la famille d’un ancien détenu ou d’un ancien drogué qui voit son enfant recommencer à plonger dans l’enfer.
  • C’est le père ou la mère de famille qui a déjà perdu son emploi, qui le perd à nouveau ou qui ne trouve plus rien.

Intercession : Seigneur, aide-nous à ne jamais nous décourager. Aide-nous à ne pas considérer l’autre comme irrécupérable ou subissant ce qu’il a mérité. Apprends-nous la patience dans l’accompagnement. Donne-nous de revenir encore et toujours, inlassablement, vers ceux qui sont déjà tombés une première fois, une deuxième fois … et même si leurs efforts ont été insuffisants .

Lire la suite du chemin de croix.pdf

PDF - 400.9 ko
Texte du chemin de croix 2016





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 29.03.2016 10:17 - Mis à jour le : 30.03.2016 08:25