Accueil > Actualités > Reportages et photos
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Célébration des funérailles de Mgr Paul-Marie Rousset, premier évêque de Saint-Etienne

Jeudi 15 janvier 2016, pour dire à Dieu à Mgr Paul-Marie Rousset, étaient réunis à la cathédrale Saint-Charles de Saint-Etienne, des membres de sa famille, de nombreux prêtres et diacres du diocèse, des évêque de la région, des chrétiens qui l’avaient connu, et des représentants de la société civile.

Homélie des funérailles de Mgr Paul-Marie Rousset, le jeudi 14 janvier 2016 à 15h à la cathédrale Saint-Charles de Saint-Etienne

“Les temps sont accomplis, le Règne de Dieu est tout proche…” Au bord du lac, le début d’une aventure merveilleuse et l’appel des premiers disciples. “Venez à ma suite”, leur a dit Jésus. Ils étaient deux frères, Simon-Pierre et André, et aussi Jacques et Jean ; ils sont deux frères Paul-Marie et Bernard, Jésus les a appelés : “Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes”, vous les éveillerez à une vie plus belle, à la vraie Vie. Cet appel, le Père ROUSSET l’a perçu très jeune. Le cours de sa vie en a été changé. Un jour, parmi les disciples, Jésus en choisira douze ; il leur donnera le nom d’Apôtres pour qu’ils soient avec lui, et pour les envoyer proclamer la Bonne Nouvelle. Le Père Rousset a été appelé à devenir, à notre service, un successeur des Apôtres.

Le premier appel, il ne l’oubliera jamais. Dans le testament spirituel qu’il a rédigé, en 1992, envisageant le jour de la célébration de ses funérailles, il écrit : “Qu’on veuille bien y exprimer mon action de grâce à Dieu : pour tout ce que j’ai reçu de sa miséricorde, en particulier pour la confiance qu’il m’a faite en m’appelant au service pastoral de l’Eglise du Christ.”

Cet appel, il décide d’y répondre : c’est le séminaire, puis le choix de la famille du Prado, sur les traces d’Antoine Chevrier, pour suivre Jésus au plus près. La signification profonde sans doute de ce qu’il écrit : “Qu’on veuille bien aussi, faire écho à la confiance dans le Christ Jésus qui, je le crois humblement, a fortement inspiré ma vie, à travers même mes limites, mes fautes et mes erreurs.” Au bord du lac Jésus a invité ses disciples à partager avec lui l’enthousiasme des débuts, à accueillir la nouveauté du Règne de Dieu tout proche, à construire ce Règne. Pour le Père Rousset ce sera l’appel par le pape Paul VI, pour être le premier évêque du diocèse de Saint Etienne, et l’accompagner en ses débuts. Dans le souffle du concile, avec les prêtres, les laïcs, les communautés religieuses, il a posé les bases solides de notre diocèse, sur lesquelles repose la suite, sur lesquelles nous continuons la construction. Il ordonnera les premiers diacres, les nouveaux prêtres du jeune diocèse.

Il a su rester humble, un maillon de la grande chaîne des témoins. Dans son testament, il rend grâce pour la multitude de ceux et celles-croyants ou non-par qui lui est venu le don de Dieu. Il prenait la suite d’un auxiliaire du diocèse de Lyon, qui a beaucoup marqué les stéphanois. Au Père Dominique qui lui a offert, il y a trois ans, le livre où il a rassemblés les interventions de Monseigneur Maziers durant la période du Concile, il souligne, combien il a connu le Père Maziers, et il ajoute : “J’ai toujours pensé que c’est lui qui est le véritable fondateur du diocèse de Saint Etienne.”

La confiance dans le Christ Jésus a fortement inspiré sa vie, nous en avons été les témoins et les bénéficiaires : il nous a donné, dans une période où les tensions étaient très vives, la foi en l’avenir, le courage de l’avenir ; il a gardé, au service du diocèse comme au service de la mission ouvrière au plan national, le cap de la fidélité, de l’équilibre, de la justice, du souci des pauvres, appuyé sur le Christ Vivant.

Cet appel de Jésus, en effet, n’était pas seulement l’évocation d’un souvenir d’enfance ; pour le Père Rousset, c’est le Christ Vivant aujourd’hui qui nous invite à le suivre pour rejoindre les hommes d’aujourd’hui, les inviter à une vie nouvelle, celle de leur identité profonde de fils, de filles de Dieu. Le Mystère pascal du Christ mort et Ressuscité est au centre de son attention. Dans ses lettres revient souvent en conclusion, cette formule : “ Dans l’Esprit du Christ Ressuscité. “ Dans le souffle d’espérance qui nous est venu de Jésus-Christ Ressuscité.” Parce qu’Il sait que le Christ Vivant ouvre toujours des chemins de vie, au cœur même des impasses dans lesquelles nous nous enfermons, il dit : “qu’on fasse simplement savoir que je demande pardon à tous ceux que j’ai pu offenser, vis-à-vis de qui je n’ai pas su être instrument assez fidèle de l’Amour infiniment vivifiant du Seigneur : pas assez “chrétien avec”, pas assez “évêque pour”, pas assez Pasteur du Peuple de Dieu dans le service de l’Evangile et de l’Eglise du Christ.”

La décision de remettre sa démission comme évêque de Saint Etienne au Pape Jean Paul II, à cause de ses ennuis de santé et de sa fatigue, n’a pas due être facile à prendre. Les forces lui revenant, il devient curé de paroisse. Il a continué autrement d’être disciple et pasteur.

Malgré le grand âge, il restera ouvert, accueillant, dans la prière quotidienne et l’attention à la vie du monde et de l’Eglise : le bel accueil qu’il fera au groupe des séminaristes du diocèse, il y a 5 ans, fut un vrai témoignage de son amour pour l’Eglise.

Sa Pâques s’est accomplie samedi dernier. Il repose “ dans l’attente de la Résurrection…”. “Je compte, dit-il, sur la prière de tous, que j’aurai tenté d’aimer de toutes mes forces.” Nous le faisons ce soir, invités au repas du Seigneur.

Il y a déjà 27 ans qu’il a quitté le diocèse, il ne l’a jamais oublié. Le temps a passé, beaucoup de témoins s’en sont allés, nous restent des fondements solides que nous lui devons ; le témoignage d’une vie de fidélité, dans l’action de grâce, de service de tous, d’attention aux plus petits, de foi, d’amour à l’image du bon Pasteur donnant sa vie.

Puisse son témoignage s’enraciner en nous, dans l’aujourd’hui de nos communautés. La plus belle façon de rendre grâces à Dieu avec le Père Rousset et d’exprimer à notre premier évêque, notre profonde reconnaissance.

P. FRANÇOIS REYNARD, administrateur diocésain.





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 18.01.2016 15:18 - Mis à jour le : 19.01.2016 08:49