Accueil > Actualités > Reportages et photos
Que fête-t-on à l’Ascension ?

Don en ligne

galet Célébration de la Cène, jeudi Saint à la cathédrale

Homélie de Mgr Dominique Lebrun et retour en images et vidéo, jeudi 2 avril 2015.

Messe en mémoire de la Cène du Seigneur Jeudi Saint – 2 avril 2015

Ex 12, 1-8.11-14 ; Ps 115 1 Co 11, 23-26 ; Jn 13, 1-15

Frères et sœurs, ce soir nous sommes dans la joie, la joie profonde, et une grande humilité.

Nous sommes dans la joie de revivre le soir où JESUS dit : « Faites cela en mémoire de moi » ; Nous sommes dans la joie car ce que Saint PAUL et les autres apôtres ont reçu, ils l’ont fait et l’ont transmis ; Nous sommes dans la joie car, depuis, les successeurs des apôtres continuent de transmettre ce qu’ils ont reçu, avec leurs collaborateurs, les prêtres, avec aussi les diacres. Notre joie est accrue ce soir par la présence des enfants qui se préparent à leur première communion. Eux aussi, connaîtront la joie de communier à Jésus, à sa présence, à son geste historique et éternel d’amour : « Ceci est mon corps livré pour vous ! ».
Notre joie est encore plus grande. Mardi, j’ai appelé RODOLPHE à être ordonné prêtre, à entrer dans la descendance de PAUL et des apôtres pour redire à son tour : « Ceci est mon corps livré pour vous ! ». Et ce soir, sont présents parmi nous neuf hommes célibataires qui, depuis septembre, prennent le temps d’écouter l’appel du Seigneur à Paray-le-Monial. Certains - pourquoi pas tous - rediront les paroles de JESUS et referont ses gestes comme prêtres.
A chaque eucharistie, nous accueillons les paroles de JESUS : « Ceci est mon Corps livré pour vous … Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ». Et nous croyons qu’en lui, Pain consacré, qu’en elle, Coupe de bénédiction, la présence de JESUS se réalise. Nous croyons qu’en lui, qu’en elle sa vie offerte en sacrifice se donne à nous en nourriture. Grand mystère qui n’est pas un tour de magie mais la joie de voir se continuer le choix de Dieu. Dieu a choisi de nous envoyer son Fils bien-aimé partager notre vie, la purifier, la sauver pour quelle trouve sa dignité la plus parfaite dans sa relation au Père de tous les hommes.

L’Eucharistie nous relie au Père de JESUS : « Par Lui, avec Lui, et en Lui, à toi Dieu le Père tout-puissant, dans l’unité du Saint-Esprit tout honneur et toute Gloire ! », dit le prêtre à la fin de la prière eucharistique en élevant le Corps et le Sang de JESUS. C’est comme l’axe principal de notre vie, le bois vertical de la croix qui monte de terre vers le ciel. Nous sommes invités au repas du Seigneur, nous sommes invités à la Croix de Jésus pour nous élever de terre vers le ciel. Le pouvons-nous ? En sommes-nous dignes ? « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi », dit JESUS à PIERRE.

Notre grande joie de participer, de prendre part à l’offrande de Jésus n’a qu’une seule condition : l’humilité. JESUS se met au pied de ses disciples avant d’être élevé de terre sur le bois de la croix. Et il les invite à se laver les pieds les uns aux autres, geste d’humilité, geste du serviteur, geste de l’esclave. Prêtres, évêque encore plus, notre chemin est celui de l’abaissement à la suite de JESUS et de l’amour fraternel. En somme, la croix n’est pas la croix s’il n’y a pas aussi le bois horizontal qui nous relie les uns aux autres. Il se réalise dans les services humbles de l’humanité qui se sait mortelle et, trop souvent, mortifère. Ce service est réel quand nous choisissons de reconnaître et de servir la dignité de toute personne humaine qui se cache derrière le péché, et la souffrance qui en découle.
Pour nous qui sont les hommes et les femmes détenus en prison ? Des coupables, ou bien des personnes appelées à être sauvés par l’amour de Dieu ? Pour JESUS, ce ne sont que des enfants bien-aimés de son Père à la recherche de qui il est venu ? Il nous invite à nous laver les pieds mutuellement.
Pour nous qui sont les combattants de l’Etat islamique ? Des ennemis qui ne méritent guère mieux que la mort ou bien des personnes pour qui nous demandons à Dieu qu’ils soient lavés de leurs péchés ? Pour JESUS, ce ne sont que des enfants bien-aimés de son Père mais encore dispersés car partis sur d’autres chemins sans issue ? Il nous invite à nous laver les pieds mutuellement.
Et nous, qui sommes-nous ? Des pécheurs pas trop graves ou bien des personnes pour qui JESUS a été pendu au bois de la croix à cause de nos péchés ? Pour JESUS, nous sommes les enfants bien-aimés de son Père qu’il choisit, dans sa miséricorde, « pour proclamer sa mort jusqu’à ce qu’il vienne ! » Il nous invite à nous laver les pieds les uns aux autres, dans la joie et dans l’humilité.

+ DOMINIQUE LEBRUN

GALERIE PHOTOS FACEBOOK

© Sophie Richer

Ouvrir la galerie photos

Une vidéo sur le lavement des pieds)]

Le lavement des pieds, à la cathédrale Saint Charles à Saint-Etienne (jeudi saint 2015)

Posted by Sophie Richer on vendredi 3 avril 2015





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 03.04.2015 11:40 - Mis à jour le : 20.04.2015 09:07