Accueil > Agenda diocésain
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet 7 et 8 septembre : Fête de la nativité de la Vierge Marie Notre-Dame de Noirétable

Jeudi 7 septembre 2017

- 18 heures : messe anticipée
- 20 heures : veillée mariale et procession aux flambeaux

Vendredi 8 septembre

- 9 h 30 : célébration pénitentielle
- 10 h 30 messe solennelle présidée par Mgr Bataille, évêque de Saint-Etienne
- 15 : procession à la chapelle de la source
- 16 heures : messe du soir

La Vierge et l’assassin : un peu d’histoire

C’est probablement sur un crime qu’a été fondé au XIIème siècle l’Hermitage de Notre Dame. Selon l’histoire la plus répandue, un des massacreurs de la famille d’un seigneur d’Urfé, fuyant la justice, trouva refuge dans les Bois Noirs des hauteurs du Forez. La « Bonne Mère » lui apparut et lui demanda, pour le salut de son âme, de faire pénitence. « Va te confesser au prieur de Noirétable et reviens ici faire pénitence ». Il devint le premier ermite de ces lieux. Très rapidement, les pèlerins vinrent nombreux en ce lieu reculé prier auprès de la source miraculeuse et de la pierre qu’aurait foulée la Vierge marie. Le premier acte officiel mentionnant le pèlerinage de Noirétable date de 1381.

La première église fut construite non loin de la source et de sa chapelle. Elle était desservie par les Bénédictins de Noirétable dépendant de Cluny. Au XVIIe siècle, lutte contre le Protestantisme oblige, les Missionnaires investissent les lieux. Le monastère, à l’emplacement actuel, a été achevé en 1669 et sa physionomie actuelle date de 1746. La Révolution française frappe de plein fouet l’établissement. Des prêtres sont guillotinés ; d’autres entrent dans la clandestinité comme le père Gashon. Il fallut attendre près d’un siècle pour voir revenir une petite communauté, celle des Pères de l’Union au Très Saint Sacrement, qui relance le pèlerinage et restaure les bâtiments. En 1889, la communauté est remplacée par les Missionnaires de La Salette qui doivent s’en aller en 1905 (lois anti-cléricales) pour revenir en 1925.





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 03.09.2017 06:33 - Mis à jour le : 05.09.2017 08:10